DE | FR
Parial view of the dome of the reactor building and cooling tower of the Goesgen nuclear power plant, photographed in Dulliken, in the Canton of Solothurn, Switzerland, on October 14, 2016. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Teilansicht der Kuppel des Reaktorgebaudes und des Kuehlturm des Kernkraftwerks Goesgen, aufgenommen am 14. Oktober 2016, in Dulliken. (KEYSTONE/Christian Beutler)

La centrale nucléaire de Gösgen, dans le canton de Soleure. 14 octobre 2016. Image: KEYSTONE

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Réchauffement climatique, indépendance énergétique du pays, renoncement à l'accord-cadre avec l'Union européenne (UE): il y aurait des raisons de briser le tabou sur le nucléaire, dont le peuple en 2017 a programmé la fin. Un conseiller national UDC du canton de Berne, partisan de l'énergie atomique, déterre la hache de guerre.



«Je respecte la décision populaire», se défend le conseiller national UDC bernois Erich Hess. Un élu de l’Union démocratique du centre, la voix du peuple, comme le revendique son acronyme germanophone, ne peut pas laisser croire le contraire. Or, Le Temps le relevait jeudi dernier, Erich Hess, membre de la commission parlementaire traitant de l’énergie, a déposé le 18 juin une motion demandant la levée de l’interdiction empêchant la construction de nouvelles centrales nucléaires.

BE_NR_SVP_Hess_Erich

Erich Hess.

C’est pourtant bien le peuple qui, en approuvant la loi programmatique sur l’énergie, en 2017, a entériné cet interdit. «Oui, mais le nucléaire n’est qu’un article parmi d’autres de cette législation. Ce que je propose c’est la suppression de cet article, pas de tout le texte», explique-t-il à watson.

L’argument d’Erich Hess est celui de l’indépendance énergétique de la Suisse. Tous les experts et partis politiques reconnaissent qu’elle n’est pas garantie. Surtout en hiver, quand l’eau des barrages fait défaut. Et cela ne devrait pas s’arranger à court et moyen terme:

Résultat, la Suisse se retrouve vaguement seule. D’où la relance, par le conseiller national bernois de l’UDC, de l’idée nucléaire. La gauche l'avait embrassée comme du bon pain dans les années 50 et 60, avant de se retourner contre elle. La catastrophe de Fukushima en 2011 a agi comme un électrochoc sur l'opinion publique, qui a accepté en connaissance de causes la loi sur l'énergie à plus de 58%, non sans avoir rejeté un an plus tôt l’initiative «Sortir du nucléaire», jugée trop radicale.

On est prêt? Mmmh...

Erich Hess, qui a voté «non» au référendum de 2017 contrairement au reste du peuple, invoque encore le réchauffement climatique. À l’avantage du nucléaire, nettement moins émetteur de CO2 que les énergies carbonées.

D’où la question qui dérange: pourra-t-on vraiment se passer des centrales nucléaires? La loi ne fixe pas de date d’arrêt aux quatre réacteurs encore en fonction (celui de Mühleberg (BE) a été désactivé en décembre 2019). Mais on estime qu’ils auront tour à tour atteint la limite d’âge d’ici à 2050. A compter de quoi, selon la loi, il sera interdit de construire de nouveaux réacteurs.

À ce moment-là, la consommation d’énergies fossiles par habitant devra avoir baissé de 43%. Cependant, la consommation d’électricité pour assurer les besoins de la mobilité va croître. Il s’agira d’être prêt avec les renouvelables: l’hydraulique bien sûr – de longue date installée dans le paysage énergétique –, mais aussi les émergentes, aujourd’hui produites en trop petites quantités: le biogaz, le photovoltaïque, l’éolien, etc.

