Suisse
Analyse

Racisme au Grand Conseil: applaudir puis condamner?

Les deputes vaudois felicitent la deputee Laurence Cretegny, la future presidente du Grand Conseil vaudois apres son election, lors de la ceremonie de l'election de la presidence pour la periode  ...
Laurence Cretegny, présidente PLR du Parlement vaudois, est dans le collimateur des associations antiracistes, après ses déclarations et sa mimique inspirées de «Tintin au Congo».Image: sda
Analyse

Pourquoi applaudit-on un discours pour le juger raciste ensuite?

Les références à Tintin au Congo, lors d'un discours de la présidente du Grand conseil vaudois, n'ont suscité aucune réaction dans l'hémicycle. Des applaudissements ont même fusé à la fin de son allocution. Deux jours après, c'était la polémique. Eléments de réponse avec un chercheur en psychologie sociale.
06.10.2021, 06:0006.10.2021, 16:28
Plus de «Suisse»

Il y a une semaine, la présidente du Grand conseil vaudois a fait un discours à l'occasion du départ à la retraite du chancelier d'Etat Vincent Grandjean. L'allocution de l'élue PLR Laurence Cretegny s'est terminée avec «une chute» faisant référence à «Tintin au Congo». Après sa désormais fameuse mimique de la «maman congolaise», qui dit «Si toi pas sage, toi y’en sera jamais comme Tintin», aucune voix discordante n'a été entendue dans la salle. Mieux, l'ex-syndique de Bussy-Chardonney a été applaudie par les députés de droite comme de gauche.

D'affaire Cretegny, il n'y avait point encore. Or, deux jours plus tard, toutes chapelles politiques confondues, les députés ont crié au «racisme» ou, pour le moins, à la «maladresse».

Mécanisme de conformisme

Qu'est-ce qui fait que des mots apparemment tolérés, voire approuvés de manière instantanée, soient rejetés et dénoncés par la suite? Si les références à la BD d'Hergé et l'imitation de la «maman congolaise» sont inadmissibles, pourquoi n'y a-t-il eu aucune voix discordante, ni aucun signe de protestation pour rompre ce qui semblait être une belle unanimité au sein de l'hémicycle, après l'allocution de Laurence Cretegny? Pour Pascal Wagner-Egger, enseignant-chercheur en psychologie sociale à lʹUniversité de Fribourg, le déroulement et la chronologie des faits n'ont rien d'étonnant. Il l'explique par ce qu'il appelle «le mécanisme du conformisme».

«Les gens anticipent la pression sociale qu’il peut y avoir à intervenir de manière désagréable (gâcher un peu la fête) dans un moment qui devrait être positif (un départ à la retraite)»
Pascal Wagner-Eggerchercheur en psychologie sociale à l'université de Fribourg

«Il est très difficile pour un individu isolé de se démarquer de l’opinion d’un groupe. Par un phénomène de dilution de responsabilité en situation collective, les gens sont amenés à se dire que ce n’est pas à eux d’intervenir», analyse l'universitaire. Allant plus loin dans sa réflexion, Pascal Wagner-Egger est d'avis que «si le groupe avait été moins grand, et la situation moins festive et officielle, on peut imaginer que les personnes présentes auraient davantage réagi».

«Des paroles racistes»

L'éclairage du chercheur fribourgeois concorde avec l'interprétation de la députée Rebecca Joly. «Le discours était un hommage au chancelier d'Etat qui partait à la retraite. Ainsi, c'était l'hommage du Parlement à cet homme qui a été applaudi, mais pas le discours. De plus, le passage décrié a eu lieu en toute fin d'allocution, empêchant ainsi une réaction.»

Toutefois, selon l'élue verte, une fois l'effet de stupeur passé, la décision de signifier à la présidence du Grand conseil qu'elle venait de franchir une ligne rouge a été prise au sein de son groupe parlementaire. «Nous en avons discuté immédiatement au sein de notre groupe et avons convenu que notre représentante au Bureau du Conseil irait dire à Laurence Cretegny que ses paroles étaient racistes et donc déplacées», a précisé Rebecca Joly.

Etat de sidération

«Nous sommes restés sidérés après ces mots et cette mimique, lourds et racistes dans les murs du Grand conseil», a admis la socialiste Valérie Induni. Mais, à l'instar de sa collègue verte, elle a affirmé que les applaudissements étaient destinés au chancelier d'Etat sur le départ.

50 ans du suffrage féminin
1 / 15
50 ans du suffrage féminin
En 1928, les femmes se plaignaient déjà de la lenteur de la Suisse concernant ce droit de vote paritaire. Elles ont amené un escargot avec l’inscription «droit de vote des femmes», à l’Exposition nationale suisse du travail féminin.
source: archives sociales suisse
partager sur Facebookpartager sur X
Qui est Mams, le meilleur street dancer de Suisse?
Video: watson
Plus d'articles sur le Grand conseil
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
A Fribourg, la mythique salle de concerts Fri-Son est endettée
L'existence de Fri-Son, à Fribourg est menacée. La plus grande salle de concerts du canton, qui vient de fêter ses 40 ans, est dans les chiffres rouges et vient d'essuyer une perte pour le second exercice de suite. Des solutions sont recherchées.

Fri-Son a accusé ainsi un déficit de 60 874 francs l'an passé, pour un budget de près de 1,8 million. Après avoir puisé dans ses réserves, le club doit encore éponger un peu plus 30 000 francs, a indiqué mercredi La Liberté, sur la base d'informations recueillies lors de l'assemblée générale des membres de l'association.

L’article