Sport
Football

Football: quand l'arbitre Klötzli se faisait tabasser à Sion

Chasse à l’homme en noir: l’arbitre doit filer aux vestiaires pour échapper aux coups des Argoviens à Tourbillon.
Chasse à l’homme en noir: l’arbitre doit filer aux vestiaires pour échapper aux coups des Argoviens à Tourbillon.image: swiss football league

Un arbitre se faisait tabasser dans le stade du FC Sion il y a 34 ans

7 octobre 1989: Wettingen égalise dans les arrêts de jeu au stade de Tourbillon. Mais l’arbitre Bruno Klötzli siffle la fin du match alors que le ballon est encore en l’air. L’erreur est évidente. Quatre joueurs de Wettingen déversent leur courroux sur l’homme en noir, qui court se réfugier dans les vestiaires sous les coups de pied et de poing des visiteurs. Le scandale est total.
07.10.2023, 07:5807.10.2023, 09:12
Philipp Reich
Philipp Reich
Philipp Reich
Suivez-moi
Plus de «Sport»

La brume est épaisse en Valais en cette soirée d’octobre. Au stade de Tourbillon, on joue la troisième minute du temps additionnel du match de LNA entre le FC Sion et le FC Wettingen. Un club qui, malgré sa belle résistance face à Naples en Coupe d’Europe, connaît des difficultés financières et lutte contre la relégation.

Les Sédunois ont ouvert le score par Mirsad Baljic à la 88e minute quand l’une des scènes les plus controversées de l’histoire du football suisse se produit.

Mirsad Baljic sur l’action du 1-0 pour Sion.
Mirsad Baljic sur l’action du 1-0 pour Sion.image: keystone

L’action part des pieds de Jean-Paul Brigger, qui a l’occasion de donner définitivement de l’air à Sion en tirant un coup franc de dégagement juste devant sa propre surface de réparation. Mais au lieu de frapper le ballon aussi loin que possible, il retarde son exécution et finit par toucher le dos de Salvatore Romano (Wettingen). Le cuir rebondit alors dans les pieds de son coéquipier Martin Rueda, qui ne tarde pas à marquer d’un lob par-dessus le gardien de Sion Stephan Lehmann. C’est 1-1.

Klötzli ne regarde que sa montre

1-1? Pas du tout. Le coup de sifflet final a retenti avant que le ballon ne franchisse la ligne de but. Les yeux rivés sur sa montre qui affiche la fin des trois minutes, l’arbitre Bruno Klötzli met un terme à la partie et n’accorde donc pas l’égalisation. Score final: 1-0.

Les joueurs de Wettingen sont hors d’eux et veulent faire la peau à l’arbitre. Le déchaînement est total. Tels des animaux enragés, ils foncent vers l’arbitre sur la pelouse de Tourbillon. Quand ils arrivent à sa hauteur, les coups de pied et de poing pleuvent. Klötzli protège son visage avec ses mains et parvient finalement à rejoindre les catacombes du stade.

S’il s’en sort indemne, Bruno Klötzli a tout de même droit à une sacrée frousse. Il ne sifflera plus jamais en LNA.
S’il s’en sort indemne, Bruno Klötzli a tout de même droit à une sacrée frousse. Il ne sifflera plus jamais en LNA.image: keystone

«J’ai eu très peur», reconnaît Klötzli après la rencontre.

«Si j’étais tombé à terre, j’aurais certainement fini à l’hôpital»
Bruno Klötzli

Il en sort néanmoins indemne. Son coup de sifflet? Il l’explique ainsi: «Du point de vue du règlement, je n’ai pas fait d’erreur. Mais je dois reconnaître que le moment du coup de sifflet final n’était pas très bien choisi psychologiquement.»

Ce que dit le rapport de l’arbitre

Klötzli signale le cas à l’ASF et ses explications sont très convaincantes. On peut lire dans son rapport que:

  • Le joueur de Wettingen Martin Frei (un oncle d’Alex Frei) s’est jeté sur lui en le taclant dans les jambes avec les deux pieds.
  • Le joueur de Wettingen Alex Germann lui a asséné un coup de poing à l’épaule et un autre à l’estomac.
  • Le joueur de Wettingen Reto Baumgartner lui a asséné deux coups de genou dans le dos, ce qui a presque fait tomber l’arbitre.
  • Le joueur de Wettingen Roger Kundert lui a donné un coup de pied aux fesses.

Alors que les images du «cas Klötzli» font le tour du monde, la Suisse du football est sous le choc. De telles scènes de Far West sont plus coutumières des championnats d’Amérique du Sud ou du Mexique. Tout le monde en est bien conscient: cela aura des conséquences.

