DE | FR
Le 6 avril 2022, dans la ville martyr de Boutcha: les corps des civils sont transportés à la morgue.
Le 6 avril 2022, dans la ville martyr de Boutcha: les corps des civils sont transportés à la morgue.Image: sda

Selon les renseignements allemands, la boucherie de Boutcha était planifiée

Des échanges radio de l'armée russe ont confirmé l'impensable: les atrocités commises dans la ville de Boutcha auraient fait partie intégrante du plan des forces militaires russes.
07.04.2022, 14:3907.04.2022, 17:34

Ce sont des communications radio interceptées par le Bundesnachrichtendienst (BND), le service de renseignement extérieur allemand, qui auraient trahi les forces russes. Selon le BND, ces échanges portent sur le meurtre des civils ukrainiens, ainsi que les photographies des cadavres prises dans les rues de Boutcha. La macabre découverte a été révélée mardi par le journal allemand der Spiegel.

Dimanche dernier, le retrait des troupes russes de la ville ukrainienne a révélé des scènes d'une horreur absolue: outre une fosse commune, des corps de dizaines de civils abandonnés dans les rues, dont certains aux mains attachées dans le dos. D'autres cadavres, parmi lesquels des femmes et des enfants, présentaient des marques de torture.

La version russe remise en cause

Le gouvernement russe avait alors réfuté avec véhémence les accusations de crimes de guerre, lancées par l'Ukraine et la communauté internationale.

Mais ce démenti s'avère désormais contredit par les messages interceptés par les services secrets allemands.

En effet, selon le Spiegel, les conversations interceptées entre les Russes correspondent aux emplacements des corps retrouvés, par la suite, le long de l'artère principale de la ville, après sa libération.

Dans un message, un soldat russe affirme, par exemple, avoir tiré sur un homme à vélo. Ce témoignage est corroboré, par la photo prise par un journaliste, du cadavre gisant à côté d'un vélo et qui a été partagée dans le monde entier. Au cours d'un autre échange, un soldat aurait affirmé:

«D'abord vous interrogez les soldats, puis vous les abattez»

Une tuerie programmée?

Les documents du BND semblent prouver que des membres de l'unité mercenaire russe nommée «Groupe Wagner» et réputée pour sa violence, ont joué un rôle de premier plan dans les atrocités.

Sitôt la ville de Boutcha tombée aux mains de cette unité militaire à la sinistre réputation, les attaques contre les civils seraient devenues plus fréquentes, selon des témoins oculaires. D'autres ont affirmé que des unités tchétchènes se trouveraient également dans la ville. Ces témoignages soulèvent la question de savoir si cette progression faisait partie du plan d'occupation.

Toujours selon le Spiegel, ces conversations donnent le sentiment que les atrocités perpétrées sur les civils de Boutcha n'étaient ni des actes aléatoires, ni le produit de soldats individuels ayant perdu le contrôle. Au contraire, tout semble indiquer que les troupes «parlaient des atrocités comme s'il s'agissait d'une simple discussion sur leur vie quotidienne».

Selon des sources citées par le média allemand, cela pourrait indiquer que le meurtre de civils est devenu un élément standard de l'activité militaire russe – voire une partie d'une stratégie plus large. Avec une intention simple: répandre la peur parmi la population civile et couper court à sa volonté de résister.

D'autres atrocités ailleurs?

Un plus grand nombre d'enregistrements radio interceptés sont actuellement en cours d'analyse. Et ce qu'ils apprennent a de quoi terrifier: des enregistrements semblent indiquer que des massacres similaires à ceux de Boutcha auraient également eu lieu ailleurs. Des indications d'atrocités potentielles ont été indiquées dans les environs de Marioupol.

Selon le Spiegel, les parlementaires allemands ont été informés mercredi de ces macabres découvertes. (mbr)

Dimitri Peskov, porte-parole de la Russie invité sur LCI avec Rochebin

En savoir + sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Polonais à bout de souffle dans leur aide aux réfugiés ukrainiens
La Pologne est le pays qui accueille le plus de civils fuyant l'Ukraine, mais le gouvernement ne finance pas cette mobilisation citoyenne. Trois mois après le début du conflit, la population est à bout de souffle.

Depuis le début du conflit, 6 millions d’Ukrainiens ont fui la guerre. 3,3 millions d'entre eux sont partis en Pologne, faisant du pays celui qui accueille le plus de réfugiés. Dans son journal télévisé du 22 mai, Arte alerte sur la situation: 90% de la mobilisation et de l’aide sont apportées par la société civile, les particuliers et les entreprises. Ils soutiennent les Ukrainiens à bout de bras avec ce qu’ils ont, c'est-à-dire leur temps, leur énergie et leur argent.

L’article