averses éparses
DE | FR
International
ukraine

Ukraine, à Kherson: «ça tire avec tout et n'importe quoi»

FILE - Ukrainian servicemen prepare to fire at Russian positions from a U.S.-supplied M777 howitzer in Kharkiv region, Ukraine, July 14, 2022. Supplies of Western weapons, including U.S. HIMARS multip ...
Des soldats ukrainiens manient un obusier M777. Grâce aux armes occidentales, ils peuvent lancer une contre-offensive dans le sud du pays.Bild: keystone

La bataille de Kherson a commencé: «Ça tire avec tout et n'importe quoi»

L'Ukraine a lancé lundi sa contre-offensive près de Kherson. Voici ce que l'on sait pour l'instant.
29.08.2022, 20:4630.08.2022, 08:28
Corsin Manser
Corsin Manser
Corsin Manser
Suivez-moi

Depuis des semaines, l'armée ukrainienne a préparé une grande contre-offensive dans le sud du pays. Avec des frappes d'artillerie ciblées, elle a endommagé des ponts sur le fleuve Dniepr afin de rendre plus difficile l'approvisionnement des Russes. Parallèlement, elle a détruit des dépôts de munitions et des postes de commandement.

Désormais, la phase de préparation est apparemment terminée. Selon plusieurs sources ukrainiennes et russes, la contre-offensive bat son plein depuis lundi.

«Ça a commencé! Les forces armées ukrainiennes ont lancé des offensives dans de nombreuses directions dans le sud de l'Ukraine», a déclaré la porte-parole de l'armée de Zelensky, Natalia Humeniuk. L'administration régionale d'Odessa a déclaré : «C'est officiel. La bataille de Kherson a commencé.»

«Après avoir épuisé l'ennemi, nous avons la force et la capacité de lancer des actions offensives dans plusieurs directions»
Natalia Humeniuk, porte-parole de l'armée ukrainienne.

L'Ukraine a notamment pour objectif la reconquête de Kherson. Peu après le début de la guerre, la ville est tombée aux mains des envahisseurs. Mais grâce aux livraisons d'armes de l'Ouest, les Russes ont pu être mis de plus en plus sous pression ces dernières semaines. Les ponts sur le Dniepr ont été tellement endommagés qu'aucun matériel de guerre lourd ne peut être transporté sur le fleuve. La situation est donc devenue de plus en plus inconfortable pour les troupes russes à l'ouest du Dniepr - il s'agit probablement de quelques milliers de soldats.

«Après avoir épuisé l'ennemi, nous avons la force et la capacité de lancer des actions offensives dans plusieurs directions», a déclaré Humeniuk, lundi. Les premières lignes de défense des Russes ont déjà été percées, a estimé la porte-parole de l'armée. Les combattants ennemis auraient déjà commencé à s'enfuir de leurs positions.

Les Etats-Unis estiment que la contre-offensive comprendra une combinaison d'opérations terrestres et aériennes. C'est ce que rapporte CNN en se référant à des collaborateurs des services de renseignement américains.

Si les Ukrainiens parvenaient à chasser les Russes à l'ouest du Dniepr, une grande quantité de matériel de guerre tomberait probablement entre leurs mains. Actuellement, trois ferrys constituent la seule liaison sur le fleuve, fait remarquer le canal Twitter @OSINTtechnical. Les armes lourdes ne peuvent pas être transportées par ce biais.

La version russe de la contre-offensive

Du côté russe, on a également fait état de la contre-offensive. «Depuis ce matin, les Ukrainiens sont devenus complètement fous en direction de Kherson. Ils tirent avec tout et n'importe quoi, et ils en ont beaucoup en ce moment», écrit le soldat Anatoliy Dryomow sur Telegram. Le Russe estime que c'est une grande erreur d'avoir laissé autant de temps aux Ukrainiens pour se réarmer. «Il y a un grand risque de perdre Kherson.»

Dryomov rend notamment le ministre de la Défense responsable de cette situation périlleuse. «Je suis heureux que Choïgou ne soit plus impliqué dans la conduite de la guerre. C'est le premier pas vers un changement sur le front.» Apparemment, Sergueï Choïgou a été rappelé à l'ordre en raison de l'absence de succès. Le ministère britannique de la Défense a dit lundi que les commandants écrivaient désormais au président Vladimir Poutine et non plus au ministre de la Défense.

L'ancien leader séparatiste Igor Girkin a également fait état d'attaques ukrainiennes:

«Sur le front de Kherson, l'ennemi a de nouveau tiré, dans la nuit, sur le barrage de la centrale hydroélectrique de Nova Kakhovka et sur des installations à Kherson»

Il n'a cessé de critiquer les dirigeants du Kremlin pendant la guerre. Selon Girkin, les Ukrainiens tirent des missiles sur les troupes russes en amont.

Situation confuse

Il est actuellement difficile d'évaluer le succès de la contre-offensive ukrainienne de ces dernières heures. Le journal Dumskaya, basé à Odessa, rapporte que plusieurs villages ont déjà été repris. Des vidéos censées montrer des positions russes abandonnées circulent sur les médias sociaux. Un politicien local a publié une photo sur laquelle on verrait des soldats russes en train de fuir. Ces images ne sont toutefois pas vérifiées.

Pour l'instant, la situation est encore un peu confuse. Néanmoins, Vitali Kim, le gouverneur de Mikolaev, s'est déjà moqué des Russes en fuite. «J'ai été informé que la demande de bateaux en caoutchouc gonflables et de matelas pneumatiques a augmenté sur la rive droite du Dniepr», a-t-il ironisé sur Telegram.

La porte-parole de l'armée ukrainienne a entre-temps tempéré les espoirs d'une reconquête rapide. L'ennemi est encore assez fort à Kherson, a-t-elle déclaré. Elle a en outre rappelé que l'armée ukrainienne devait agir avec prudence lors de la contre-offensive. Elle ne veut pas détruire d'infrastructures et tient compte de la population civile.

Un drone russe hacké par des Ukrainiens très malins

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le plafonnement du prix du pétrole, c'est quoi? 7 questions pour comprendre
Un plafonnement des prix du pétrole russe à 60 dollars a été adopté vendredi. Qu'est-ce que cela signifie précisément, quels sont les risques ainsi que les opportunités induites par ce nouvel accord et surtout, comment Moscou pourrait réagir? watson fait le point en sept questions.

Ce nouveau coup porté pour affaiblir un peu plus la puissance de Vladimir Poutine est l'un des plus considérables: après des semaines de discussions, vendredi 2 décembre, l’Union européenne, le G7 et l’Australie ont conclu un accord pour plafonner le prix du brut russe.

L’article