en partie ensoleillé
DE | FR
Sport
British corner

Cristiano Ronaldo: Le retour de l'enfant chéri d'Old Trafford

A corner flag on a soccer stadium green grass
Image: Shutterstock
British corner

Cristiano: Le retour de l'enfant prodige d'Old Trafford

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League 2020, décrypte chaque semaine l'actualité du football britannique et vous donne ses bons plans FPL. Présentation de la quatrième journée.
10.09.2021, 10:4610.09.2021, 17:09
British corner
S’abonnerS’abonner

Tous les regards seront braqués sur le stade d'Old Trafford samedi prochain sur le coup des 16 heures. Cristiano Ronaldo, l'enfant chéri de Manchester United, fera son retour en Premier League, douze ans après avoir quitté les Red Devils.

Le retour en Premier League (PL) du deuxième meilleur joueur de la planète est assurément un événement. Le fait qu'il effectue son retour sous le maillot rouge mancunien confère une touche émotionnelle à l'événement... contrairement au transfert du meilleur joueur de la planète.

Tout a évidemment beaucoup changé dans les travées d'Old Trafford depuis son premier passage. Sir Alex Ferguson, l'homme qui a joué un rôle prépondérant dans l'éclosion du talent, n'est plus sur le banc de Manchester United. Ronaldo ne retrouvera évidemment pas non plus trace d'un ancien coéquipier du temps de sa première épopée mancunienne.

Seul Marcus Rashford peut éventuellement se targuer d'avoir côtoyé directement son illustre coéquipier à Manchester, puisque l'attaquant anglais a effectué toutes ses classes juniors à ManU. Mais lorsque Ronaldo a été transféré au Real Madrid à l'été 2009, le jeune Marcus n'avait que onze ans...

Cet exemple témoigne de la longévité exceptionnelle de la star portugaise. A 36 ans, Ronaldo ne débarque pas à Manchester avec l'étiquette d'ancienne gloire venant terminer sa carrière dans le club de ses débuts. Non, à 36 ans, Ronaldo fait son retour à Old Trafford avec un statut de superstar et la ferme intention d'empiler les buts et les titres.

Si douze années ont passé, certaines choses ne changent pas. CR7 foulera la pelouse d'Old Trafford avec le légendaire numéro 7 qu'il avait porté dès son premier match avec les Red Devils. Grand seigneur comme à son habitude, Edinson Cavani lui a gracieusement proposé de lui rendre «son» numéro.

Samedi après-midi face à Newcastle, ses moindres faits et gestes seront scrutés. Les fans mancuniens se délecteront avec avidité et gourmandise des facéties de leur chouchou, tandis que les fans adverses scruteront avec inquiétude et une pointe de dédain les gris-gris de la légende portugaise.

Le bilan du mercato estival

La pause internationale a également signifié la fin de la période des transferts. Les clubs avaient jusqu'au 31 août pour faire leurs emplettes au cours d'un mercato ébouriffant. L'occasion de tirer un bilan financier chiffré.

Total dépensé

Des chiffres à prendre avec des pincettes puisque l'évaluation des sommes de transferts peuvent légèrement différer dépendamment de la source.

Bon dernier en championnat, Arsenal pointe pourtant en tête des clubs de Premier League les plus dépensiers durant le mercato estival. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les achats des Gunners n'ont pas (encore) été rentabilisés: Ben White (58,6 millions d'euros) a chopé la Covid après un match de championnat, Martin Odegaard (35 millions) n'a quasiment pas encore touché un ballon en PL après avoir subi la déferlante Manchester City (défaite 5-0) pour son premier match de PL, tandis qu'Aaron Ramsdale (28 millions) chauffe le banc des remplaçants derrière le gardien titulaire Bernd Leno.

Les deux clubs de Manchester ne sont pas en reste. Mais si City a tout misé sur les mollets de Jack Grealish (117,5 millions d'euros), United s'est offert un recrutement cinq étoiles avec les arrivées notamment de Raphaël Varane, Jadon Sancho et Cristiano Ronaldo.

La vente de l'âme du club Jack Grealish propulse évidemment Aston Villa en tête des clubs ayant encaissé le plus d'argent lors du mercato estival. Chelsea a également passablement dégraissé son effectif cet été, enregistrant les ventes notamment de Kurt Zouma (35 millions d'euros), Tammy Abraham (40 millions) ou Fikayo Tomori (28 millions).

On relèvera aussi les plus-values intéressantes de Brighton, Norwich et Southampton, conséquences de la vente de leurs hommes forts respectifs Ben White, Emiliano Buendia et Danny Ings.

On ne veut pas s'acharner sur Arsenal, mais le bilan des dépenses nettes du marché des transferts est éloquent. On épargnera aux supporters des Gunners le parallèle avec le classement de Premier League. Toutefois, Mikel Arteta devra rapidement trouver les clés pour intégrer ses nouvelles recrues et redonner un nouveau souffle à une équipe en déroute.

On remarque que les deux clubs de Liverpool - Liverpool et Everton - ont misé sur la stabilité au sortir d'une saison 2020-2021 compliquée. On relèvera également le bilan financier global largement négatif de la ligue et le fait que seuls cinq clubs ont un bilan de dépenses nettes positif. Des chiffres qui confirment la position de la Premier League comme la ligue la plus riche et dépensière du monde.

Le British Corner #FPL

La pause internationale donne l'occasion à de nombreux managers de la Fantasy Premier League (FPL) de souffler, tandis que d'autres y voient, au contraire, l'opportunité de se triturer encore davantage les méninges.

Les arrivées en grandes pompes de Cristiano Ronaldo et Romelu Lukaku ont mis la communauté #FPL en émoi. L'ajout des deux vedettes promet de passablement redistribuer les cartes... et c'est tant mieux!

