Sport
Jeux olympiques

Grève des policiers en France: les JO 2024 seront-ils sûrs?

Grève des policiers en France
Lors d'une manifestation à Paris la semaine dernière, des policiers ont exigé des primes olympiques plus élevées, et plus de moyens pour maintenir la sécurité lors des Jeux.image: keystone

Grève des policiers en France: les JO seront-ils sûrs?

En France, les policiers étaient en grève jeudi, car ils craignent le chaos lors des Jeux olympiques de Paris. De plus, des milliers d'agents de sécurité pourraient manquer. Le gouvernement ne voit qu'une seule issue.
22.01.2024, 06:0422.01.2024, 08:45
Stefan Brändle, Paris / ch media
Plus de «Sport»

En France, pour assurer la sécurité durant la quinzaine olympique, 30'000 policiers doivent être mobilisés quotidiennement, avec des pics à 45'000, comme lors de la cérémonie d'ouverture le long de la Seine. A cela doit s'ajouter des agents de sécurité - 25'000 en poste tous les jours.

Seront-ils en place fin juillet? Il y a de quoi être sceptique. Des milliers de forces de l'ordre ont suivi la semaine dernière l'appel à la grève des syndicats Alliance et Synergies-Officiers. Les policiers sont descendus dans la rue à Paris et en Province, dans des villes comme Bordeaux, qui devront envoyer un certain contingent dans la capitale. A Strasbourg, les agents de police ont bloqué le pont de l'Europe, qui relie la ville à l'Allemagne. A l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, les protestations ont provoqué des retards allant jusqu'à une heure.

Cela faisait longtemps que la France n'avait pas connu une telle mobilisation de la part des policiers. Mais aujourd'hui, les syndicats craignent pour les fonctionnaires de police, qui pourraient payer la mauvaise organisation en matière de sécurité.

Ils redoutent que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin applique au pied de la lettre sa promesse publique d'une présence «à 100%» des policiers, si bien qu'ils pourraient même ne plus dormir.

Durant les JO, ils devront déjà dire adieu aux vacances et aux week-ends: c'est une certitude. «Paris a obtenu les Jeux olympiques en 2017, mais le dispositif de sécurité n'est toujours pas en place à ce jour», se plaint Laura, policière, lors de l'une des nombreuses manifestations. Elle réclame une prime de 2'000 euros.

Des agents de sécurité incompétents?

Les problèmes ne concernent pas uniquement la police. A l'heure actuelle, on ne sait toujours pas si les 25'000 agents de sécurité seront disponibles, tant le métier n'attire pas les candidats. Finalement, des dizaines de milliers de chômeurs et d'étudiants ont été contactés. Pour exercer, ils devront simplement suivre une formation raccourcie de 106 heures. Les plus sceptiques se demandent si tout cela est bien sérieux.

Des personnes malintentionnées, issues des milieux islamistes, ne pourraient-elles pas s'infiltrer?

Etant donné la situation internationale, notamment la guerre au Proche-Orient, la menace s'est encore accrue, pour preuve ces deux attaques au couteau en fin d'année, à Paris et à Arras. L'un des auteurs a fait mention de la milice terroriste de l'Etat islamique.

De plus, les graves émeutes qui ont secoué les banlieues ne remontent qu'à quelques mois. Et à Paris, on craint que les manifestations des agriculteurs allemands ne gagnent massivement la France. Les experts mettent en garde: les arènes sportives ne sont pas les seuls lieux à sécuriser, c'est une métropole entière de 12 millions d'habitants qui doit faire l'objet d'une attention toute particulière.

La cérémonie d'ouverture du 26 juillet constitue le moment le plus préoccupant de toute la quinzaine. La Seine doit être surveillée sur six kilomètres, dans l'eau avec des plongeurs-démineurs et dans les airs grâce aux drones. Pour la première fois, les Jeux Olympiques ne seront pas ouverts dans une enceinte sportive fermée.

Le pont Alexandre-III
Le pont Alexandre-III se trouvera au cœur de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris 2024.Image: Shutterstock

Lorsque Didier Lallemand, alors préfet de Paris, avait entendu parler de ce projet le long de la Seine, il avait déclaré publiquement que cet événement était «déraisonnable» du point de vue de la sécurité. En coulisses, comme l'a rapporté le magazine L'Express, il aurait lâché devant le comité d'organisation des Jeux olympiques et Anne Hidalgo, maire de Paris:

«Vous êtes tous fous!»
Didier Lallemand

L'idée commence à faire son chemin: même 55'000 forces de sécurité pourraient ne pas suffire pour ce méga-événement. Après la dernière attaque terroriste, Emmanuel Macron a dû démentir qu'il faisait élaborer un «plan B», pour remplacer à la dernière minute cette cérémonie d'ouverture inédite.

Seul le nombre de bateaux doit être réduit d'environ 200 à 162; les petites délégations devront se regrouper.

Si les policiers s'opposent à une surcharge de travail et que l'on ne trouve pas suffisamment d'agents de sécurité, il ne reste qu'une seule et unique solution, celle que Londres avait choisie il y a 12 ans pour ses Jeux: l'armée. Le gouvernement reste discret, mais le gouverneur militaire de Paris, le général Christophe Abad, a toutefois confirmé qu'il faisait installer un camp militaire pour 5'000 hommes en uniforme dans le bois de Vincennes, à l'est de Paris. Un autre pourrait suivre à l'ouest de la capitale. Tout cela pour préserver le temps de quelques jours la trêve olympique, et soulager les forces de l’ordre.

Adaptation en français: Romuald Cachod.

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cristiano Ronaldo a écrit une nouvelle page de sa légende
L'attaquant portugais était d'abord agacé samedi lors du match remporté 3-0 par le Portugal contre la Turquie. Puis il a fait parler sa classe et a battu un record.

Cristiano Ronaldo, que l'on disait assagi sur le front de l'attaque portugaise, a semblé dévoiler des signes d'énervement samedi lors de la première mi-temps du match Turquie-Portugal, disputé sur la pelouse du Signal Iduna Park de Dortmund. Il n'y avait pourtant aucune raison d'être agacé, car même si les Turcs ont bousculé les Lusitaniens en début de rencontre, en se procurant une action nette dès la 5e minute, le Portugal a plus que maîtrisé son sujet. Il y avait déjà 2-0 à la 30e minute de jeu.

L’article