ciel couvert10°
DE | FR
Sport
Cyclisme

Biniam Girmay, venu dans la peau de l'apprenti et ressorti historique

Biniam Girmay peine
L'Erythréen a manoeuvré comme un champion et s'est adjugé sa première classique.Image: sda

Biniam Girmay, l'apprenti cycliste entré dans l'histoire par effraction

Biniam Girmay a écrit une page du sport africain en enlevant Gand-Wevelgem dimanche. Le cycliste érythréen de 21 ans n'a pas volé sa victoire et s'annonce comme l'un des noms à retenir dans le peloton. Portrait.
29.03.2022, 12:0929.03.2022, 12:31
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Les «flandriennes», d'après l'intéressé, ce n'est pas trop sa tasse de thé. «J’ai souffert un peu sur les pavés, je n’étais pas à l’aise, mais je me suis senti de mieux en mieux, j’ai essayé de suivre», déclarait Biniam Girmay, hilare, après sa chevauchée historique entre Gand et Wevelgem. Il faut dire que le jeune cycliste de 21 ans, sourire jusqu'aux oreilles, n'a pas volé cette victoire prestigieuse.

Issu de la filière du Centre mondial du cyclisme d'Aigle (CMC), Girmay avait déjà montré le bout de son guidon aux derniers championnats du monde à Louvain. Vice champion du monde U23 , auteur d'un sprint plein d'agilité, il écrivait une première page du cyclisme africain. Un contrat tout neuf dans l'équipe belge Intermarché Wanty-Gobert-Matériaux et un excellent début de saison plus tard, le voilà sur les rails d'une carrière (très) prometteuse.

Des places d'honneur à la pelle en 2022, puis la consécration

Si cette consécration peut s'apparenter à une surprise, Girmay avait des arguments sur le porte-bagage: une victoire lors du Challenge de Majorque en janvier, une quatrième place lors de la sixième étape de Paris-Nice, dixième de Milan-Turin, douzième de Milan-Sanremo, ou encore cinquième du Grand Prix E3: le début de saison de l'Erythréen est très solide.

Dans le sillage de Daniel Teklehaimanot (retraité désormais), pionnier du cyclisme érythréen, ou encore Natnael Behrane, excellent puncheur et ancien pensionnaire de l'équipe Cofidis, le cyclisme du pays, avec Girmay, atteint son plus haut sommet. La victoire du pensionnaire de la Wanty-Gobert incarne désormais une nouvelle nation forte dans le monde de la petite reine, et prouve que les coureurs d'Afrique subsaharienne ont leur mot à dire. Et ce n'est pas le seul à avoir la socquette légère. Loin du branle-bas de combat médiatique, Natnael Tesfatsion a récemment claqué une quatrième place au GP Industria, en Italie.

Le règne du «Kenyan Blanc» (ndlr: Chris Froome) désormais évanescent, cette fois-ci c'est bien celui d'un Noir africain, Biniam Girmay. Historique. Anomalie conjurée, qui plus est sur une classique où pavés et vents sont au menu, le terrain de jeu des vieux briscards. Soyons francs: c'est une victoire en patron et non à l'arraché. Coiffer Christophe Laporte au sprint, l'un des hommes en forme du moment, relève de l'exploit.

Une revalorisation et un tout nouveau statut

Frédéric Amorison - qui fait partie du staff des directeurs sportifs de la formation wallonne qui emploie Girmay - estime que ce n'est que le début de l'histoire: «Je pense qu’il va continuer avec nous pendant plusieurs années avec un contrat revalorisé», expliquait-il dans des propos rapportés par la RTBF.

Et Amorison d'évoquer le caractère du coureur:

«Avant de venir chez Intermarché-Wanty-Gobert, d’autres équipes étaient intéressées. Il a discuté avec Quick-Step, UAE… Et après avoir conversé avec cinq ou six équipes, il a dit qu’il voulait rouler dans une équipe belge et être un leader, sans avoir trop de pression. [...] Il s’est super bien intégré. C’est loin d’être un fanfaron mais il est toujours là pour rigoler. On sait qu’on doit travailler différemment avec lui. Sur Paris-Nice, l’équipe avait beaucoup d’ambitions et lui était très relax. Il doit encore apprendre cette culture de la gagne. Mais avec ses récentes performances, il va prendre confiance»

Toujours au sein du staff Intermarché-Wanty-Gobert, Jean-François Bourlart expliquait dans les colonnes d'un média belge, lors du stage de préparation de sa formation, en janvier, qu'il était curieux de le voir batailler sur les pavés.

«Avec son sens du placement, je suis curieux de voir Biniam sur des classiques flandriennes»

Son agilité et sa vitesse peuvent faire de lui un véritable gagneur. Mais c'est surtout, à travers cette victoire, un effet de levier pour une génération érythréenne prête à se frotter au gratin européen. Après l'avénement du cyclisme slovène, le vélo africain est en plein essor, comme en atteste l'organisation des championnats du monde en 2025 au Rwanda. Girmay, lui, devra digérer sa nouvelle popularité. Son équipe dresse déjà un voile ultra-protecteur pour éviter que son joyau ne se brûle au contact de la lumière.

Il sera inutile de l'attendre sur le Tour des Flandres. Après trois mois à cravacher et aligner les performances, il s'en va souffler un peu dans son pays natal. Sa prochaine grande échéance sera une course de trois semaines: le Giro, en mai de cette année.

Thèmes
25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey
1 / 27
25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Aveugle, cette ado marque un panier au basket
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il y a eu trop d'alcool»: règlement de compte dans le cyclisme
Le manager de la Soudal Quick-Step, Patrick Lefevere, a une nouvelle fois pris pour cible son coureur Julian Alaphilippe. Une attaque supplémentaire, qui a déclenché de vives réactions.

Patrick Lefevere semble avoir une dent contre l'un de ses coureurs, à savoir le Français Julian Alaphilippe. Ce dernier, qui a fait les beaux jours de la Soudal Quick-Step durant plusieurs saisons, remportant des étapes sur le Tour de France et des classiques comme La Flèche wallonne ou Milan-San Remo, est en effet régulièrement critiqué dans les médias par son patron.

L’article