La production d'électricité en Suisse

Bild

Image: watson-sainath bovay

Spécialiste de ces questions et opposant au nucléaire, le conseiller national vaudois socialiste Roger Nordmann, plaide entre autres pour deux mesures:

Le patron du groupe socialiste à Berne et président de la faîtière du solaire Swissolar propose par exemple de couvrir en panneaux solaires l’autoroute au niveau de Fully, en Valais. La production d'électricité via l'énergie solaire reste largement inférieure à l’objectif de la Confédération pour 2050. La quantité produite en 2020 a été de 2,6 térawattheures (1 térawattheure = 1 milliard de kilowattheures), quand «la production et la consommation d’électricité en Suisse s’élèvent l'une et l'autre à environ 65 térawattheures», précise Roger Nordmann à watson.

Il faudrait 50 fois plus de panneaux solaires

Les panneaux solaires couvrent en Suisse une surface de 6 km2. Pour être «bien», il en faudrait 50 fois plus, soit 300 km² (0,7% du territoire suisse). Associé à l’hydraulique (58% de la production d’électricité en Suisse, la plus grosse part), le solaire devrait parvenir à satisfaire la demande, tablent les promoteurs de cette combinaison eau-soleil.

Et l’éolien? Avec 0,145 térawattheure produit en 2020, il est le parent pauvre des énergies renouvelables. Les Suisses n’en veulent pas. Ou alors chez les voisins. Faux, réagit Isabelle Chevalley, conseillère nationale vert’libérale vaudoise et présidente de Suisse Eole, l’association faisant la promotion de cette énergie.

Corgémont et Cortébert disent «oui»

À l'appui de son affirmation, le vote favorable du 22 juin des habitants de Corgémont et Cortébert dans le Jura bernois, à l'installation de trois éoliennes à proximité du parc éolien de Mont-Crosin, le plus important de Suisse. Mais cette décision démocratique se heurte toujours à l'opposition de l'association Paysage libre, qui fait valoir le dérangement sonore des turbines et l'impact visuel de l'ensemble sur la biodiversité.

«L'énergie éolienne aurait toute sa place en hiver, la période durant laquelle elle produit les deux tiers de son rendement annuel»

Isabelle Chevalley, conseillère nationale vert'libérale vaudoise

Les partisans de l'éolien regrettent que l'essentiel des investissements des opérateurs suisses dans ce secteur se fasse à l'étranger, soit environ six milliards de francs depuis le début du millénaire.

Beaucoup de «si»

Pour l'heure, le compte des énergies renouvelables en Suisse n'y est pas. Le conditionnel reste de mise, malgré la progression régulière du solaire. Cela fait beaucoup de «si», doit penser l’UDC bernois Erich Hess, satisfait des 33% d’électricité nucléaire fournis chaque année aux ménages et aux entreprises helvétiques. Aux pouvoirs publics et au peuple de lui prouver qu’on peut faire sans.

Paniqué par le changement climatique, ce Romand fait la révolution

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

L’armée suisse irait bien faire sa pub dans les écoles

Link zum Artikel

Mais où sont donc passés les opposants au mariage pour tous?🤔

Link zum Artikel

Cette fois ça y est: le Conseil fédéral donne son OK au F-35 américain

Link zum Artikel

Pourra-t-on vraiment, en Suisse, faire sans les centrales nucléaires?

Link zum Artikel

La Grève pour l'Avenir réunit plus de 30 000 personnes en Suisse

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Initiative 99% ou «Robin des bois», mais que veulent les Jeunes socialistes?

Après l’été, les Suisses seront de retour aux urnes pour se prononcer sur l’initiative 99% de la Jeunesse socialiste, notamment. Pour bien comprendre l’idée en quelques points, c’est par ici!

Le dimanche 26 septembre prochain, la population suisse est appelée à se prononcer sur «l’initiative 99%», aussi qualifiée d’initiative «Robin des bois». Elle est soumise au peuple en même temps que le référendum qui s’oppose au mariage pour tous. Officiellement, cette initiative populaire fédérale est nommée «Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital».

Pour bien saisir le pourquoi du comment de ce texte, watson vous résume en quelques points les principaux enjeux de …

Lire l’article
Link zum Artikel