en partie ensoleillé
DE | FR
Société
Santé

Cancer de l'utérus: Se lisser les cheveux augmenterait le risque

lissage de cheveux pour une cliente
Image: Shutterstock

Se lisser les cheveux augmenterait le risque de cancer

Les femmes qui utilisent fréquemment des produits de lissage des cheveux multiplient par 2,5 leur risque de développer un cancer de l'utérus, selon une étude américaine publiée le 17 octobre dernier.
02.12.2022, 21:0703.12.2022, 11:00

Utiliser des produits capillaires chimiques pour se lisser les cheveux accroît le risque de développer un cancer de l'utérus. Ce sont les conclusions d'une étude américaine menée sur plus de 30 000 femmes en six ans. Selon l'étude, les femmes noires qui ont recours plus fréquemment au lissage chimiques sont davantage touchées.

Qu'est-ce que ça dit?

L’étude menée entre 2003 et 2009 a porté sur 33 497 femmes américaines, âgées de 35 à 74 ans. Le point commun entre toutes ces participantes? Elles ont toutes eu une sœur qui a développé un cancer du sein. Parmi elles, 7,4 % étaient noires, 4,4 % hispaniques, 85,6 % blanches et 2,5 % appartenaient à d’autres populations. Selon Le monde, l’étude révèle une association manifeste: les femmes qui utilisaient fréquemment des produits de lissage des cheveux, soit plus de quatre fois au cours de l’année précédente, avaient quant à elle un risque multiplié par 2,5 de développer un cancer de l'utérus.

Qu'est-ce qui pose problème?

Les produits chimiques utilisés pour lisser les cheveux, mais aussi l'action du fer à lisser qui chauffe ces mêmes produits, sont plus que nocifs pour la santé des femmes. Interrogé par 24 heures, le professeur Patrick Petignat, responsable de l'Unité d'oncogynécologie chirurgicale aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) déclare que «si cette association est avérée, des mesures sont à prendre». L'une des hypothèses avancées: les lissages provoquent des microlésions sur le crâne, ce qui implique une absorption directe des produits lissants, explique le quotidien vaudois. L'oncologue poursuit:

«Du formaldéhyde est généré par l’action chauffante et le contact avec ces produits. Ce n’est surtout pas bon pour les voies respiratoires et on sait qu’il s’agit d’un produit cancérigène.»
Patrick Petignat, responsable de l’Unité d’oncogynécologie chirurgicale aux HUG, 24 heures

Pourquoi c'est important?

Parce que les risques de développer un cancer hormonosensible comme le cancer des ovaires et du sein étaient déjà connus par les chercheurs travaillant sur les perturbateurs endocriniens contenus dans certains produits chimiques, mais que celui de développer un cancer de l'utérus n'avait pas encore été constaté.

Réaction de la FRC et des coiffeurs

Les perturbateurs endocriniens sont déjà sous la loupe de la Fédération romande des consommateurs (FRC), mais les mesures semblent compliquées à mettre en place, analyse Anne Onidi, spécialiste des tests comparatifs pour la FRC. Dans les colonnes du quotidien vaudois, elle explique que la Suisse est loin «de jouer le rôle de précurseur» et que les demandes de retirer du marché certains produits jugés problématiques à l'étranger n'ont pas été prises en compte. Il est donc extrêmement difficile de reconnaître les produits capillaires nocifs. Pour s'y retrouver la FRC a créé une application qui analyse la composition des produits en scannant le code-barres.

Dans les salons de coiffure, le quotidien vaudois explique que l'étude est passée relativement inaperçue et que la plupart des professionnels n'ont pas souhaité répondre aux questions.

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: le coiffeur

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai abusé de mon corps»: Jamal, accro au porno depuis 21 ans
Aujourd'hui âgé de 33 ans, il passait jusqu'à cinq heures par jour devant l'ordinateur. Comment son addiction l'a séparé du bonheur et comment il tente de la vaincre.

Son lieu de repli est habité par des fantômes. C'est ainsi qu'il appelle les femmes qui se tortillent et se soumettent à l'écran. Jamal*, 33 ans, est accro à la pornographie. Comme 3 à 6% des Suisses. Sa dépendance l'accompagne depuis 21 ans et le demeurera sans doute à vie.

L’article