Suisse
Commentaire

Ceux qui sont contre la loi Covid n'ont (vraiment) rien compris

Guillaume Tell.
Guillaume Tell.shutterstock
Commentaire

Ceux qui sont contre la loi Covid n'ont (vraiment) rien compris

Le 13 juin, nous voterons sur la loi Covid, adoptée en septembre dernier selon une procédure dite urgente. Le comité référendaire n'a pas su se placer à la hauteur de l'enjeu, celui d'une guerre à mener contre un ennemi viral.
31.05.2021, 19:5801.06.2021, 17:24
Plus de «Suisse»

Le 13 juin, la démocratie directe va parler. En l'occurrence et sur l’un des cinq objets soumis à votation, la démocratie directe aurait pu s’abstenir. Cet objet, c’est celui portant sur la loi Covid-19, adoptée en septembre dernier dans l’urgence face à la pandémie et ses ravages pour l’économie.

La Constitution suisse, louons-la, reconnaît le droit de référendum, même pour une législation qui ignore le cheminement habituel de la procédure référendaire. Certes, dans le cas présent, la différence est de taille: le peuple vote après et non pas avant l’entrée en vigueur de la loi. Mais à la fin, garant suprême de l’intérêt général, le peuple se prononce. Etait-il primordial qu’il le fasse cette fois-ci? A mon sens, non.

Le but, au travers de cette loi, n’est pas de donner les pleins pouvoirs au Conseil fédéral. Le but n’est pas de lui faire plaisir. Le but n’est pas de l’aimer. Non, le but est savoir adapter nos conventions (toutes ces choses non dites qui rendent possibles les rapports sociaux) à une période anormale. Face à une situation extraordinaire, il s’agit de faire preuve de modestie démocratique. Et non pas d’invoquer les droits démocratiques comme si la démocratie était en jeu ou en péril.

Une démocratie, parfois, aussi, le moins possible, ça s’empêche. Et pourquoi donc? Parce que nous, peuple, décidons, qu’en certaines circonstances, nous ne sommes pas tout-puissants, et qu'il est préférable, dès lors, de déléguer une partie de notre pouvoir. L’immodestie du camp référendaire tient dans ce refus ou cette incapacité à déléguer une part de ce qui lui revient d'ordinaire et à reconnaître la nature de l’enjeu. Il ne veut par exemple pas entendre parler de «guerre».

Les souffrances des guerres passées nous obligent

Or la période que nous traversons et dont nous devrions, espérons-le, sortir bientôt, est un état de guerre. Contre un virus. Qui, par chance, tue beaucoup moins qu’une guerre classique. Qui, néanmoins, suppose et nécessite des populations mobilisées, acceptant de se placer un tant soit peu sous les ordres de l’autorité politique, de se plier de plus ou moins bonne grâce à des règles désagréables, mais jugées vitales.

Nous ne disons pas, surtout pas, que l’actuelle lutte contre le virus s’apparente aux guerres mondiales du 20e siècle. Mais c’est précisément parce que le combat mené contre le coronavirus ne leur ressemble en rien, que nous devrions être en mesure de supporter une situation, morale, sanitaire, économique, démocratique, momentanément et exceptionnellement inconfortable. Les souffrances du passé nous obligent.

Un référendum contre les taxis de la Marne?

Ce référendum contre la loi Covid-19, lancé à l'automne 2020, lorsque la «deuxième vague» s’est déclenchée, a quelque chose d'absurde. Comme aurait été absurde, décalé, dirait-on aujourd'hui, un référendum de la corporation des chauffeurs de taxis contre la réquisition de leurs véhicules lors de la première bataille de la Marne, en septembre 1914.

Encore une fois, c’est parce que d’autres mobilisations ont coûté la vie à des millions d’individus, que, mis face à une situation inédite, nous devrions savoir raison garder et renoncer, pour un temps et par convention, à la pleine jouissance de nos droits. Nous ne sombrons pas dans la dictature. Nous sommes mobilisés contre un ennemi.

8 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
8
«C'était écrit»: Le père de la disparue de Tête Blanche se confie
Début mars, six randonneurs ont été pris dans une tempête en Valais. Cinq corps ont été retrouvés, le père de la jeune femme toujours disparue s'est exprimé dans le quotidien La Liberté. Un témoignage poignant.

Le samedi 9 mars, les événements ont été désastreux pour une cordée de six alpinistes au col de Tête Blanche en Valais. Une famille valaisanne a vu cinq de ses membres périr et une Fribourgeoise, dont les affaires ont été retrouvées, est toujours portée disparue.

L’article