Sport
Hockey sur glace

LHC-ZSC Lions: Lausanne doit absolument corriger ce défaut

Torhueter Connor Hughes (LHC) reagiert im fuenften Playoff Final Eishockeyspiel der National League zwischen den ZSC Lions und dem Lausanne HC, am Donnerstag, 25. April 2024, in der Swiss Life Arena i ...
Le gardien du LHC Connor Hughes avait de quoi être déçu jeudi soir à Zurich.Image: KEYSTONE

Pour être champion, le LHC doit absolument corriger ce défaut

Le Lausanne HC est mené 3-2 en finale des play-off après sa défaite jeudi dans l'acte V sur la glace des ZSC Lions (3-0). Les Vaudois ont un point faible récurrent.
26.04.2024, 11:5626.04.2024, 12:59
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Les matchs se suivent et se ressemblent pour le Lausanne HC à Zurich. Jeudi soir, les Vaudois y ont concédé une troisième défaite (3-0) en trois rencontres et sont, du coup, menés 3-2 dans cette finale. Surtout, le scénario se répète: c'est toujours dans le deuxième tiers que les ZSC Lions marquent le plus de goals. Et en plus, ils s'enchaînent.

Jeudi, seules 51 secondes ont séparé l'ouverture du score (Lammikko à la 38e) du 2-0 zurichois (Rohrer, 39e). Les Lausannois, bien dans le match avant d'encaisser le premier but, ne se sont jamais remis de ce double coup de massue. Lors du 1er acte, il avait fallu seulement trois minutes aux ZSC Lions pour renverser la vapeur et l'emporter 2-1 au final. Rebelote samedi pendant le 3e acte: Weber puis Malgin faisaient évoluer le score de 1-2 à 3-2 en faveur des Zurichois en l'espace d'une minute et 24 secondes, à la mi-match.

Alors comment expliquer ces moments d'errance des Vaudois, sachant que le reste du temps, ils sont solides défensivement? Y a-t-il une perte de concentration? De la fatigue? La peur et le doute qui s'installent? Ou simplement les Zurichois, portés par leur public, se sentent-ils pousser des ailes?

«Si on connaissait la réponse, on n'en serait pas là aujourd'hui», éludait un Joël Genazzi frustré en interview d'après-match. Davantage diplomate, l'attaquant finlandais Miikka Salomäki n'arrivait pas plus à analyser la situation: «Je ne sais pas vraiment pourquoi. Dans ces moments, c'est Zurich qui a le momentum».

Euphorie et petit coup de bol

C'est finalement Damien Riat qui s'est montré le plus généreux en explications. Le numéro 9 du LHC voit dans ces buts coup sur coup davantage le mérite des adversaires que les absences de son équipe:

«Je ne pense pas qu'on ait peur à cause de leur public qui s'emballe. Mais oui, ils sont poussés par leurs fans et deviennent tout à coup euphoriques. Le momentum change de côté. Ils viennent chaque fois fort ici dans le deuxième tiers et on leur donne trop d'ouvertures. Sur le 2-0 aujourd'hui, ils ont aussi un peu de chance, avec le puck qui est dévié par un patin et qui revient sur leur crosse.»
Damien Riat (LHC) (links) kaempft um den Puck mit Patrick Geering (ZSC) (rechts) im fuenften Playoff Final Eishockeyspiel der National League zwischen den ZSC Lions und Lausanne HC, am Donnerstag, 25. ...
Damien Riat (en blanc) sent les Zurichois euphoriques dès qu'ils marquent chez eux. Image: KEYSTONE

Mais comme on l'entend très souvent, la chance, ça se provoque. En mettant, par exemple, tout à coup plus d'intensité dans les charges ou «plus de trafic devant la cage», pour reprendre une expression chère aux hockeyeurs.

Pour avoir encore une chance d'être champions, les Lausannois ne pourront plus laisser les Zurichois sur leur petit nuage, même l'espace de quelques secondes. «On doit réussir à les contenir», résumait sobrement le coach du LHC Geoff Ward à l'issue de cet acte V. S'ils n'appliquent pas cette banalité, les Vaudois offriront la victoire aux ZSC Lions samedi à la Vaudoise aréna et, par la même occasion, le sacre.

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Taylor Swift pollue 100 fois plus que vous
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Marco Odermatt: «L'été est devenu plus prenant que l'hiver»
C'est à Engelberg que nous avons retrouvé Marco Odermatt sur invitation de Miloo. Le fabriquant de cycles genevois, partenaire du Nidwaldien, présentait un modèle développé pour le champion. «Odi» a ensuite répondu à nos questions. Il évoque sa collaboration avec son nouveau préparateur physique, le battage médiatique et le retour de Marcel Hirscher. Interview.

Marco Odermatt, dans quelle mesure avez-vous été impliqué dans le développement de ce vélo à assistance électrique?
Cette idée est naturellement venue de la marque Miloo. C'est un modèle gravel, qui permet d'être rapide sur la route comme sur les chemins. Il peut aussi remplacer votre voiture. J'ai trouvé l'idée cool.

L’article