DE | FR
La fine gâchette des Washington Capitals est bien embêtée.
La fine gâchette des Washington Capitals est bien embêtée.Image: sda

Ovechkin, la star du hockey russe dans une position délicate

La superstar russe Alex Ovechkin est dans l'œil du cyclone. L'attaquant de Washington est vivement critiqué aux Etats-Unis pour son soutien de longue date à Vladimir Poutine.
02.03.2022, 13:5802.03.2022, 17:22

Ovechkin, 36 ans, est une figure de la NHL, et un héros pour les fans des Capitals depuis le gain de la Coupe Stanley en 2018. Mais depuis l'invasion de l'Ukraine, il est sous le feu des critiques.

Le natif de Moscou ne s'est jamais caché d'être un fervent partisan de Vladimir Poutine, allant même jusqu'à lancer un site Web appelé PutinTeam en 2017 qui exhortait ses compatriotes à s'unir derrière le dirigeant russe. «Je suis convaincu que nous sommes nombreux à soutenir Vladimir Poutine. Alors, unissons-nous et montrons à tous une Russie unie et forte!», écrivait-il alors.

Si l'actuelle photo de profil sur son compte Instagram le montre posant fièrement au côté du leader russe, grand fan de hockey et du capitaine des Washington Capitals, il est apparu plus mal à l'aise en conférence de presse le 24 février, juste après l'invasion russe en Ukraine.

«S'il vous plaît, plus de guerre»

«Peu importe qui est en guerre - la Russie, l'Ukraine ou d'autres pays – je pense que nous devons vivre en paix.»

À la question de savoir si son soutien à Poutine restait aussi fort, Alex Ovechkin a botté en touche: «Eh bien, c'est mon président. Mais comme je l'ai dit, je ne fais pas de politique. Je suis un sportif. Je suis Russe. C'est quelque chose que je ne peux pas contrôler. J'espère que ça va bientôt se terminer.»

Les médias américains et la ligue irrités

Des propos froidement accueillis par plusieurs médias nord-américains. «Dire qu'il se sent impuissant est une tentative fallacieuse de minimiser son importance. En tant que sportif russe parmi les plus célèbres à l'international, vénéré chez lui par les fans de la discipline la plus populaire du pays, il pouvait faire la différence en s'exprimant. Il a choisi de ne pas le faire», fustige le site SB Nation, qui qualifie Ovechkin de «lâche flagorneur».

La chaîne sportive RDS a relayé que la NHL avait décidé de ne plus utiliser l'image du buteur russe, tout comme celle des autres stars de la ligue. Les Nikita Kucherov et Evgeni Malkin ne seront plus visibles sur les campagnes marketing.

Estimant qu'«il n'est pas vrai qu'Ovechkin ne peut rien faire», la Gazette de Montréal a appelé le joueur à «user de son pouvoir considérable pour faire tomber le tyran de son piédestal». «C'est un moment déterminant dans de nombreuses vies, la sienne comprise. Un jour, on se souviendra de lui autant pour ses actes que pour ses buts.»

La légende Hasek s'offusque

Le Tchèque Dominik Hasek, ancienne gloire et double vainqueur de la Coupe Stanley avec Detroit, a traité Ovechkin de «poule mouillée» sur Twitter, l'accusant de lâcheté pour ne pas condamner les actions de Poutine en Ukraine.

Les défenseurs d'Ovechkin font valoir qu'il n'est pas en mesure de se prononcer contre les méfaits de Poutine, car des membres de sa famille sont encore en Russie. Or, des groupes de défense des droits humains accusent régulièrement les autorités russes de mener une répression brutale contre toute personne critiquant publiquement le conflit.

La position inconfortable d'Ovechkin ne l'a cependant pas pénalisé sur le plan sportif puisque la NHL, contrairement à la plupart des instances sportives internationales, n'interdit pas aux hockeyeurs russes de jouer. «Nous restons préoccupés par le bien-être des joueurs russes, qui jouent en NHL au nom de leur club et non au nom de la Russie. Nous comprenons qu'eux et leurs familles sont placés dans une position extrêmement difficile», a déclaré lundi soir la plus prestigieuse ligue de hockey. (svp/ats)

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russses

Plus d'articles sur le sport

«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga

Link zum Artikel

«La Suisse championne du monde? C'est l'année ou jamais!»

Link zum Artikel

Le vélodrome de Granges est taillé pour les records de l'heure

Link zum Artikel

Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»

Link zum Artikel

«C'est une faute grave de Servette d'avoir aligné Omeragic à Sion»

Link zum Artikel

Voici notre onze idéal en Super League (et il y a deux Servettiens)

Link zum Artikel

Mbappé a-t-il eu raison? L'aimez-vous encore? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Stan Wawrinka avant Roland-Garros: «J'ai une vision à très long terme»

Link zum Artikel

«J'ai un rencard Tinder»: les pires excuses entendues pour rater le foot

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Frei-Degen, une collaboration risquée à Bâle entre deux fortes têtes
Le légendaire Alex Frei est de retour au FC Bâle, comme entraîneur principal. Mais la cohabitation avec le président David Degen, un autre fort caractère, pourrait faire des étincelles.

Alex Frei a déjà pris de nombreuses bonnes décisions dans sa vie. En novembre 2019, par exemple, quand il a eu raison de refuser l'offre de Hanovre et de rester au FC Bâle. Les moins de 18 ans, donc, plutôt que la 2e Bundesliga. Autrement dit, une croix sur une jolie promotion. Mais malgré l'opportunité alléchante sur le papier, l'ex-attaquant star a senti le danger pour sa jeune carrière d'entraîneur de rejoindre une équipe dans le chaos.

L’article