International
Union Européenne

Qatargate: le Parlement européen va modifier son règlement

Qatargate: le Parlement européen va modifier son règlement

FILE - In this photo provided by the European Parliament, Greek politician and European Parliament Vice-President Eva Kaili speaks during the European Book Prize award ceremony in Brussels, on Dec. 7, ...
L'ancienne vice-présidente du Parlement européen, la grec Eva Kaili, avait été au coeur de ce scandale de corruption.Keystone
Le Qatar et le Maroc sont soupçonnés d'avoir octroyé des versements en liquide ou des cadeaux à des eurodéputés en échange d'interventions favorables à leurs intérêts. Les deux pays nient fermement les faits.
14.09.2023, 04:5614.09.2023, 08:19
Plus de «International»

Les eurodéputés ont voté mercredi en faveur d'une révision du règlement intérieur du Parlement européen. Cela pour renforcer l'intégrité et la transparence de l'institution, ébranlée par le scandale de corruption du Qatargate.

La modification du règlement, qui entrera en vigueur le 1er novembre, a été soutenue par une large majorité dans l'hémicycle (505 voix pour, 93 contre et 52 abstentions):

  • Parmi les principales réformes figure l'obligation faite aux eurodéputés de rendre publiques, sur un registre dédié, les réunions avec des représentants d'intérêts ou de pays tiers;
  • L'obligation de remplir une déclaration de patrimoine en début et en fin de mandat, pour lutter contre tout enrichissement indu.

Définition du conflit d'intérêt précisée

La définition du conflit d'intérêt a également été précisée, et la poursuite d'activité de lobbying parallèlement à l'exercice du mandat de député a été interdite.

Enfin, de nouvelles règles ont été établies concernant les groupes non officiels de députés, afin notamment de les empêcher d'utiliser le nom ou le logo du Parlement et ainsi éviter de possibles confusions sur la communication de l'institution.

«Pas suffisant à long terme»

Ce vote «est une victoire qui, je l'espère, aidera à restaurer la confiance de nos concitoyens envers nos institutions après les profonds dommages causés par le Qatargate», a déclaré l'eurodéputé Gilles Boyer, (Renew, libéraux et centristes):

«Ce n'est que la première pierre (...), beaucoup reste encore à faire en matière de transparence»

«En l'état actuel du rapport de force politique au Parlement, ce n'était pas possible d'obtenir beaucoup mieux», a commenté Raphaël Glucksmann (S&D, gauche):

«Mais je ne pense pas que ce sont des réformes suffisantes à long terme pour rendre cette institution tout à fait transparente et éviter les conflits d'intérêts ou les influences néfastes»

L'écologiste Gwendoline Delbos-Corfield a elle regretté le manque d'avancée sur les «emplois à côté», ces emplois assumés par certains eurodéputés en parallèle de leur mandat:

«On a obtenu l'interdiction du travail de lobbyiste, ce qui semble un minimum, mais sinon, vous pouvez exercer un job en même temps que votre mandat de député européen, et gagner beaucoup d'argent. C'est quand même étrange, d'autant qu'on est confortablement indemnisé ici»

La déception était également de mise pour Transparency International, qui estime que ces nouvelles règles «ne parviennent pas à résoudre les problèmes structurels» de Parlement. «Des réformes importantes, telles que la nécessité de sanctions dissuasives et d'un véritable contrôle indépendant de la conduite des députés, n'ont pas été abordées», déplore l'ONG. (ats/jch)

Un Anglais fait une découverte au Qatar qui a de quoi intriguer
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le couple Biden va recevoir des «pandassadeurs» de marque
L'arrivée de ces «pandas diplomatiques» est un signe que les tensions entre la Chine et les Etats-Unis se sont quelque peu apaisées, surtout depuis la visite officielle de Xi Jinping sur le sol américain en novembre dernier.

Washington va accueillir d'ici la fin de l'année un nouveau couple de pandas envoyé par la Chine, des mammifères à fort symbole diplomatique et adorés du public, ont annoncé mercredi le Smithsonian's National Zoo et la Première dame américaine.

L’article