larges éclaircies
DE | FR
Sport
Hockey sur glace

Genève-Servette champion: reportage au cœur des célébrations

Geneve-Servette's forward Christophe Cavalleri, left, Geneve-Servette's defender Marco Maurer, 2nd left, Geneve-Servette's forward Marc-Antoine Pouliot, 3rd left, Geneve-Servette's ...
Les Servettiens se congratulent après avoir battu Bienne (4-1) lors du 7e acte de la finale des play-offs, une victoire qui leur offre le titre national. Image: KEYSTONE

«Fêter un titre, c'est encore plus beau quand on a échoué avant»

Les hockeyeurs de Genève-Servette ont communié avec leur public jeudi soir après la victoire contre Bienne (4-1) lors du 7e match de la finale, qui leur a offert un premier titre national. Reportage au cœur des célébrations.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
28.04.2023, 06:1728.04.2023, 23:09
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Dès la sirène finale, une odeur de cigare est montée dans les tribunes des Vernets. Vraisemblablement un spectateur qui, pris par les émotions du premier sacre servettien et la folie dans cette patinoire, s'est permis quelques libertés. Il sera suivi une bonne demi-heure plus tard par les hockeyeurs grenat encore sur la glace, qui ont donc respecté la tradition.

Parce que oui, l'odeur du cigare, c'est avant tout celle de la victoire. Et les Aigles ont fêté comme il se doit ce titre si attendu dans leur ville.

Flegme scandinave, mousse et moustache

Femmes, enfants, amis: tous sont descendus dans l'arène partager ce moment d'intenses émotions avec leurs héros. Les fans, sagement restés à leur place, n'en ont pas moins brisé leurs cordes vocales et chauffé méchamment les paumes de leurs mains pour communier avec tout ce petit monde sur la glace. Pas de larmes dans les yeux des Grenat, peut-être à cause du scénario d'un match déjà plié à neuf minutes de son terme, mais une voix tremblante pour certains. Celle de Marco Maurer, par exemple, le colosse de la défense servettienne:

«Ce titre, c'est énorme! C'est la récompense de tous les efforts d'une année entière. Tous les jours, tout le monde se défonce à 200% à l'entraînement et travaille pour les autres»
Marco Maurer, défenseur de Genève-Servette
Les Servettiens avec leur trophée mérité.
Les Servettiens avec leur trophée mérité. image: watson

Le numéro 47 des Vernets, avec son accent alémanique à couper au couteau, n'a pas perdu son humour, malgré les émotions. «Gagner ce premier titre avec des Welsches, c'est encore mieux!», sourit le Zougois.

Un peu plus loin, c'est un autre accent qu'on entend sur quelques mots baragouinés en français. Celui, finlandais, de Sami Vatanen, le match-winner avec ses deux buts. «J'essaie de mon mieux, mais les conversations ne durent pas longtemps. Peut-être que ça sera mieux l'année prochaine», rigole-t-il. Même son flegme scandinave ne parvient pas à dissimuler sa fierté et sa joie.

«On se sent si bien après ce titre! C'est tellement difficile de gagner un championnat, dans n'importe quelle ligue au final. Ça a été très long pour Genève de gagner enfin un titre, alors on va le fêter avec nos fans. Je pense qu'il est mérité pour tout le monde dans ce club.»
Sami Vatanen, défenseur de Genève-Servette

Immersion au cœur des célébrations sur la glace 📺

Vidéo: watson

Son compatriote Valtteri Filppula n'a de loin pas soulevé son premier trophée jeudi soir. Le numéro 51 des Vernets est champion olympique, champion du monde et lauréat de la Coupe Stanley (avec Detroit en 2008). Excusez du peu! Mais il n'est pas blasé pour autant. «Que tu gagnes n'importe quel titre, c'est chaque fois quelque chose de spécial», témoigne le vétéran finlandais, 39 ans. Qui a peut-être d'ailleurs eu un peu plus les genoux qui sifflaient ces jours que certains de ses plus jeunes coéquipiers.

