Sport
Ski Alpin

A Kitzbühel, les Suisses ont tout vécu avec le dossard 53

Arnaud Boisset
Arnaud Boisset, dossard 53, a eu droit à une journée folle vendredi.Image: keystone

A Kitzbühel, les Suisses ont tout vécu avec le dossard 53

Le Valaisan Arnaud Boisset a réalisé un numéro vendredi en terminant 9e de la première descente de Kitzbühel, dossard 53 sur le dos. Ce samedi, Christophe Torrent, autre Valaisan, portait le même numéro pour ses débuts en Coupe du monde. Parti sur des bases similaires, il a lourdement chuté, là où Bode Miller s'en était miraculeusement sorti en 2008.
20.01.2024, 21:1322.01.2024, 11:14
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Arnaud Boisset et Christophe Torrent ont vécu des fortunes diverses ce week-end sur la Streif, en s'élançant tous les deux avec le dossard 53.

Commençons par Boisset, dont la mésaventure vendredi aurait d'abord pu provoquer d'immenses regrets. A 14 centièmes du Français Cyprien Sarrazin au deuxième intermédiaire, le Valaisan, 22 ans, était en passe de réaliser l'exploit de la journée. Mais le drapeau jaune en a décidé autrement, stoppant net l'effort du natif de Martigny.

Mais que diable s'était-il passé, étant donné qu'aucun coureur ne venait de goûter à la neige? Les lisseurs sont à incriminer, eux-mêmes ayant chuté et détaché par mégarde une banderole publicitaire. Boisset gagnait donc un tour en hélicoptère et le droit de recommencer plus tard, dans des conditions plus difficiles encore. Non seulement il avait déjà 30 secondes d'effort dans les jambes, mais en plus, les chutes de neige s'intensifiaient. Il allait devoir jouer les chasse-neige, puisqu'avec son dossard élevé, plus aucun coureur ne s'était élancé depuis un long moment.

Qu'à cela ne tienne, Arnaud Boisset est reparti avec les mêmes intentions. Il a même fait mieux qu'à son premier passage, allumant du vert aux quatre premiers intermédiaires. Il termine finalement neuvième à 1'11 de Sarrazin pour sa première sur la Streif, largement suffisant pour exulter dans l'aire d'arrivée, vidée de ses spectateurs partis trop tôt.

Arnaud Boisset à l'arrivée
L'immense joie d'Arnaud Boisset à l'arrivée de la première descente de Kitzbühel. Il terminera 20e le lendemain - encore une excellente performance.Image: keystone

Ce samedi, un autre coureur comptait en faire autant. Même canton, même dossard et autre première, sur la Streif bien sûr mais aussi en Coupe du monde cette fois-ci: Christophe Torrent savait en s'élançant qu'il était capable du même exploit. Et cela s'est confirmé dès les premières portes, où l'on a vu le skieur d’Arbaz être direct et juste techniquement. A l'intermédiaire n°1, il réussissait le 10e meilleur temps, à six centièmes du leader Cyprien Sarrazin, encore lui.

Malheureusement, sa première course en Coupe du monde (il devait courir à Zermatt en début de saison mais les annulations l'en ont empêché) n'a pas accouché du même résultat qu'Arnaud Boisset. Le Suisse était trop bas à la sortie du Steilhang et a vu les filets d'un peu trop près. Là où Bode Miller s'était appuyé sur les banderoles publicitaires, Christophe Torrent, d'abord déséquilibré, n'a pas pu éviter la chute, violente, glissant sur plusieurs mètres sans skis à ses pieds. Costaud, il a néanmoins pu rechausser ses lattes endommagées, pour rallier tranquillement l'arrivée, quand l'accent était mis depuis longtemps sur la deuxième manche du géant féminin.

Christophe Torrent
Christophe Torrent à l'entraînement sur la Streif, mercredi.Image: keystone

L'expérience, différente, fait partie du processus d'apprentissage. Quoi qu'il en soit, malgré ce dénouement à un endroit si spécial de la piste, Torrent, dossard 53 fièrement porté, nous a lui aussi enchanté le temps de quelques courbes, nous rappelant la performance d'un certain Arnaud Boisset. Les deux coureurs ont animé ces courses de Kitzbühel: ils nous ont fait passer par toutes les émotions.

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La veste du sélectionneur italien à l'Euro fait jaser
Le 15 juin dernier, l'Italie jouait son premier match du tournoi contre l'Albanie. Cependant, à peine les joueurs avaient-ils foulé le terrain qu'un élément hors-football faisait beaucoup parler: le costume officiel du coach Luciano Spalletti. Pourquoi diable? On vous explique.

Depuis 2019, c'est le couturier italien Giorgio Armani qui est en charge de créer les tenues officielles de l'équipe d'Italie. Comme de coutume, à chaque fois que les Azzurri foulent pour la première fois le terrain d'une grande compétition, ils dévoilent par la même occasion les tenues qu'ils porteront tout au long du tournoi – uniformes de match pour les joueurs, complets pour les sélectionneurs et autres dirigeants.

L’article