DE | FR
Commentaire

Votations: la santé fait un tabac, mais la clope n'est pas un cervelas

L'initiative «enfants sans tabac» a triomphé: 56,6% de «oui» (et 15 cantons). Une victoire qui déboule 42 ans après un premier échec d'éloigner les jeunes des réclames pour la clope en Suisse et en pleine période où la (bonne) santé fait les gros titres.
13.02.2022, 18:5813.02.2022, 20:05
Suivez-moi

Les sondages l'annonçaient, mais c'est probablement l'époque qui l'a ancrée dans la réalité: la victoire de l'initiative «enfants sans tabac» ce dimanche 13 février. Avec 56,6% de «oui» (et 15 cantons), on peut affirmer sans crainte que la santé en fait un, de tabac. Mais, dimanche, ce vote n'a pas triomphé pour le (seul) vœu de protéger nos gamins, victimes des crocs encore trop bien taillés d'une industrie qui ne connaît pas la crise (et particulièrement en Suisse). Ce vote vient d'abord confirmer qu'après deux ans de pandémie mondiale traumatisante et une poignée d'autres dédiées à une daily routine privilégiant les réflexes, injonctions et autres tendances healthy, nous rêvons désormais d'un mode de vie (et d'un avenir) le plus sain possible.

Une victoire sans gloire

Au fond, pourquoi pas: la cigarette tue méchamment, souvent et beaucoup. Et vouloir à tout prix éloigner la prochaine génération des publicités vantant une addiction mortelle n'est pas une idée saugrenue. Une idée qui, on le rappelle, ne date pas d'hier. En 1979, alors que le Conseil fédéral voulait museler (sans succès) toute publicité offrant «un certain prestige à la consommation de spiritueux», il en avait profité pour tenter d'interdire la publicité pour le tabac dans les lieux où elle cherche à atteindre la «jeunesse en particulier».

En 2022, les opposants à l'initiative «enfants sans tabac» ont brandi la peur de voir la pub pour le cervelas interdite dans la foulée. En 1979, on évoquait le risque d'envoyer les graphistes au chômage.
En 2022, les opposants à l'initiative «enfants sans tabac» ont brandi la peur de voir la pub pour le cervelas interdite dans la foulée. En 1979, on évoquait le risque d'envoyer les graphistes au chômage.

A quelques enjambées de la fin annoncée des mesures Covid dans notre pays, l'initiative, qui a triomphé ce dimanche 13 février, a donc déboulé au bon endroit, au bon moment. Avec des opposants qui se sont passablement ridiculisés en n'offrant en retour qu'une crainte surréaliste de voir la réclame pour les cervelas bannie à son tour. Surréaliste, vraiment?

Oui.

  • Même si le Parlement européen se chamaille actuellement pour savoir si les étiquettes doivent désormais avertir clairement que «le vin nuit à votre santé».
  • Même si les Jeunes Verts n'ont pas attendu la fin du week-end pour annoncer vouloir interdire la publicité en général pour les biens de consommation.
A l'heure où fumer est autrement moins à la mode qu'en 1979 et à l'heure où se préoccuper de sa santé est autrement plus à la mode qu'en 1979, cette victoire est simplement logique.

Mais attention: dire «oui» à une interdiction de la publicité pour des clopes auprès des jeunes en 2022, quarante-trois ans après le premier échec, ne fait pas du Suisse (si conservateur les dimanches de votation) un tout nouveau et tout frais progressiste dans les urnes.

Si, ce 13 février, la clope a pris cher, c'est d'abord parce qu'elle ne fait plus partie des petits plaisirs de la bonne chère: le Suisse n'a plus besoin de risquer frontalement la mort pour se considérer comme un bon vivant.

Même si cette époque permet à la santé de nourrir les gros titres, elle n'est pas (encore) en mesure de rassasier les citoyens au point de les imaginer impatients d'interdire la promotion de la ripaille et risquer d'affaiblir ses producteurs.

Le gras, c'est (toujours) la vie.

On a testé le curling!

Plus d'articles sur les votations

Votations du 13 février: les résultats en un coup d’œil

Link zum Artikel

Votations: notre résumé (les Alémaniques fusillent l'aide aux médias)

Link zum Artikel

Dans le Jura, le financement des partis pourra être ausculté

Link zum Artikel

Tout ce qu'il faut savoir sur la votation du «logement aux habitants» à Genève

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La variole du singe et les allergies sont dans l'actu en mèmes
Chaque semaine, les mèmeurs de watson vous concoctent un récap' de l'actu. Cette semaine, on vous parle de la nouvelle pandémie de variole du singe, et des allergies aux pollens beaucoup trop au taquet cette année.

La Suisse possède le plus grand nombre d'abris antiatomiques par habitant au monde. C'est dû à des politiques mises en place du temps de la guerre froide. Techniquement, chaque citoyen suisse aurait une place dans un abri en cas de conflit nucléaire. Alors qu'on avait à peu près oublié la menace nucléaire, Poutine a décidé d'envahir l'Ukraine et de menacer d'utiliser l'arme atomique contre quiconque oserait s'opposer à la Russie. Pour le moment, ça reste de la rhétorique. Mais ça fait un peu flipper, non?

L’article