DE | FR
Valeriia Vasnetsova a dû s'isoler à Pékin.
Valeriia Vasnetsova a dû s'isoler à Pékin.image: IMAGO / SNA
Pékin 2022

«J'ai perdu beaucoup de poids»: les athlètes confinés sont mal nourris

Suite à un test positif contre le Covid-19, la biathlète russe Valeriia Vasnetsova s'est retrouvée en isolement. C'était le début du calvaire alimentaire. Et ce n'est pas la seule à souffrir, des Suisses font le même constat.
07.02.2022, 18:4507.02.2022, 19:05

Valeriia Vasnetsova a été contrôlée positive au Covid-19 lors de son entrée à Pékin pour les Jeux olympiques d'hiver. Depuis, la biathlète russe de 24 ans, qui est déjà montée trois fois sur le podium de la Coupe du monde, a été placée en quarantaine et se plaint de conditions inconfortables dans lesquelles elle s'est trouvée. Ce n'est qu'aujourd'hui qu'elle a pu quitter l'hôtel où elle était placée en isolement.

A la source du drame

La biathlète a posté une photo du plateau de nourriture qu'elle reçoit quotidiennement en quarantaine, accompagné d'un message.

image: capture d'écran Instagram

Elle écrit:

«Cela fait maintenant cinq jours que je reçois cela au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner. J'ai perdu beaucoup de poids et mes os dépassent. Je ne reçois rien d'autre à manger, je ne sais rien de mes tests Covid. Je ne fais que dormir toute la journée parce que je n'ai même plus la force de me lever de mon lit. Je ne mange que trois poignées de pâtes par jour parce qu'il est tout simplement impossible de manger le reste des repas».

Pas un cas isolé

Il semblerait que Valeriia Vasnetsova ne soit pas la seule à se plaindre de la nourriture et des autres conditions d'isolement. Christian Schwaiger, entraîneur des skieurs alpins allemands, a déclaré : «La nourriture est extrêmement douteuse, car en fait, ce n'est pas de la nourriture du tout. Je me serais attendu à ce que le Comité olympique soit en mesure d'offrir des repas chauds. Il n'y a pas de repas chauds. Il y a des chips, quelques noix et du chocolat et rien d'autre».

La biathlète suisse Amy Baserga a également confirmé dans une interview à la SRF:

«La nourriture ici n'est pas vraiment ma tasse de thé. Je ne peux pas absorber de l'énergie comme ça.»
Amy Baserga, Biathlète suisse

La patineuse polonaise Natalia Maliszewska (26 ans) a également souffert pendant son isolement à Pékin: «Depuis une semaine, je vis dans la peur et avec ces sautes d'humeur», s'est-elle plainte. «Je pleure jusqu'à n'avoir plus de larmes. Je n'inquiète pas seulement les gens autour de moi, mais aussi moi-même».

Le Comité international olympique promet, cependant, que les circonstances devraient bientôt s'améliorer: «Nous sommes conscients des plaintes de certains athlètes, notamment en ce qui concerne la variété et la taille des portions des repas». (abu)

Les Jeux olympiques de Tokyo, en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les Jeux olympiques de Pékin

Aux JO, la restauration sera entièrement assurée par des robots

Link zum Artikel

Les JO font peur: le traçage y sera extrême et les quarantaines terribles

Link zum Artikel

21 jours de quarantaine avant les JO? Zéro souci pour Patrizia Kummer

Link zum Artikel

Pourquoi les Jeux de Pékin auront lieu à tout prix, Omicron ou pas

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De jeunes banlieusards sèment la terreur dans le basket suisse
Les «moins de 18 ans» de Morges St-Prex disputent ce samedi le Final 4 national, où ils défient des clubs forts et installés. Cinq explications pour une anomalie superbe.

Pour la première fois de leur histoire, les Red Devils de Morges St-Prex participent à la finale du championnat suisse des U18. Et ce n'est pas un accident.

L’article