DE | FR
Breel Embolo a martyrisé la défense galloise. Ce n'est pas toujours passé très loin.
Breel Embolo a martyrisé la défense galloise. Ce n'est pas toujours passé très loin.Image: KEYSTONE
Nati

Euro 2020: la Suisse concède le nul et regrette ses occasions ratées

L'équipe de Suisse a entamé son Euro 2020 par un nul 1-1 contre le Pays de Galles.
12.06.2021, 16:5913.06.2021, 09:20
Team watson
Team watson
Suivez-moi

1-1 et pas mal de regrets

Tout reste à faire pour la Suisse à l'Euro. Malgré une mi-temps extraordinaire de Breel Embolo (la deuxième), l'équipe de Vladimir Petkovic a concédé le nul devant le Pays de Galles (1-1) à Bakou.

Moore a égalisé de la tête alors que la Suisse gérait le match.
Moore a égalisé de la tête alors que la Suisse gérait le match.

Ce point n'est pas un «bon» point. Face à l'équipe la plus vulnérable dans un groupe qui comprend l'Italie et la Turquie, la victoire était presque impérative. La Suisse doit maintenant aller chercher un résultat ce mercredi à Rome contre l'ogre italien et espérer que la rencontre entre le Pays de Galles et la Turquie ne désignera pas de vainqueur.

Transparent en première période, Breel Embolo a livré une seconde mi-temps de feu. Le Bâlois a été dans tous les bons coups. Il a surtout été l'auteur de l'ouverture du score à la 49e minute juste après une magnifique percée qui a réveillé la Suisse.

La percée d'Embolo qui a tout changé.
La percée d'Embolo qui a tout changé.Image: AP Pool

Il a marqué de la tête sur un corner botté de la droite par Xherdan Shaqiri. Trois minutes plus tard, il a offert une passe de rêve à Kevin Mbabu qui n'a pas pu cadrer. L'occasion galvaudée par le Genevois fut sans doute le tournant du match.

Les Suisses ont alors trop vite abandonné le jeu à l'adversaire. Et l'égalisation de Kieffer Moore à la 74e également sur une tête est presque survenue comme une évidence. Conscients sans doute d'avoir fauté, les Suisses ont repris le contrôle de la partie pour exercer une pression intense en fin de rencontre. Mario Gavranovic a cru marquer le but de la victoire quelques secondes seulement après son entrée en jeu. Mais sa réussite a été annulée pour hors-jeu.

Gavranovic a cru avoir marqué.
Gavranovic a cru avoir marqué. Image: KEYSTONE

Les Suisses doivent se contenter d'un nul qui ne fait pas vraiment leur affaire dans la course à la qualification.

Revivez les temps forts du match

Suisse - Pays de Galles comme vous l'avez vécu en live: occasions, phases de dominations, buts et images. On rembobine le film à l'envers.

But annulé de la Suisse

Mario Gavranovic entre en jeu à la place de Seferovic et marque d'entrée! Hors-jeu... (83e)

Trois minutes plus tard, Embolo place une tête sur corner que Ward repousse difficilement. La Suisse pousse fort.

La Suisse prise au piège

La Suisse gérait bien son avance, en étant aussi plus présente dans les appels et les duels. Jusqu'à un but de Moore sur corner indirect (de la tête, of course!) à la 73e. Lancé par un centre parfait de Morrell, le grand Gallois a semé la défense suisse pour venir attaquer le premier poteau.

Le même Moore s'était déjà procuré la meilleure occasion du match à la 15e minute, et déjà sur une tête (qu'il a haute). Tout peut encore se passer dans cette partie...

Embolooooo: 1-0!

Invisible en première période, Embolo ouvre le score à la 50e, son sixième but en équipe de Suisse.

Bien servi dans l'axe, l'attaquant de Gladbach résiste à deux défenseurs gallois. Aux abords de la surface, il expédie une frappe lourde que Ward parvient à repousser en corner. Shaqiri tire ledit corner et trouve la tête d'Embolo.

La Suisse est lente mais dangereuse

A la mi-temps, le score est toujours de 0-0. La Suisse a la possession du ballon (73%), elle utilise bien la largeur du terrain, mais elle bute sur un bloc compact.

Son problème? La lenteur. Vladimir Petkovic crie «schneller» (plus vite) et gesticule pour faire accélérer la manœuvre. A l'inverse, il s'essuie le front à chaque fois que les attaquants gallois filent au but. La vitesse de Bale et de James pose des problèmes à la défense helvétique.

Vladimir Petkovic ne donne pas des signes de sérénité.
Vladimir Petkovic ne donne pas des signes de sérénité.Image: KEYSTONE

Il n'en reste pas moins que la Suisse s'est créée de très bonnes occasions sur une talonnade de Schär et deux tirs de Seferovic. La meilleure occasion étant galloise avec la tête de Moore détournée des bouts du doigt par Sommer (15e).

Schär frise le code

Schär n'est pas passé loin de l'expulsion après une faute de quasi dernier recours sur James, qui avait un demi orteil dans la surface de réparation et partait seul au but. Le carton jaune tire sur l'orange, comme dit l'expression consacrée.

Les gardiens se chauffent

Sommer réalise une parade spectaculaire: le tir de Moore est dévié juste sous la latte. Quelques minutes plus tard, Ward lui répond sur une très belle talonnade de Fabian Schär.

La «madjer» de Fabian Schaër

Globalement, la Nati évolue sur un faux rythme. Elle se fait moins menaçante que les Gallois, dont le jeu de tête et le style direct, très vertical, amènent du danger à chaque offensive.

Les deux équipes se toisent

Déjà deux bons centres pour le Pays de Galles, qui semble guetter des opportunités de contre avec ses deux flèches en attaque (Bale et James). La Suisse pose son jeu, mais sans une grande prise de risque pour l'instant.

Mbabu préféré à Widmer

Kevin Mbabu a remporté le «match» qui l'opposait à Silvan Widmer: le Genevois occupera le flanc droit de la défense helvétique. Vladimir Petkovic a accordé une prime au sortant dans la mesure où Kevin Mbabu tient ce rôle depuis l'automne 2018.

Pour le reste, il n'y a aucune surprise. L'équipe s'articulera bien en 3-4-1-2 avec Ricardo Rodriguez sur le flanc gauche et Breel Embolo en pointe aux côtés de Haris Seferovic. Les trois joueurs qui ne figurent pas sur la feuille de match sont Jordan Lotomba, Becir Omaregic et Edimilson Fernandes.

La compo de la Suisse

La compo du Pays de Galles

Le duel en chiffres (et en allemand)

Image: KEYSTONE
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le départ de Serena Williams met le monde du tennis dans l'embarras
En annonçant sa retraite imminente, la star américaine renonce à devenir la plus grande joueuse de l'Histoire. Elle laisse «son» record à Margaret Court, devenue une pasteure exaltée et homophobe.

C'est un grand record, un héritage encombrant que le tennis traine depuis des décennies et dont il espérait secrètement que Serena Williams le débarrasse: avec 24 trophées du Grand Chelem, Margaret Court est officiellement la référence de ce sport, la plus grande joueuse de l'Histoire. Une histoire que l'on évite de raconter aux petits enfants.

L’article