Société
Séries

Inventing Anna: la journaliste de Vanity Fair attaque Netflix

Image
netflix media

Inventing Anna: la journaliste de Vanity Fair attaque Netflix

Rachel Williams porte plainte contre la plateforme pour diffamation. Elle considère que la série a brossé un portrait d'elle «horrible».
31.08.2022, 17:0231.08.2022, 17:41
Gelöschter Benutzer
Suivez-moi
Plus de «Société»

Si vous avez regardé la série Inventing Anna sur Netflix, alors vous avez peut-être détesté le personnage de Rachel Williams qui est dépeinte comme arriviste, naïve, snob, superficielle et lâche. D'ailleurs, vous vous êtes sûrement dit à un moment ou à un autre: «Bien fait pour elle!».

C'est justement à cause de l'image que la série lui a collée que Rachel Williams, la vraie, porte plainte contre Netflix pour diffamation. Son action en justice, déposée ce lundi 29 août, se lit comme suit: «En raison de la fausse représentation que Netflix a faite d'elle comme une personne vile et méprisable, Williams a été soumise à un torrent d'abus en ligne, d'interactions négatives en personne, et de caractérisations péjoratives dans des podcasts, etc.»

Inventing Anna. (L to R) Laverne Cox as Kacy Duke, Katie Lowes as Rachel, Julia Garner as Anna Delvery, Alexis Floyd as Neff Davis in episode 105 of Inventing Anna. Cr. Courtesy of Netflix © 2021
En rouge, Anna Delvey, interprétée par Julia Garner. Au centre, Rachel Williams, interprétée par Katie Lowes. netflix media

La série à succès raconte la vraie histoire d'Anna Delvey, née Anna Sorokin, une soi-disant riche héritière allemande qui s’avérera être une arnaqueuse russe ayant pigeonné l'élite new-yorkaise. En 2016, Rachel Williams, alors éditrice photo chez Vanity Fair, rencontre Anna. Elles deviennent amies.

Inventing Anna. Katie Lowes as Rachel in episode 105 of Inventing Anna. Cr. Aaron Epstein/Netflix © 2021
Rachel Williams est interprétée par Katie Lowes.Image: UAP_AE_00284

Mais tout bascule le jour où l'employée du magazine part avec Anna à Marrakech et se voit forcée de payer une facture de 62 000 dollars (environ 60 000 francs) pour six nuits à la Mamounia. En 2019, Rachel Williams a témoigné en larmes devant le tribunal en expliquant qu'elle pensait qu'Anna couvrirait leurs frais et a dit avoir souffert de stress et d'anxiété à cause de cette dette inattendue. La plainte soutient que la série, qui est en lice pour trois Emmys, dont celui de la meilleure série limitée, dépeint Williams comme un parasite opportuniste qui abuse de Sorokin, l'abandonnant au Maroc et la vendant aux autorités.

Elle et Anna sont les seules personnes dont les noms complets sont cités dans la série. «Les dommages dévastateurs à sa réputation auraient pu être évités si Netflix avait utilisé un pseudonyme et des détails différents. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait pour elle alors que cela a été le cas pour tant d’autres personnages de la série?», explique à Deadline l'un des avocats de la plaignante de 34 ans.

Elle avait conclu un accord de 340 000 dollars avec HBO pour son livre My Friend Anna: The True Story of a Fake Heiress. Ce projet n'est plus d'actualité. Dans une déclaration à Deadline, l'avocat a laissé entendre que Netflix n'avait pas modifié les détails biographiques de Williams parce qu'«elle avait choisi de jouer pour l'autre équipe, c'est-à-dire HBO.»

Plus d'articles sur la série Anna Delvey

Sans transition, ce superyacht russe confisqué est à vendre:

1 / 23
Ce superyacht russe confisqué est à vendre
Un nouveau cap s'apprête à être franchi dans le flot de sanctions prises contre les oligarques russes.
partager sur Facebookpartager sur X

Manon Tanti n'aurait pas dû faire ce TikTok en anglais

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La pharma suisse élabore une pilule anti-âge
Grâce à une mutation génétique, des chercheurs bâlois ont déjà pu doubler la durée de vie d'animaux de laboratoire. L'humain pourra-t-il à terme lui aussi espérer rallonger son existence? Les espoirs sont immenses, tout comme les défis.

Colin Ewald a 43 ans. Sur le papier. Biologiquement, il a l'air nettement plus jeune. Son physique est celui d'un homme de 34 ans, comme il l'a récemment révélé au magazine suisse allemand Reportagen.

L’article