Sport
Hockey sur glace

FR Gottéron: Bykov jouera une 19e saison de suite. Portrait

Andreï Bykov a fait ses débuts avec les pros de Gottéron en décembre 2005. Il va disputer une 19e saison consécutive avec les Dragons.
Andreï Bykov a fait ses débuts avec les pros de Gottéron en décembre 2005. Il va disputer une 19e saison consécutive avec les Dragons. image: keystone

«J'ai gâché la grande première d'Andreï Bykov à Gottéron en 2005»

L'attaquant de 35 ans vient d'être prolongé jusqu'en 2024 par son club de toujours, Fribourg-Gottéron. Il y jouera une 19e saison consécutive, une éternité! Ses ex-coéquipiers racontent ses débuts.
25.02.2023, 08:0125.02.2023, 11:08
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Ce samedi soir 3 décembre 2005, tous les yeux des spectateurs de la patinoire Saint-Léonard et les objectifs des photographes sont rivés sur un hockeyeur qui vient de rentrer sur la glace.

Ce n'est pas parce qu'il est impressionnant physiquement (173 cm et un poids plume) ni à cause de sa grille sur le casque. Non, si le visage poupon qui se cache derrière attire autant l'attention, c'est parce que c'est celui d'Andreï Bykov, 17 ans, fils de la légende de Gottéron, Slava Bykov.

Der 17-jaehrige Andrei Bykov, Sohn von Gotteron-Spielerlegende Slawa Bykow (45), feiert seinen NLA-Einstand, beim Eishockey Meisterschaftsspiel der Nationalliga A zwischen dem HC Fribourg Gotteron und ...
Andreï Bykov dans le remake de l'«Homme au masque de fer», décembre 2005. Image: keystone

Fête «gâchée» et hommages

Près de 2811 jours après le dernier match du père avec les Dragons en 1998, c'est le fiston qui dispute sa première partie avec l'équipe fanion du club fribourgeois. Andreï, encore junior, a été appelé à la rescousse par le coach Mike McParland pour combler plusieurs absences. En face, l'adversaire s'appelle Lugano, leader de LNA. Mais pas de quoi rendre nerveux le jeune Andreï. «On était un peu inconscient à cette époque», rembobine Adrien Lauper (35 ans), lui aussi pur produit de la formation fribourgeoise, qui venait de rejoindre la première équipe.

«On alignait les buts avec les juniors, alors on se disait que ça serait la même chose en LNA. On jouait libéré»
Adrien Lauper, ex-coéquipier à Fribourg-Gottéron
Der Fribourger Andrei Bykov, Adrien Lauper und Franco Collenberg, von rechts bejubeln das zweite Tor, beim Eishockey Meisterschaftsspiel der National League A zwischen dem HC Fribourg-Gotteron und dem ...
Andreï Bykov (à droite), Adrien Lauper (centre) et Franco Collenberg fêtent un but de Gottéron en 2010. Image: KEYSTONE

Ce soir-là, face aux Luganais, la projection des deux jeunes Dragons a bien failli devenir réalité. «En fait, j'ai un peu gâché la fête d'Andreï», se marre Adrien Lauper. La faute à une action en particulier:

«Il m'avait fait une passe incroyable. Seul devant le but, j'ai éliminé le gardien luganais Ronnie Rüeger d'un crochet et je n'avais plus qu'à glisser le puck dans la cage vide. Mais j'ai tiré à côté, privant du coup Andreï d'une assist pour sa grande première en LNA.»
Adrien Lauper

Rien de grave, puisqu'à la surprise générale, Fribourg bat les Tessinois 5-2. A la fin du match, Bykov – qui a griffé la glace pendant un peu plus de quatre minutes – a droit à une chanson des supporters et un rappel, comme le mentionnait l'édition du lendemain de La Liberté.

Le 10 janvier dernier, 18 ans plus tard, il a reçu le même genre d'hommage, mais pas pour la même raison. Cette fois, les fans de Gottéron louaient sa fidélité au club et adressaient un message on ne peut plus clair au directeur sportif et entraîneur, Christian Dubé, sur une banderole:

«Bykov doit rester fribourgeois»

Convaincu par les récentes prestations de son numéro 89, le boss canadien lui a accordé une prolongation d'une saison, soit jusqu'au printemps 2024. Andreï Bykov disputera donc une 19e saison consécutive avec la première équipe de Gottéron. Autrement dit: une éternité en hockey sur glace, un sport où les «clubistes» se font de plus en plus rares.

