faible pluie
DE | FR
Société
International

Des discriminations dans la coiffure? Des Français veulent y mettre fin

Image
Image: Shutterstock

Des discriminations dans la coiffure? Ce collectif veut y mettre fin

Un collectif français entend mettre fin aux tarifs genrés dans les salons de coiffure. Le but? Eviter de catégoriser systématiquement la personne du côté homme ou du côté femme lorsqu'elle consulte les prix.
01.06.2021, 13:3501.06.2021, 16:48

Depuis toujours, les tarifs affichés sur les vitrines des salons de coiffure entre la «coupe femme» et la «coupe homme» diffèrent. En France, le collectif «Coiffure en lutte» compte bien mettre fin à cette pratique, qu'il juge discriminatoire.

Et pour cause: Pour une même coupe, une femme débourse souvent plus qu’un homme. Dans le Huffington Post, Laura Morandi, coiffeuse indépendante et membre du collectif, propose une alternative à cette pratique: Remplacer les mentions «homme-femme» par «coupe courte, mi-longue ou longue». Cela permettrait d'éviter de catégoriser la personne selon son sexe. Le tarif serait uniquement basé sur la durée de la prestation.

«Les codes de la coiffure doivent évoluer»

En plus de cette lutte, le collectif souhaite s’attaquer à la désinformation concernant les pathologies du cuir chevelu et des cheveux, comme l’alopécie ou encore le psoriasis. Il veut aussi combler les lacunes sur le traitement des cheveux frisés et crépus.

Le collectif souhaite aussi se rendre dans différents salons et participer à des formations pour faire évoluer le milieu.

«Le monde de la coiffure français semble à des milliers d'années du monde actuel. Les codes de la coiffure doivent évoluer vers une liberté, une diversité et une inclusivité de tous»
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'avais peur, j'ai tenté de ne pas dormir»: une Iranienne raconte la prison
En Iran, les protestations contre le régime entraînent des violences policières, des peines de prison et, de plus en plus souvent, la peine de mort. Pourtant, les gens descendent dans la rue par milliers. Dans un entretien, une femme explique pourquoi elle veut continuer à manifester malgré son arrestation.

«C'est difficile pour moi de penser à cette période, de me projeter en arrière», raconte Mina (nom modifié). L'artiste a été détenue pendant plusieurs jours dans une prison iranienne pour sa participation à une manifestation, il y a quelques semaines.

L’article