Les agresseurs en visite chez Blick

Seuls les quatre joueurs de Wettingen ne semblent pas se douter de ce qui les attend. Le lendemain du match, ils se promènent avec les journalistes de Blick, qui transformeront plus tard le «cas Klötzli» en un énorme scandale avec 32 articles, et discutent de manière décontractée.

«Oui, j’ai couru après l’arbitre», avoue Kundert. «Je l’ai peut-être touché dans la bousculade, mais je ne lui ai clairement pas donné de coup de pied. Ce serait scandaleux que l’on me suspende pour plus de deux à trois matchs.» Baumgartner: «J’ai perdu mes nerfs et j’étais capable de tout. Mais je n’ai pas du tout réussi à le toucher.» Germann: «Je suis absolument certain de ne pas l’avoir frappé.»

Les images vidéo sont implacables pour les coupables, même si ceux-ci ne veulent pas reconnaître leur faute.
Les images vidéo sont implacables pour les coupables, même si ceux-ci ne veulent pas reconnaître leur faute.image: keystone

Ils retrouvent un poil de perspicacité quand on leur présente les images vidéo. «Les scènes qui se sont déroulées sont inexcusables», regrette Kundert. Baumgartner fait remarquer qu’il a commis une erreur, comme l’arbitre. Sa copine s’interroge, mi-souriante, mi-pensive:

«Dois-je chercher un emploi, maintenant?»
La copine (inquiète) de l'un des agresseurs

Lourdes amendes et suspensions

Le sourire, les quatre compères le perdent définitivement à l’annonce des jugements par l’ASF. Les quatre joueurs de Wettingen sont tous suspendus pour plusieurs mois et se voient infliger de lourdes amendes. La sanction la plus sévère est infligée à Alex Germann, qui est sur le point de rejoindre le Borussia Dortmund en Bundesliga: un an de suspension et 20'000 francs d’amende.

«Notre plus grande erreur a été de parler à la presse à scandale le lendemain du match», reconnaîtra Baumgartner.

«C’était de la pure provocation. Les responsables du FC Wettingen auraient dû nous empêcher de parler. Car après ces interviews, nous avons été traités comme de grands criminels par les fonctionnaires de l’ASF, qui nous ont puni en conséquence.»
Reto Baumgartner

Cinq carrières détruites

Martin Frei, alors âgé de 30 ans, exprime sa colère dans une lettre cinglante aux patrons de l’ASF et décide de mettre un terme à sa carrière. Et seulement sept semaines après le match à Sion, il se déchire les ligaments croisés. Son genou droit ne lui permettant plus de supporter les contraintes du sport d’élite, il raccroche définitivement les crampons au printemps 1990.

Baumgartner poursuit quant à lui sa carrière au FC Bâle, joue encore quatre ans en LNB et devient plus tard joueur de beach-soccer professionnel. Germann s’entraîne pendant un an au FC Wettingen et retrouve ensuite l’équipe première, mais son transfert en Bundesliga est un lointain souvenir. «Cette suspension a été un tournant dans ma carrière», doit admettre Germann.

Après avoir rangé son sifflet, Klötzli tourne mal sur le plan privé.
Après avoir rangé son sifflet, Klötzli tourne mal sur le plan privé.image: keystone

Six mois plus tard, l’arbitre Klötzli raccroche à son tour son sifflet. Le scandale de Sion aura été son dernier match au plus haut niveau. Mais il y a pire: l’arbitre amateur, qui sifflait pour 400 francs par match en LNA, souffre rapidement d’une dépendance au jeu et tombe dans une mauvaise passe.

En 1999, il a été condamné à une peine de prison avec sursis de 18 mois pour falsification de documents et abus de confiance. Entre 1990 et 1993, Klötzli a détourné un total de 800 000 francs en tant qu’employé de banque. Par la suite, il a vécu retiré dans le canton du Jura, où il tenait un restaurant avec sa femme. Depuis fin 2017, Klötzli est à la retraite.

Adaptation en français: Stéphane Combe

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Andri Ragettli n'a pas besoin de skis pour faire des cascades
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Depuis que Kylian Mbappé l'a regardée, sa vie a changé
Une jeune femme fait le buzz depuis que l'attaquant de l'équipe de France est tombé sous son charme dans une vidéo devenue virale.

Elle était inconnue il y a encore quelques jours. Lea Tsatsas, hôtesse d'une plage privée de la Croisette, accessoirement mannequin et figurante dans un clip du rappeur RK, se retrouve propulsée sur le devant de la scène. La raison: Kylian Mbappé a flashé sur elle.

L’article