DE | FR

Plus de 1700 Suisses atteints d'un Covid long ont dû faire appel à l'aide de l'AI

En 2021, le Covid long a forcé plus de 1700 personnes en Suisse à avoir recours à l'assurance invalidité (AI). Fatigue extrême, essoufflements et difficultés de concentration... des symptômes qui rendent la reprise du travail difficile.
22.01.2022, 16:4422.01.2022, 17:28
Image: KEYSTONE

L'an dernier, 1775 personnes ont déposé une demande auprès de l'assurance invalidité (AI) pour des suites d'un Covid long. Cela correspond à 3,6% des inscriptions, a indiqué samedi l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), revenant sur une information du journal Schweiz am Wochenende.

Un peu plus de 70% des inscriptions concernent des personnes de 46 à 65 ans. Les autres proviennent de patients plus jeunes, a précisé à Keystone-ATS le porte-parole de l'OFAS Rolf Camenzind. Les personnes concernées souffrent de fatigue extrême et d'essoufflement, mais aussi de difficultés de concentration.

Certains perçoivent déjà une rente AI. Dans leur cas, il s'agit de déterminer si le Covid-19 a entraîné de nouveaux handicaps et si le degré d'incapacité de travail doit être adapté.

Ce n'est que le début des demandes

Une première demande à l'AI ne signifie pas qu'une rente sera versée. L'AI tente d'abord de réintégrer la personne dans le marché du travail.

Jusqu'à présent, seule une très petite partie des personnes atteintes de Covid long se sont annoncées à l'AI, a relevé Rolf Camenzind. Bien d'autres devraient suivre, notamment des personnes qui ne touchent plus d'indemnités journalières en cas de maladie après deux ans.

Christian Salzmann, responsable de l'organisation de patients Long Covid Schweiz, s'attend aussi à une augmentation des inscriptions à l'AI. De nombreuses personnes concernées ne se sont pas encore annoncées, car elles ont peur de faire face à des complications administratives, selon lui.

La réinsertion dans le travail est encouragée

De nombreuses personnes en contact avec l'organisation sont tombées malades lors de la première et de la deuxième vague du coronavirus. Elles sont donc directement concernées par la fin prochaine du versement des indemnités journalières en cas de maladie.

L'AI recommande aux malades de s'annoncer après six mois d'incapacité de travail. L'organisation Long Covid Suisse a déjà de l'expérience en matière de réinsertion.

Un registre suisse?

Pour Christian Salzmann, les premières expériences sont positives. Il est important de trouver un équilibre entre la réinsertion professionnelle et les aspects liés à la santé.

Sur le plan politique, le responsable demande que la Confédération mette en place un registre national pour le Covid long. Cela permettrait de documenter systématiquement les cas et d'adapter les thérapies. La semaine dernière, la Confédération a rejeté l'idée d'un tel registre. (ats/myrt)

Les 23 panneaux les plus drôles jamais créés

1 / 26
Les 23 panneaux les plus drôles jamais créés
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Neutralité coopérative» de Cassis: comment la neutralité suisse a évolué
Le président de la Confédération a proposé un nouveau terme au Forum économique mondial de Davos. Est-il également synonyme de nouveau contenu? Une petite clarification de la notion de neutralité suisse.

Samedi, la NZZ a publié un article sur la situation actuelle de la neutralité. La phrase clé: «Alors qu'en Suisse, on continue à débattre des nouvelles formes de neutralité, celle-ci n'est plus reconnaissable en tant que telle depuis longtemps pour le reste du monde.» Le président américain Joe Biden l’a souligné: «même la Suisse» est cette fois-ci du côté d'un belligérant. Notre pays a en effet adopté les sanctions contre la Russie.

L’article