en partie ensoleillé
DE | FR
Société
Insolite

Elle devient la première femme à régner sur le barbecue en Argentine

Elle devient la première femme à régner sur le barbecue en Argentine

Une femme, Natalí Suárez, a été désignée meilleur «asador» d'Argentine.
L'«asado» est pratiquement un sport national en Argentine.Image: twitter
L'un des secrets de ce plat emblématique, réalisé le dimanche en famille ou en recevant des amis, réside dans la braise, qui doit permettre une cuisson lente, sans sécher ni brûler la viande.
15.08.2022, 05:3415.08.2022, 06:26
Plus de «Société»

L'Argentine, connue pour la qualité de sa viande rouge, a accueilli dimanche son quatrième championnat national d'«asado» (barbecue). Une femme, Natalí Suárez, a été désignée meilleur «asador» du pays.

Les 24 participants, dont les stands représentant les 23 provinces de l'Argentine et sa capitale fédérale, s'étaient installés dans une rue du cœur de Buenos Aires pour préparer différentes découpes de viande devant un jury d'experts et des milliers de personnes venus arpenter les lieux par une journée ensoleillée.

Secret dans la braise

Après avoir évalué trois paramètres, la présentation du plat, la cuisson de la viande et sa saveur, les juges ont décerné le titre à Natalí Suárez. L'«asadora» originaire du centre de l'Argentine s'est dit «heureuse» d'avoir remporté le championnat.

«Pour les Argentins, l'asado est le plat numéro un, le plat national»
Carlos López, l'un des juges du concours et directeur d'une école argentine spécialisée dans l'art du barbecue.

La culture de l'asado est également partagée par l'Uruguay, le Chili, le Mexique et le Brésil.

Les Argentins, qui ont fait de l'asado un art culinaire dont ils sont fiers, sont les plus grands consommateurs de viande au monde, avec 65.4 kg par habitant et par an contre 42 kg aux États-Unis et 50 kg en Suisse. (ats/jch)

Les bouffistas: Cap's BBQ à Genève
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Je me suis fait retirer l'utérus et c'était un calvaire
Cela fait presque quatre ans que je n'ai plus d'utérus et je suis très heureuse depuis. Mais le chemin pour y parvenir n'a pas été simple, car si je peux me faire augmenter la taille des seins ou épiler tous les poils du corps au laser, lorsqu'il s'agit de ma capacité à enfanter, je n'ai apparemment plus le droit de décider par moi-même. Et ce même si je souffre.

La plupart des gens savent que donner naissance n'est pas un jeu d'enfant, en particulier pour le corps. Mais qui s'imagine réellement les nombreuses conséquences? Par exemple, l'utérus et la vessie peuvent glisser quelques étages plus bas parce que le plancher pelvien s'est «dégonflé».

L’article