Sport
Watson au Maroc

France-Maroc: Le secret des Marocains dans cette Coupe du monde

Portugal's Cristiano Ronaldo challenges for the ball with Morocco's Jawad El Yamiq, right, during the World Cup quarterfinal soccer match between Morocco and Portugal, at Al Thumama Stadium  ...
Jawad El Yamiq (à droite) et le Maroc créeront-ils un nouvel exploit face à la France ce mercredi en demi-finale du Mondial? Image: keystone
Watson au Maroc

Le secret du Maroc? «Il avait 2 gros problèmes, il les a corrigés»

Le Maroc jouera ce soir contre la France un match historique, la première demi-finale de Coupe du monde d'une équipe africaine. Pour percer la formule magique de cette incroyable épopée, watson a fait appel à Tariq Chihab, ex-international marocain, aujourd'hui directeur sportif.
14.12.2022, 06:0015.12.2022, 11:08
Yoann Graber, casablanca
Plus de «Sport»

Qui de mieux qu'un ex-international marocain pour décortiquer le succès des Lions de l'Atlas au Qatar? Tariq Chihab nous a donné rendez-vous dans un café de Casablanca, en nous promettant des réponses. Les passionnés de Super League auront peut-être reconnu l'ex-joueur de Sion et Xamax (mais aussi Zurich et GC). Aujourd'hui, il est directeur sportif du SCC Mohammedia, un club de première division marocaine, consultant à la télévision et proche du sélectionneur actuel Walid Regragui, avec lequel il a joué.

Dans son élégant pull noir, Tariq Chihab est toujours aussi fit. Derrière ses lunettes cerclées se cache peut-être les réponses aux questions que nous cessons de nous poser. En s'asseyant, l'ancien joueur confie sa fierté de voir ce Maroc, son Maroc, celui dont il a porté le maillot jusqu'en finale de la Coupe d'Afrique des nations, briller aux yeux du monde.

«On représente notre pays, mais aussi tout le monde arabe. Cela nous dépasse largement»

Mais nous lui avons demandé de mettre de côté cette immense fierté pour disséquer aussi froidement que possible le succès de cette équipe. Un exercice que ce grand analytique adore, lui qui ne regarde pas les matchs dans les cafés pour ne pas être dérangé.

Bon, on est venu jusqu'à Casablanca pour ça, vous pouvez nous le dire: c'est quoi le secret de ce Maroc?
TARIQ CHIHAB: La sélection a toujours eu des footballeurs doués techniquement qui mettaient un fort impact physique, mais on avait deux gros problèmes: les relations entre les joueurs et l'aspect tactique. Comme les joueurs aimaient beaucoup le ballon, on ne donnait pas d'importance à la tactique. C'est complètement différent maintenant: la tactique passe avant tout. On a compris que sans elle, on ne pouvait rien faire.

«On le voit avec Ziyech, qui revient défendre et tacle, ce qu'il ne fait pas d'habitude à Chelsea»
Morocco's Hakim Ziyech, left, and Spain's Dani Olmo compete for the ball during the World Cup round of 16 soccer match between Morocco and Spain, at the Education City Stadium in Al Rayyan,  ...
Hakim Ziyech (à gauche) a le sens du sacrifice durant ce Mondial. Image: keystone

Donc la clé, c'est le sélectionneur Walid Regragui?
Tactiquement, c'est vrai qu'il a construit une équipe solide, avec la défense comme ciment. Dans sa philosophie, l'attaquant de pointe est le premier défenseur. C'est pour ça qu'il a sélectionné En-Nesyri, par exemple. Les joueurs travaillent en bloc. Les Marocains forment l'un des blocs les plus compacts de ce Mondial, ils défendent tous sur une surface de seulement 15 mètres sur 20. Ils montent et descendent ensemble. C'est un bloc bien organisé dans la largeur et dans la profondeur. Le sélectionneur est également très bon quand il s'agit d'analyser les adversaires à la vidéo. Je l'avais trouvé frileux contre la Croatie, mais je lui ai envoyé un message plus tard pour lui dire qu'il avait eu raison, quand j'ai vu les Croates éliminer le Brésil (rires). Et il m'a répondu.

Qu'est-ce qu'il vous a dit?
«J'ai envie de faire du beau jeu et d'attaquer à tout va, mais on n'a pas le potentiel pour le faire! Je fais avec nos qualités.»

Ils ont changé de coach
Walid Regragui n'a repris la sélection marocaine que depuis septembre. Avant lui, c'est Vahid Halilhodzic qui avait qualifié les Lions de l'Atlas pour le Mondial, d'abord en terminant premier et invaincu du groupe (6 victoires en 6 matchs) puis en éliminant en barrage la République démocratique du Congo. Mais «Coach Vahid» a été démis de ses fonctions à trois mois de la Coupe du monde en raison de désaccords avec les dirigeants. Le charismatique entraîneur franco-bosnien et ses méthodes quasi militaires sont sans doute aussi pour quelque chose dans ce succès marocain.