Bykov avait été très touché par l'hommage des fans👇

Du hip-hop, de la country et des œufs

Depuis 2005, Andreï a gagné quelques kilos de muscles, des poils de barbe et de la maturité, mais il est resté le même selon ses anciens coéquipiers. «Il était assez timide quand il a débarqué en première équipe, mais il s'est vite intégré», se souvient Raphaël Berger, Dragon jusqu'en 2007. «Andreï est quelqu'un d'introverti, mais dès qu'il se sent à l'aise dans un environnement, il peut se lâcher et déconner», appuie Michael Ngoy. L'ex-gardien Gianluca Mona, qui défendait la cage fribourgeoise lors du baptême de Bykov en 2005, confirme:

«Il avait beaucoup d'humour. Mais quand on le côtoyait comme junior, il n'était pas du tout grande gueule, contrairement à Tristan Scherwey à 15-16 ans, par exemple. On pouvait aussi deviner qu'Andreï avait déjà un certain intérêt pour les filles et la fête (rires)»
Gianluca Mona

La fête, il en est d'ailleurs vite devenu le responsable dans le vestiaire de Saint-Léonard. Grand passionné de musique, il s'est logiquement mué dans le rôle de DJ avant et après les entraînements et les matchs. Son style préféré? «La house et le hip-hop», se souvient Michael Ngoy. «Mais il devait contenter tout le monde, alors il a aussi dû passer parfois de la country pour les Canadiens, par exemple Shawn Heins, qui en raffolaient.»

Sur la glace – où il impressionne par sa vitesse de patinage – ou dans le vestiaire, le fils de Slava est du genre artiste. Avec une sensibilité hors norme dans le hockey. «Il a toujours été quelqu'un d'entier, qui n'a jamais réussi à cacher ses émotions», rembobine Michael Ngoy.

«Quand il était triste, il n'arrivait pas à le dissimuler devant la presse, il était incapable de jouer un rôle. C'est ce qui a pu parfois donner l'impression qu'il était quelqu'un de froid»
Michael Ngoy

Alors quand la musique avait cessé dans le vestiaire et que le jeune Andreï rongeait son spleen sur le banc, mieux valait ne pas trop lui adresser la parole. «Il était assez susceptible, avec parfois des changements d'humeur soudains. Dans ces moments plus délicats, on marchait sur des œufs quand on lui parlait», rigole Michael Ngoy.

Gotteron Stuermer Andrei Bykov, freut sich mit den Verteidigern Michael Ngoy und Marc Aplanalp, von rechts, ueber den sechsten Treffer seiner Mannschaft, im Eishockey-Meisterschaftsspiel der National  ...
Michael Ngoy (centre) et Andreï Bykov en 2011. «Tu verras, j'ai préparé une playlist de ouf pour après le match!»Image: KEYSTONE

Malgré ça, le numéro 89 a toujours fait l'unanimité parmi ses collègues. «Depuis le début, c'est un gars très sympa, jamais méchant ni arrogant», résume Adrien Lauper. Dès ses premiers coups de patin chez les pros de Gottéron, il a réussi à se délester du prestigieux mais aussi lourd héritage légué par son père. «J'allais souvent chez les Bykov», poursuit Adrien Lauper, «mais on ne parlait jamais de hockey, même quand Slava était là».

«Dès le début, Andreï a voulu être reconnu pour sa propre carrière et non pas grâce à son nom»
Adrien Lauper

Dix-huit ans plus tard, il peut affirmer sans la moindre hésitation qu'il y est parvenu. Avec une telle longévité à Gottéron, son (pré)nom ne disparaîtra pas de sitôt de la bouche des Fribourgeois.

Dano Halsall, une vie de star
1 / 8
Dano Halsall, une vie de star
partager sur Facebookpartager sur X
Ce cochon n'aime pas les snowboardeurs
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ils chambrent Harry Kane avec un chant à la gloire de Granit Xhaka
Taquins, les supporters d'Arsenal avaient un message à adresser au buteur du Bayern Munich lorsqu'ils ont entonné mardi une chanson au sujet du capitaine de la Nati.

Arsenal et le Bayern Munich se sont séparés sur un match nul deux partout, mardi en quart de finale aller de la Ligue des champions. Une fois la rencontre terminée, les décisions de l'arbitre Glenn Nyberg ont toutes été commentées, chaque équipe s'estimant lésée.

L’article