En effet, et vous serez certainement d'accord avec moi, il n'y a rien de plus ennuyant sur Fantasy que lorsque toutes les équipes se ressemblent, lorsqu'on ne peut même plus exulter sur un but de sa pépite sans réaliser dans la seconde qui suit que tous nos potes de la mini-ligue l'ont aussi dans leur équipe...

Ronaldo (12,5) et Lukaku (11,5) ont un coût. Leur insertion dans notre équipe ne se fait pas sans un coup de bistouri radical dans l'effectif. Tant et si bien que bon nombre de managers FPL se sont rués sur leur Wildcard (WC). La question brûlante du moment est donc: est-ce le bon moment pour jouer sa précieuse WC?

Evidemment, il n'y a pas de réponse toute faite. La solution dépend en premier lieu de l'état de vos équipes. Ma propre expérience m'incite toutefois à la prudence. Oui, la perspective de pouvoir aligner Lukaku et Ronaldo en pointe est alléchante, mais jusqu'à jouer sa Wildcard?

Dans mon cas, je vais opter pour la sagesse et préserver ma WC. En général, je préfère recomposer mon équipe lorsque les formations types des clubs sont clairement établies, ce qui n'est pas le cas actuellement avec les nombreux transferts survenus avant la deadline.

Lukaku a un match abordable ce weekend face à Aston Villa, mais affronte ensuite Tottenham et Manchester City. Même si l'attaquant belge est capable de marquer contre n'importe quelle équipe, j'estime pouvoir me passer de ses services encore trois semaines. La gameweek seven (GW7) lancera ensuite une série de matchs extrêmement favorables pour Chelsea. Je garde en tête l'idée de jouer ma Wildcard à ce moment-là.

Image
Image: sda

Reste le cas Ronaldo. L'attaquant portugais peut frapper un gros coup d'entrée face à Newcastle. C'est pourquoi je suis tenté de le transférer, ce qui impliquerait de sacrifier Bruno Fernandes. Comme la blessure de Firmino semble se confirmer, Diogo Jota devient un atout explosif. Mais cela impliquerait de vendre Tsimikas pour libérer une place pour un joueur de Liverpool.

Cette réaction en chaîne signifierait un moins huit. Le fait d'effectuer des transferts payants ne me dérange pas, surtout s'ils permettent de conserver sa Wildcard. J'attendrai encore les dernières nouvelles des entraîneurs lors des conférences de presse avant de prendre ma décision finale. Mais une chose est certaine: je ne jouerai pas ma WC cette semaine.

Le point sur la situation dans la ligue BC

Dream Team British (Fabio Carsana) a pris les rennes de la ligue avant la pause internationale. Le manager neuchâtelois n'est pas un inconnu de la communauté #FPL, puisqu'il compte déjà un top 5 au classement général suisse. Son bon choix de capitaine et les clean sheet de ses trois défenseurs l'ont propulsé sur le fauteuil de leader.

Il devance de six points Sancho Mpenza (Grégory Beaud), qui était leader après la première journée. Le top 10 reste compact puisque seuls quinze points séparent le leader du 10e.

Voici le classement détaillé:

Image

La GW4 en bref

Le capitaine
Il devient de plus en plus difficile de ne pas céder à l'effervescence autour du retour de Cristiano Ronaldo. L'accueil de Newcastle, une des équipes les plus fébriles défensivement de ce début de saison, représente une entrée en matière rêvée pour le Portugais, qui devrait évoluer à la pointe de l'attaque mancunienne. Il sera mon capitaine si je me décide à l'acheter. Sinon, le brassard ira à Bruno Fernandes. Les alternatives ne manquent pas. Mohamed Salah est un choix sûr face à Leeds, tandis que Romelu Lukaku aura l'occasion d'ouvrir son compteur de but à domicile face à une équipe d'Aston Villa qui se cherche encore.
Qui sera ton capitaine pour la GW4 ?
Les différentiels
Kieran Tierney (4,9): Après un début de championnat calamiteux, le calendrier s'éclaircit pour Arsenal. Dans ce naufrage, j'ai tout de même été impressionné par l'apport offensif du latéral gauche Tierney. Son premier assist ne devrait pas tarder à tomber, peut-être ce weekend face à Norwich.
Adama Traoré (6,0): On ne présente plus le «bodybuilder» des Wolves. Tant l'impression visuelle que les statistiques démontrent que l'ailier espagnol est tout proche d'ouvrir son compteur. S'il parvient à se montrer plus habile à la finition, il peut rapporter gros contre Watford. Il figure tout en haut de ma Watchlist.
Abdoulaye Doucouré (5,5): Le milieu de terrain d'Everton a évolué haut sur le terrain lors des premiers matchs de championnat. Sa faculté à accompagner les actions jusque devant le but pourraient lui rapporter des points à domicile face à Burnley ce weekend.

Vous hésitez encore dans votre choix de capitaine? Vous n'êtes pas encore certain de votre prochain transfert ou de votre stratégie à plus long terme? Posez simplement votre question en utilisant la fonction commentaires ci-dessous.

Cheers mates!

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Binotto n'est plus directeur de la Scuderia Ferrari
Ferrari et Binotto, c'est fini: le directeur de l'écurie italienne de Formule 1, en poste depuis 2019, a présenté sa démission mardi, comme largement attendu dans le paddock.

«Ferrari annonce avoir accepté la démission de Mattia Binotto qui, le 31 décembre, quittera ses fonctions de +Team Principal+ de l'écurie», a expliqué Ferrari dans un communiqué, sans avoir nommé pour l'instant son remplaçant.

L’article