Ça a le mérite d'être clair. Mais, ça ne peut pas être que de la tactique, il y a forcément autre chose...
Humainement, Walid est intelligent, il a su motiver les joueurs et créer un climat de famille, indispensable pour obtenir des résultats. On le voit avec les remplaçants: même un joueur qui n'a pas disputé la moindre minute de ce Mondial est debout derrière la ligne les vingt dernières minutes pour haranguer ses coéquipiers. Tout le monde se sent concerné. Et puis il a amélioré les relations entre les joueurs, notamment celles entre les Marocains qui ont grandi au pays et ceux qui sont nés à l'étranger.

epa10359700 Morocco's head coach Walid Regragui (up) and his players celebrate after winning the FIFA World Cup 2022 quarter final soccer match between Morocco and Portugal at Al Thumama Stadium  ...
Walid Regragui porté en triomphe par ses joueurs après la victoire contre le Portugal. Image: keystone

Ça posait problème par le passé?
Oui, les locaux et les joueurs issus de la diaspora ont grandi dans des cultures qui sont très différentes sur certains points, ça posait parfois des soucis de compréhension et de vivre-ensemble. Il y avait des petits groupes: ceux qui venaient d'Allemagne restaient entre eux, pareil pour ceux qui étaient en Belgique. Certains joueurs ne parlaient même pas l'arabe. Aujourd'hui, c'est par exemple le cas d'Hakimi (réd: né à Madrid), qui maîtrise mal la langue. Mais, au moins, il essaie. C'est la preuve que Regraoui a réussi à créer cette cohésion.

Donc, vous avez une équipe soudée et bien en place. Mais on a l'impression qu'il y a plus que ça, qu'ils sont portés par une fierté nationale.
Oui, cette fierté est très importante.

«Et cette équipe est devenue l'ambassadrice de l'Afrique et du monde arabo-musulman. Les joueurs sentent ce soutien, ça te donne cette énergie, cette rage de se battre, de ne rien lâcher»

Au Qatar, les Marocains se sentent chez eux. J'ai connu ce sentiment quand je jouais avec le Maroc, à la Coupe d'Afrique des nations 2004. Voir des milliers de tes fans dans le stade te rend fier et te booste. Tu joues pour les gens qui ont fait le déplacement.

Le joueur valaisan Tariq Chihab laisse eclater sa joie apres le 3eme but lors de la rencontre de football de Super League entre le FC Sion et le FC Luzern, ce samedi 20 mars 2010 au Stade de Tourbillo ...
Tariq Chihab a fait deux passages au FC Sion (saison 2006-2007 et 2009-2010). Image: KEYSTONE

Est-ce qu'il y a aussi des facteurs invisibles dans ce succès? Des choses que le téléspectateur ne voit pas?
Depuis une dizaine d'années, la fédération fait de grands efforts au niveau de la formation et a structuré son travail.

«L'impulsion est venue du roi, qui a lui-même rédigé une lettre pour demander aux responsables du foot marocain d'améliorer la situation»

Car l'argent ne manquait pas, mais les objectifs clairs, oui. Des formations pour entraîneurs et managers généraux ont été mises sur pied et les infrastructures se sont développées. Fouzi Lekjaa, qui est à la tête de la fédération depuis 2014, est un excellent gestionnaire. Depuis qu'il est là, chaque club a un terrain en gazon, les stades ont été modernisés, il y a désormais des salles de musculation et des terrains d'entraînement. Et ça paie: beaucoup de titulaires de la sélection ont été formés au pays. Mais ce n'est pas tout...

Quoi encore?
Il y a aussi eu la fondation en 2009 de l'académie royale Mohammed VI à Rabat. Elle a des antennes aux quatre coins du pays et recrute les meilleures jeunes dès 12 ans. Elle les forme jusqu'à 21 ans grâce à un système sport-études et essaie de les envoyer, à cet âge-là, dans des clubs européens pour s'aguerrir, comme une sorte de post-formation. Au moins trois joueurs du Maroc au Qatar y ont été formés.

Tariq Chihab nous a reçu à Casablanca, d'où il suit très attentivement les exploits du Maroc au Qatar.
Tariq Chihab nous a reçu à Casablanca, d'où il suit très attentivement les exploits du Maroc au Qatar. image: watson

Tout ça, c'est très bien, mais on n'arrive pas en demi-finale d'une Coupe du monde sans un élément essentiel: le talent.
C'est vrai, la tactique à elle-seule ne suffit pas! (rires) On a des joueurs très rapides qui se projettent vers l'avant sur les contre-attaques, comme par exemple Ziyech, Boufal et En-Nesyri. Et on a un aussi Bounou, un gardien exceptionnel! Je pense que le succès de cette équipe, c'est vraiment un tout. C'est l'année ou jamais pour cette Coupe du monde!

Les sélectionneurs à la Coupe du monde 2022
1 / 34
Les sélectionneurs à la Coupe du monde 2022
Félix Sánchez Bas - Qatar
source: keystone / petr david josek
partager sur Facebookpartager sur X
Le défi foot: Yoann vs Elisa
Video: watson
Plus d'articles sur le sport
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Vivement la Super League européenne de foot
Les rencontres spectaculaires, disputées cette semaine en Ligue des champions, en sont la preuve: une Super League européenne serait un régal.

Les quarts de finale aller de la Ligue des champions ont offert du spectacle, de l'émotion et du drame. C'était du grand art, et ce, au cours des deux soirées, mardi et mercredi. Les occasions se sont succédées les unes après les autres dans tous les matchs. 18 buts ont été marqués, soit plus de quatre par rencontre.

L’article