ciel clair-2°
DE | FR
Suisse
Analyse

Sommaruga: pourquoi sa démission est une bonne nouvelle

Malgré sa démission, Simonetta Sommaruga, Bernoise de 62 ans, aurait sans doute aimé rester encore un peu.
Malgré sa démission, Simonetta Sommaruga, Bernoise de 62 ans, aurait sans doute aimé rester encore un peu.keystone
Analyse

Pourquoi la démission de Sommaruga est une bonne nouvelle pour le PS

Simonetta Sommaruga s'en va pour des raisons personnelles. Pour le Parti socialiste, ce départ a un effet secondaire plutôt agréable: il n'a pas grand-chose à craindre pour son siège au Conseil fédéral.
03.11.2022, 06:1603.11.2022, 11:36
Peter Blunschi / watson.ch

Certains départs du Conseil fédéral sont prévisibles. Par exemple celui d'Ueli Maurer, même si le ministre des Finances UDC a souvent flirté avec la continuité. Et puis il y a les départs inattendus. Parmi eux, celui de Didier Burkhalter (PLR), auquel s'est ajoutée, mercredi, Simonetta Sommaruga. Elle part à la surprise générale et à la fin de l'année.

La Bernoise de 62 ans aurait sans doute aimé rester encore un peu. Elle s'arrête en plein milieu d'une crise énergétique et laisse également, derrière elle, quelques chantiers au sein du DETEC. Mais l'attaque cérébrale de son mari, Lukas Hartmann, a bouleversé tous ses plans. Lors de la conférence de presse, elle n'a pas caché à quel point ce coup du sort l'avait affectée.

Simonetta Sommaruga met ainsi le parti socialiste sous pression. Contrairement à l'UDC, il n'a que peu de temps pour régler la question de la succession: l'élection au Conseil fédéral aura lieu dans un peu plus d'un mois, le 7 décembre prochain. Le PS n'a toutefois pas à se faire beaucoup de souci: son siège est incontesté.

La tactique du PS

Le PS n'a pas été au mieux de sa forme ces derniers temps. Le parti a perdu des électeurs au profit des Verts. Ces derniers font pression, depuis un certain temps, pour obtenir un siège au gouvernement national. En soi, on pourrait imaginer que la majorité bourgeoise de l'Assemblée fédérale réunie profite de l'occasion pour "attribuer" aux Verts le siège du PS qui se libère.

Cela ne risque pas d'arriver. Le PS s'était montré intelligent après la démission de Maurer et n'avait pas remis en question la double représentation de l'UDC. Même l'ex-cheffe de la Jeunesse socialiste, Tamara Funiciello, que personne ne peut accuser de sympathies bourgeoises, a déclaré sur TeleZüri que l'UDC avait «incontestablement droit à deux sièges au Conseil fédéral».

A l'époque, une démission de Sommaruga n'était pas prévisible. Cette retenue vaut aujourd'hui la peine, car les socialistes n'offrent guère de zones d'attaque aux bourgeois. Cela pourrait changer si le PS misait sur un ticket à deux de l'aile gauche pour la succession. Mais c'est peu probable au vu des effectifs du parti.

Le carcan des Verts

Le président des Verts, Balthasar Glättli, et la cheffe du groupe, Aline Trede, ont annoncé le 18 octobre qu'ils renonçaient à une candidature de combat contre l'UDC.
Le président des Verts, Balthasar Glättli, et la cheffe du groupe, Aline Trede, ont annoncé le 18 octobre qu'ils renonçaient à une candidature de combat contre l'UDC.

Les Verts se sont portés candidats à plusieurs reprises pour le Conseil fédéral. Ils ont longtemps pu le faire avec une certaine liberté de manœuvre, mais ce n'est plus le cas depuis leur succès électoral en 2019. Le parti a du mal à assumer son nouveau rôle. Après de longues hésitations, elle a renoncé à attaquer le siège de l'UDC. Apparemment, personne ne voulait se «sacrifier» pour cette aventure qui n'avait aucune chance.

Mais si les Verts n'attaquent même pas leur adversaire politique, il serait encore plus absurde de viser le siège de leur principal allié, le PS. Dans les faits, les Verts ont rapidement fait savoir, mercredi dans l'après-midi, qu'ils ne présenteraient «aucune candidature à la succession de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga».

Le calcul électoral

En principe, il serait possible que les bourgeois lancent un jeu de pouvoir et attribuent malgré tout le siège du PS aux Verts. Dans les faits, ça paraît exclu, car il y a des élections nationales dans un an. Dans une telle situation, l'envie du Parlement de prendre des risques au Conseil fédéral est encore plus mince que d'habitude.

Il y a quatre ans, le PLR et Le Centre (ex-PDC) avaient déjà réussi à préserver leurs acquis avec Karin Keller-Sutter et Viola Amherd, grâce à ce calcul. Désormais, le PS peut lui aussi voir venir le 7 décembre sans trop d'inquiétude. En effet, la succession de Maurer contribue aussi à maintenir le statu quo au Conseil fédéral.

En soi, on s'attendait plutôt à une démission d'Alain Berset. Ces derniers temps, il a souvent donné l'impression d'être fatigué par sa fonction et a fait la une des journaux pour ses frasques privées. Le Fribourgeois sera toutefois président de la Confédération pour la deuxième fois l'année prochaine.

Reste que son départ ne serait pas tout à fait une surprise. Et les choses pourraient alors devenir encore plus passionnantes qu'aujourd'hui.

Simonetta Sommaruga est douée en beatbox, la preuve!

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie passe un coup de fil aux Verts suisses
Suite à leur opposition à la réexportation d'armes suisse à l'Ukraine mardi à Berne en commission parlementaire, les Verts ont reçu un appel téléphonique d'une agence de presse russe proche de Poutine. Mais le parti écologiste est divisé: ce samedi à Genève, lors de l'assemblée des délégués des Verts, la Bernoise Natalie Imboden soumettra un amendement pour autoriser exceptionnellement la réexportation de matériel militaire suisse à l'Ukraine. Les révélations de watson.

Allo, c’est la Russie. Après leur «non» à la réexportation de matériel de guerre à l’Ukraine, mardi à Berne en commission de politique de sécurité du Conseil national, le président des Verts suisses, Balthasar Glättli, a reçu un appel de RIA Novosty, une agence de presse russe basée à Genève. Réputé sur la même ligne que celle de Vladimir Poutine, le média russe voulait connaître les raisons pour lesquelles les Verts, tout comme l’UDC, d’ailleurs, ont voté contre une motion et une initiative parlementaire favorables à la réexportation de matériel militaire suisse à l’Ukraine, comme le demandent aujourd’hui l’Espagne, le Danemark et l’Allemagne.

L’article