« C'était une longue saison, avec beaucoup de matchs. C'est bien que ce soit fini! (rires) Je suis fatigué, mais très heureux»
Valtteri Filppula, attaquant de Genève-Servette
Teemu Hartikainen (à gauche) et Valtteri Filppula avec un compatriote venu fêter le sacre avec eux.
Teemu Hartikainen (à gauche) et Valtteri Filppula avec un compatriote venu fêter le sacre avec eux. image: watson

Quelques mètres à côté, Daniel Winnik, l'auteur du 3-0, sirote sa Cardinale. A-t-elle bon goût? La réponse fuse: «C'est la meilleure bière de ma vie!» Le Canadien savoure même la mousse, qui n'a pas le temps de rester accrochée à sa grosse moustache. «Je vais la raser dans quelques jours. C'est sûr à 100% que je ne l'aurai pas à la reprise du championnat!», rigole-t-il. Il avoue l'avoir laissée pousser pour les play-offs par superstition. Et ça lui a donc plutôt bien réussi. Mais à l'écouter, il aurait même pu utiliser son rasoir avant ce match, tant il était convaincu de la victoire de son équipe:

«On pouvait sentir toute l'énergie dans cette patinoire. Toute la ville était prête. Je n'avais aucun doute qu'on allait remporter ce titre de champion.»
Daniel Winnik, attaquant de Genève-Servette

Départ par la grande porte et expression québécoise

Daniel Winnik a une raison particulière de savourer ce sacre. «Il y a deux ans, j'ai pleuré quand on a perdu en finale», confesse-t-il.

«C'était un sentiment horrible. Je pense que beaucoup de gars ont retenu cette leçon, que perdre, ça fait mal. Alors oui, ce soir, avec ce titre, c'est le moment où je ressens le plus d'émotions de ma vie!»
Daniel Winnik
Daniel Winnik, le réconfort après l'effort.
Daniel Winnik, le réconfort après l'effort. image: watson

A cette question, Henrik Tömmernes est un peu plus nuancé. «C'est dur de dire si c'est le plus beau jour de ma vie, parce que j'ai aussi vécu la naissance de mes deux filles», explique le Suédois. «Je dirais que c'est un sentiment différent, mais bien sûr, c'est l'un des meilleurs que j'ai eus dans ma vie. Avoir ma femme et mes deux filles dans les tribunes pour ce match était spécial.»

Ce moment historique ne lui donne-t-il pas envie de rester à Genève, lui qui a signé à Frölunda pour la saison prochaine?

«Non, parce que finir sur ce titre, c'est le meilleur départ possible. Ça laissera un souvenir gravé pour toujours. Genève, où on a passé six ans, restera toujours un endroit particulier pour ma famille et moi. J'y reviendrai pour revoir de nombreux amis, et peut-être une fois un match dans la nouvelle patinoire.»
Henrik Tömmernes, défenseur de Genève-Servette
Henrik Tömmernes quitte Genève de la meilleure des manières.
Henrik Tömmernes quitte Genève de la meilleure des manières.image: watson

Marc-Antoine Pouliot, lui, sera toujours Grenat la saison prochaine. Comme ses coéquipiers, il savoure une mousse bien méritée. «Ça faisait longtemps que je l'attendais, celle-là!», lâche-t-il tout sourire.

«Ça a été un combat extrêmement serré. Ce soir, on a super bien joué et c'est la cerise sur le sundae (réd: l'équivalent de "gâteau" pour les Québécois). Des moments inoubliables comme celui-là, on n'en vit pas beaucoup»
Marc-Antoine Pouliot

Reste une question: le Genevois d'adoption osera-t-il retourner ces prochains jours à Bienne, la ville de sa femme et de sa belle-famille? Il répond en rigolant: «Honnêtement je n'ai pas pensé à ça! Je vais prendre le temps de célébrer à Genève avec tout le monde et on verra après.»

Les festivités ont continué à l'extérieur de la patinoire 📺

Vidéo: watson

Oui, les festivités risquent bien d'être longues dans la cité de Calvin. La Romandie attendait un sacre depuis celui du HC Bienne en 1983. C'est aussi le premier titre pour un club de ce côté-ci de la Sarine dans l'un des deux sports rois du pays (foot et hockey) depuis 1999, 24 ans après le couronnement du Servette FC.

Alors les voisins auront sans doute facilement pardonné le bruit des festivités, qui se sont prolongées dans la nuit sur l'esplanade devant la patinoire.

Les Beckham, en couple depuis des siècles
1 / 9
Les Beckham, en couple depuis des siècles
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur X
Trois footballeurs romands font le buzz sur TikTok
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Genève et Bienne face au casse-tête des play-in
Les équipes classées 7e à 10e au terme de la saison régulière de National League disputeront le play-in, un format inédit mais très (trop) complexe. Même apprendre le finnois est plus simple!

Tout d'abord, la situation de départ de ce play-in: le 7e jouera contre le 8e; et le 9e contre le 10e. Ces mini-séries se disputent au meilleur des deux matchs. L'équipe la mieux classée (respectivement la 7e et la 9e) commence à l'extérieur.

L’article