DE | FR

Enquête ouverte contre le Youtubeur «Papacito» pour «provocation» au meurtre

Bild

Le Youtubeur d'extrême droite a été officiellement attaqué en justice par le parti de Jean-Luc Mélenchon. Il affirme être irréprochable.



Une enquête a été ouverte mercredi pour «provocation publique non suivie d'effet à la commission d'atteintes à la vie» visant le Youtubeur d'extrême droite «Papacito», auteur d'une vidéo simulant le meurtre d'un électeur LFI, a annoncé le parquet de Paris, sollicité par l'AFP.

Dans cette vidéo publiée dimanche sur YouTube, depuis retirée, le vidéaste «Papacito» déclare: «Il y a 6% de gens qui votent pour le parti de Jean-Luc Mélenchon dans ce pays, peut-être qu'ils seront démunis s'il se passe quelque chose de pas prévu dans les années prochaines.»

«Qu'est-ce qu'on peut faire pour ces gens-là?», ironise le vidéaste affublé d'un treillis militaire, avant de tirer, accompagné d'un ami, avec des armes à feu, sur le mannequin représentant l'électeur LFI, ensuite lardé de coups de couteau.

«Alors bien sûr le but de cette vidéo n'est pas de vous engager à produire de la violence, elle est purement expérimentale»

Papacito

Cette vidéo avait été vivement dénoncée par le candidat La France insoumise (LFI) à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, qui avait annoncé lundi le dépôt d'une plainte. Fabien Roussel (PCF), autre candidat à la présidentielle, avait également annoncé «saisir le procureur» parce que les communistes y étaient aussi désignés comme cibles. (ats/afp)

Réponse de l'incriminé:

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Twitter s'immisce (encore) dans des conflits politiques

Les autorités indiennes ont demandé à plusieurs reprises à Twitter de bloquer des comptes diffusant des contenus critiquant le pouvoir. Ce n'est que le dernier exemple de censure politique exercée par la plateforme.

Après avoir banni Donald Trump, suspendu le compte du parti d'extrême droite espagnol Vox, signalé certains comptes et médias pilotés par des États, Twitter exerce ses pouvoirs de censure en Inde. Dernier exemple en date: la suspension de quatre comptes coupables d'avoir publié des contenus critiquant le pouvoir ou une réforme controversée des lois agricoles.

Dimanche, le gouvernement avait demandé au réseau social à l'oiseau bleu de bloquer les profils en question, dont celui du chanteur …

Lire l’article
Link zum Artikel