DE | FR
Verra-t-on les Leopard 2 de l'armée suisse ressortir du frigo où ils dorment depuis le début des années 2000?
Verra-t-on les Leopard 2 de l'armée suisse ressortir du frigo où ils dorment depuis le début des années 2000?image: dr
Analyse

Historique: après 30 ans de baisse, le budget de l'armée suisse repart à la hausse

Contre l'avis de la gauche, le Conseil national a approuvé, lundi, une hausse de deux milliards de francs du budget de la défense d'ici à 2030, qui devrait atteindre alors au moins 1% du PIB. La Suisse s'aligne sur la tendance en Europe et notamment sur celle de pays neutres comme elle.
09.05.2022, 18:3110.05.2022, 08:55

Finlande, Suède, Autriche, tous les neutres en Europe ont décidé d’augmenter dans des proportions importantes leur budget de la défense. Et lundi après-midi à Berne, le Conseil national a fait de même en votant par 111 voix pour, 79 contre et deux abstentions, une hausse de deux milliards de francs dans les dépenses militaires d’ici à 2030, avec l’engagement de les porter au minimum à 1% du PIB, contre 0,7% actuellement. Une majoration présentée comme «modérée» par ses promoteurs, essentiellement la droite du parlement. C'est historique: la décision du National met fin à une baisse quasi ininterrompue du budget de la défense depuis 1990.

Coup de tonnerre

Les neutres se sont résolus à ces relèvements budgétaires dans l’urgence, suite à l’invasion russe de l’Ukraine, déclenchée le 24 février. Ce coup de tonnerre, inédit sur le continent européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a sorti de leur léthargie ces privilégiés de la paix, à la longue devenus un peu paresseux.

Chez les non-neutres, l’Allemagne, jusque-là paresseuse au carré, a non seulement débloqué une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros, mais décidé de hisser de 1,4 à plus de 2% la tranche de son PIB allouée à son armée.

La Suisse neutre est donc dans le mouvement. En juin, le Conseil des Etats devrait à son tour voter la hausse de deux milliards de francs et le principe d’un budget de la défense égal à au moins 1% du PIB. On n’est certes pas au niveau de 2% de PIB pour la défense préconisé par l’Otan pour chaque pays membre de l’Alliance atlantique.

Sauf que la Suisse n’est pas membre de l’Otan et que son pour cent de PIB vaut des 1,5% ou 2% de pays moins riches, l’Autriche, par exemple. Le rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse, Julien Grand, constate à ce propos non sans humour:

«L’armée est à l’Autriche ce que les blagues sont à la Belgique, un sujet de rigolade»
Julien Grand

Comprendre: le voisin autrichien, près de neuf millions d’habitants, pourtant, a des effectifs de pauvresse, 50 000 soldats, moitié moins que la Suisse, et ses équipements pareillement crient misère. «C’est seulement maintenant qu’elle songe à changer sa flotte d’hélicoptères Alouette III, qui date des années 1950», souligne Julien Grand. Les rattrapages suisse et autrichien sont donc difficilement comparables. Vienne part de beaucoup plus bas que Berne.

La gauche, tout comme d'hab

Alors que partout ailleurs, les augmentations des budgets de la défense font consensus, ce n’est pas le cas en Suisse. Contrairement à la gauche autrichienne, favorable à une augmentation rapide du budget de la défense, la gauche helvétique (socialistes et écologistes, historiquement sur une ligne antimilitariste et pacifiste) temporise et s’oppose, comme ce lundi après-midi au National, à l’augmentation proposée et finalement acceptée. Les socialistes et les Verts ne veulent pas donner de blanc-seing au Conseil fédéral sur les orientations de défense et les achats d’armements qui leur sont liés.

Les Verts’libéraux, alliés d’un jour de la gauche dans leur opposition aux deux milliards, ont demandé une sorte d’audit préalable sur les besoins et les missions de l’armée, laissant, par ailleurs, la fenêtre ouverte à des coopérations renforcées avec l’Otan.

L'Otan jugée coresponsable de l'invasion de l'Ukraine

Verts’libéraux et gauche se sont, entre autres, entendus pour critiquer l’intention à droite de ressortir les chars d’assaut Leopard 2 du «frigo» où l’armée suisse les a mis au début des années 2000, considérant à l'époque qu’une guerre de chars en Europe était hautement improbable suite à la chute du mur de Berlin en 1989 et l’effondrement de l’URSS deux ans plus tard. Verts’libéraux et gauche sont sceptiques sur les vertus prêtées aux chars: ils font valoir la destruction de centaines de blindés lourds russes sur le terrain ukrainien, vulnérables face aux armes antichars.

De son côté, le conseiller national-socialiste jurassien Pierre Alain-Fridez, adversaire de la hausse de deux milliards et opposé à des investissements dans un armement qu'il nomme offensif (entre autres les avions F-35), n'a pas hésité à rendre l'Otan coresponsable de l'invasion de l'Ukraine par une Russie qui, se sentant encerclée, aurait ainsi cherché à briser l'étau. Le député jurassien estime que la Suisse, en raison de sa position privilégiée au centre de l'Europe, entourée de pays amis, n'a pas besoin d'un armement ou d'une armée faite pour une guerre de projection. La Russie ne constitue pas une menace pour la Suisse, assure-t-il.

La droite en réfère à la Constitution

Les deux milliards supplémentaires et le pour cent du PIB alloué à la défense, l'objectif approuvé par le National, sont pour beaucoup corrélés aux notions de neutralité armée et d'indépendance militaire de la Suisse. Là où la gauche voit de l'opportunisme, la droite invoque le respect de l'article 58 de la Constitution fédérale, qui dispose que l'armée «assure la défense du pays et de sa population». Tout le débat porte alors sur les moyens employés pour y parvenir.

Julien Grand, le rédacteur en chef de la Revue militaire suisse, donne son avis sur les échanges qui ont animé le Conseil national lundi après-midi:

«Les Verts'libéraux, en mettant sur la table la coopération militaire de la Suisse avec l'Otan et en brisant par là un tabou, celui de la neutralité, parfois déifiée, est plus dans le réel que la gauche qui a tendance à être dans le déni sur les questions de défense et que la droite qui peut verser dans l'idéalisation de l'indépendance armée de la Suisse. Cela dit, il ne suffit pas de voter des augmentations de crédits d'armement si l'on ne dispose pas de troupes pour les servir. Tout cela devra être pensé.»

Changement d'époque

La Suisse neutre rejoint donc d'autres pays en Europe dans leur volonté d'accroître sensiblement l'effort budgétaire dévolu à l'effort de défense. Un changement d'époque.

Les civils évacués de Marioupol

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine a fait augmenter les prix de ces biens en Suisse

Link zum Artikel

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

Link zum Artikel

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Link zum Artikel

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

Link zum Artikel

La Suisse est à nouveau présente sur le territoire ukrainien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Des anti-UDC sont dispersés par la police
La police a utilisé des armes pour disperser les contre-manifestants qui s'opposaient samedi matin à Bâle à une réunion de l'UDC. Et Ueli Maurer était présent.

La police, mobilisée en nombre, a fait usage de balles en caoutchouc pour disperser une trentaine de contre-manifestants qui s'opposaient samedi matin à Bâle à un rassemblement de l'UDC. Le conseiller fédéral Ueli Maurer notamment participait à celui-ci.

L’article