DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

La Suisse a défendu ses paysans, mais la bataille ne fait que commencer

La victoire claire et nette du «non» aux initiatives agricoles démontre l'attachement de la Suisse à ses symboles. Reste qu'il faudra se mettre autour de la table parce que la nourriture et la santé n'ont jamais autant inquiété les Suisses.



C'est limpide: tous les cantons (sauf Bâle-Ville) ont décidé d’un double «non» au sujet des initiatives agricoles. Un signal fort. Ce qui était proposé allait trop loin, n’a pas (du tout) convaincu et, pour l'instant, pas touche à nos paysans!

Le pays s'est largement levé pour les défendre, eux qui ont notamment été accusés d’empoisonner la population. Au fil de la campagne, la majorité des votants a saisi qu'un double «oui» allait mettre en péril une économie qui a valeur de symbole. Un secteur qui façonne le paysage et nourrit non seulement les panses, mais aussi tout l’imaginaire d'un savoir-faire planté dans des champs et des montagnes idylliques. Terre à terre, la Suisse a aussi eu peur de voir les prix de la nourriture prendre l’ascenseur. Ce dernier argument a sûrement moins pesé dans le coeur des citadins.

Reste que ce résultat n'est finalement qu'une seule page tournée d’un livre qui est désormais grand ouvert. Celui de l’alimentation, de la santé, de l’environnement et de la biodiversité. Et la bataille sera féroce pour savoir qui en écrira les prochains chapitres.

On n'a jamais autant parlé de santé et d'alimentation

Raison pour laquelle les gagnants du jour doivent se gaffer de ne pas trop festoyer. Les prochaines discussions pointent déjà: la politique agricole 2022+, les multiples interventions parlementaires qui sont dans les tuyaux du Parlement, les initiatives populaires (notamment sur la biodiversité) et enfin la mise en oeuvre des mesures environnementales présentées par le Conseil fédéral en réponse aux initiatives rejetées ce dimanche.

Dans le même temps, la forte participation et le départ canon du «oui» dans les premiers sondages témoignent de l’intérêt grandissant des citoyens pour ces thématiques connexes. Nous n’avons probablement jamais autant parlé d’agriculture, comme nous n’avons probablement jamais autant parlé d’alimentation et – merci (aussi) au Covid-19 – de santé. Le débat ne fait donc que commencer. Car si les initiatives présentées allaient trop vite trop loin, leur rejet n’empêchera pas la Suisse de discuter toujours plus de mesures allant, pas à pas cette fois-ci, dans la même direction.

Manifestations contre l'extrême droite en France

1 / 6
Manifestations contre l'extrême droite en France
source: sda / guillaume horcajuelo
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel