Société
Humeur

«File dans ta chambre!» banni? Ivre, l'Europe veut consigner le bon sens

A gauche, le Conseil de l'Europe. A droite, les parents qui se demandent pourquoi le Conseil de l'Europe vient mettre son nez dans l'éducation de leurs enfants.
A gauche, le Conseil de l'Europe. A droite, les parents qui se demandent pourquoi le Conseil de l'Europe vient mettre son nez dans l'éducation de leurs enfants.Image: Shutterstock
Humeur

«File dans ta chambre!» banni? Ivre, l'Europe veut consigner le bon sens

Attention, le Conseil de l'Europe réfléchit à déconseiller. Cette imposante usine à produire des normes pourrait ne plus défendre la bonne vieille technique du «time out», sous la pression de diverses associations qui grognent. En 2022, faut-il couronner la tête dure ou prendre les adultes pour des demeurés?
13.10.2022, 11:4713.10.2022, 12:47
Suivez-moi
Plus de «Société»

De tout temps, ce qui est défendu par les uns est honni par d'autres. Dans le domaine éducatif, c’est souvent à grands coups de râpe à callosités sociétales que le rapport de force se renverse sans prévenir. C'est le cas de la célèbre injonction «file dans ta chambre!», que le Conseil de l'Europe pourrait bientôt déconseiller... quinze ans après l'avoir conseillée. On le sait parce que Le Figaro s'est frayé un chemin dans un échange de mails tendu, il y a une semaine. Pour certaines associations, «c’est de la folie» et «une sanction psychique inouïe» que d'envoyer son enfant se faire consoler par sa PS5 à huis clos.

Soit.

Quand Mandarine, 11 ans, en rogne contre un tas d'épinards, balance sa fourchette contre la belle affiche de la Collection de l'Art brut de Lausanne (mais surtout de maman), les parents ont plusieurs choix dans leur assiette. Priver Mandarine de dessert, s'excuser d'avoir osé cuisiner des légumes, lui inculquer la joie de l'art brut ou l'envoyer dans sa chambre. Dans le grand bain ambiant de l'abolition totale et définitive de toute verticalité éducative, il semble que seuls un cours de yoga et un smoothie patate puissent être conseillé par le Conseil qui se met à déconseiller au moindre coup de sueur.

Puisqu'il est de bon ton de fourrer son nez dans l'éducation du fils du voisin ou du citoyen européen, allons-y franco. Avant de statuer sur l'utilité (ou non) d'envoyer sa progéniture en chambre, jetons peut-être un petit coup d'œil dans ladite chambre. (Quand il y en a une.)

Car si la piaule de Mandarine est une copie conforme d'une cellule de la prison Владимирский централ à l'est de Moscou, il est probable qu'elle rechigne à y incarcérer sa bile.

Si c'est pour divertir sa colère dans un Disneyland miniature gorgé de joyeux petits cons, en ligne et en réseau, autant planter Mandarine quinze minutes devant le jet d'épinards qui a désormais traversé l'affiche de maman et qui commence à ronger la tapisserie Cole and Son de papa.

Projet "Toys Stories" du photographe Gabriele Galimberti.
Projet "Toys Stories" du photographe Gabriele Galimberti.

Pendant que des élus exhibent des cols roulés en cachemire pour inciter les pauvres à économiser du jus cet hiver, une grande instance européenne s'apprête à «retravailler» cette terrible «injonction à quitter la pièce», en «collaboration active avec l'enfant». En 2022, on ne sait plus très bien s'il faut infantiliser le grand ou responsabiliser le petit.

Il semblerait surtout que l'Etat s'amuse autant à prendre les adultes pour des demeurés, qu'à couronner à l'aveugle des petites têtes plus dures que blondes.

Comme Mandarine, le bon sens risque de ne plus vouloir revenir une fois calmé. Maigre consolation, si les enfants n'écoutent plus leurs parents, personne n'a jamais sérieusement envisagé d'écouter le Conseil de l'Europe.

Vous vous souvenez de la chronique "File dans ta chambre" du génial Stéphane de Groodt?👇

La déclaration d'amour ukrainienne pour la France
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
On aura tout vu: Harry et William ont inspiré une tendance beauté
D'héritier du trône britannique à influenceur maquillage, il n'y a qu'un pas. Meghan Markle likes this.

Si on vous demande «parmi les Royals, qui est la personne la plus susceptible d'inspirer une tendance maquillage?», ça n'est certainement pas à William et Harry que l'on pense en premier. L'un, parce qu'il est chauve parce que c'est plutôt son épouse, Kate Middleton, que l'on salue notamment pour sa beauté, l'autre, parce qu'il est roux parce que c'est plutôt son épouse, Meghan Markle, que l'on salue notamment pour sa beauté (mais surtout pour ses histoires de confiture).

L’article