DE | FR
Image: Keystone/image watson

José Mourinho est-il encore écouté?

Excédés par les obsessions défensives de leur entraîneur, les attaquants de Tottenham auraient décidé de n’en faire qu’à leur tête. La rumeur semble se vérifier: ils ont gagné 4-0.
28.02.2021, 20:00

Ce devait être une purge, le match à rater absolument, de ces distractions du dimanche qui font regretter les parties de Uno. Burnley, bastion du fighting spirit anglais, les mollets chargés de testostérone, rendait visite à Tottenham, converti au réalisme depuis que José Mourinho l'a pris en main. Entre deux grands timides, c'était couru d’avance: nonante minutes à se regarder dans le blanc des yeux, à attendre l’ouverture, peut-être un malentendu, en faisant mine d’en avoir dans le pantalon - comme le disent encore les vieux entraîneurs du Nord quand ils désignent les forces du mâle.

Et puis non: lancé par un but de Gareth Bale après deux minutes, Tottenham a écrasé Burnley 4-0, dans la joie et l'allégresse. Il est apparu transfiguré, oeil rieur, sourire canaille. Il a retrouvé un allant suspect, égayé de dribbles espiègles et de raids extravagants. Ô surprise. Ô miracle?

Sergio Reguilon, Gareth Bâle et Pierre-Emile Höjbjerg n'avaient pas autant rigolé depuis des lustres.
Sergio Reguilon, Gareth Bâle et Pierre-Emile Höjbjerg n'avaient pas autant rigolé depuis des lustres. Image: AP POOL Reuters

The Athletic croit savoir que, excédés par les obsessions défensives de José Mourinho, les attaquants de Tottenham ont décidé secrètement de n’en faire qu’à leur tête, sinon de dépoussiérer les schémas de leur ancien entraîneur, Maurizio Pochettino (aujourd’hui au Paris SG).

Toujours est-il que Mourinho a passé son dimanche à bougonner et bouder, malgré le score (envie d'un petit Uno)? Toujours est-il qu'il lui reste deux autres semaines pour gagner des matches, subséquemment la confiance de son employeur, et éviter un licenciement. Deux petites semaines pour prouver que, à 58 ans, il n’est pas un homme du passé, un vieux beau en Clarke marine perclu de certitudes, bon à étaler sa science sur les plateaux télés.

GIF animéJouer au GIF

Il en coûterait 35 millions d’euros à Tottenham pour rompre le contrat du Special One (son surnom auto-décerné), dont les indemnités de départ culminent déjà à 62 millions d’euros depuis le début de sa carrière (sans oublier une Ferrari 612 Scaglietti offerte par Roman Abramovitch, propriétaire de Chelsea, en guise de souvenir). Depuis vingt ans que Mourinho est l’un des entraîneurs les mieux payés au monde, jamais autant de personnes ne se sont demandées pourquoi qu'aujourd'hui.

«Je ne sors pas de n'importe quelle bouteille. Je suis un cru spécial»
José Mourinho lors de son arrivée à Chelsea en 2004

Plus encore que son sens du placement et du jeu de transition, le Portugais avait ce don de convaincre qu’il est un gagneur, même quand il perd. Le 24 février, au sortir d’une cinquième défaite en six matches, il cherchait surtout à se convaincre lui-même: «Je ne doute pas, absolument pas. Zéro. Mes méthodes n’ont pas d'équivalent dans le monde.»

Mourinho est-il dépassé?

The Athletic prétend que les attaquants de Tottenham ne trouvent plus le cru spécial à leur goût. Quasi imbuvable, parfois, à les saouler de mises en garde. La contestation tient surtout à la posture défensive de l’équipe. Les Spurs campent sur les pattes arrières, bloc bas, longs ballons, aucune imprudence. Cette position repliée prend la forme d'une dérive sécuritaire: contenir l'adversaire plutôt que déployer ses talents. Éviter les erreurs plutôt que pousser à la faute. Exploiter des faiblesses plutôt qu’imposer ses forces.

En bon vaudois, on dirait que son Tottenham joue le péclet, la pétoche, la carotte, tous derrière et deux devant (Harry Kane et Heung-min Son). José Mourinho n’est certes pas le seul responsable, son CV parle autant que lui et sa passion des opérations commandos le conduira peut-être à la victoire en Ligue Europa. Mais peut-il vraiment redevenir l’éminence poivre et sel que les grands d’Europe convoitent, le bel insolent en costume Armani qui, plein de lui-même, considérait la défaite comme un accident de travail, qui ne prenait jamais ses collègues pour des ploucs, mais n’oubliait pas facilement qu'ils le sont?

«Mourinho s’est embourgeoisé. Il a perdu son esprit novateur pour s’accrocher aux vieilles recettes qui ont fait son succès. Sauf qu’entre-temps, le foot a beaucoup évolué»
Un footballeur suisse à l’étranger

Il subsiste en même temps chez Mourinho ce petit charme suranné, une façon d’exercer son autorité qui le rend, non plus tellement spécial mais, au contraire, extraordinairement prosaïque, capable d’exprimer avec des mots simples ce que des confrères plus progressistes développent avec des concepts éprouvés.

«J’ai l’impression que vous êtes un groupe de garçons très gentils et honnêtes. Mais pendant 90 minutes, vous devez devenir une bande de connards»
José Mourinho à ces joueurs dans le documentaire «All or nothing: Tottenham Hotspurs»

Les perles du documentaire

Sauf que les numéros de Mourinho ne servent à plus rien s’ils ne font rire personne, et encore moins si ses joueurs gagnent 4-0 quand ils font la sourde oreille. C’est un peu la réflexion du président de Tottenham, Daniel Lévy, dont le Daily Telegraph prétend qu’il a déjà trouvé le successeur du Banal One: Julian Nagelsmann, jeune entraîneur du RB Leipzig, surnommé… The Baby Mourinho.

Le possible remplaçant de Mourinho

Julian Nagelsmann, 33 ans.
Julian Nagelsmann, 33 ans. Image: EPA

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Robert Lewandowski et le syndrome du plombier polonais
Il voudrait partir. D'autres l'auraient libéré pour services rendus mais le Bayern a décidé de le retenir contre son gré. Et de toute façon, personne n'est prêt à le payer cher. C'est l'histoire d'un Polonais de service.

64 buts en une année, des records séculaires, des triplés légendaires, dix titres de champion d’Allemagne. Et pourtant, rien. Pas de Ballon d'or. Pas de proposition indécente. Pas de photographes qui en font un modèle (papa modèle d'une petite fille adorable, conducteur modèle d'une «Lambo» décapotable) ou qui le reluquent à la plage. Pas de diners en ville ni de campagne publicitaire: loin de tout, si loin. Presque oublié.

L’article