Suisse
Conseil fédéral

Conseil fédéral: La Suisse alémanique perdra-t-elle sa majorité?

ARCHIVBILD ZUM RUECKTRITT VON SIMONETTA SOMMARUGA --- Die neu gewaehlte Bundespraesidentin Simonetta Sommaruga bedankt sich nach ihrer Rede, nach den Bundesratswahlen waehrend der Wintersession der Ei ...
Image: sda

La Suisse alémanique va-t-elle perdre sa majorité au Conseil fédéral?

La direction du PS estime qu'il est «absolument envisageable» qu'une Romande succède à Simonetta Sommaruga. Le Conseil fédéral compterait ainsi pour la première fois quatre membres issus de la Suisse latine. Mais il y a des vents contraires, même en Suisse romande.
05.11.2022, 11:5905.11.2022, 19:02
Julian Spörri, Lausanne / ch media
Plus de «Suisse»

Au cours des 174 dernières années, le Conseil fédéral a connu d'innombrables constellations. Une chose est cependant restée constante depuis la création de l'Etat fédéral: la Suisse alémanique a toujours occupé une majorité des sept sièges.

La plupart du temps, seuls deux représentants de la Suisse latine siégeaient au gouvernement national. Depuis 2015 et l'élection de Guy Parmelin (UDC, Vaud), Alain Berset (PS, Fribourg) et Didier Burkhalter (PLR, Neuchâtel), qui a été remplacé entre-temps par Ignazio Cassis (PLR, Tessin), ils sont trois.

Photo du Conseil fédéral 2014 avec le président de la Confédération Didier Burkhalter dans la salle de réunion du gouvernement, vidée de ses occupants.
Photo du Conseil fédéral 2014 avec le président de la Confédération Didier Burkhalter.Image: Béatrice Devènes, Dominic Büttner

Avec le retrait de la Bernoise Simonetta Sommaruga, les rapports de majorité entre les régions linguistiques pourraient désormais être ébranlés. En effet, la direction du PS, qui milite pour un ticket exclusivement féminin, encourage explicitement les femmes politiques de Suisse romande et du Tessin à se porter candidates.

«Pour nous, il est tout à fait envisageable que deux Romands représentent le PS», a déclaré mercredi le coprésident Cédric Wermuth. Le chef du groupe parlementaire, Roger Nordmann, ajoute:

«La question des régions est secondaire à nos yeux. Pour nous, il est important que le PS soit représenté au Conseil fédéral par un homme et une femme. En outre, nous ne voulions pas restreindre davantage le champ des candidates.»
Roger Nordmann
Roger NordmannImage: sda

Contre la Constitution?

Les conseillères d'Etat vaudoises Rebecca Ruiz et Nuria Gorrite sont considérées comme de possibles candidates romandes au Conseil fédéral. Toutes deux envisagent de se présenter. Leur éventuelle élection aurait pour conséquence de faire siéger pour la première fois quatre personnes issues de la Suisse latine au Conseil fédéral et de mettre la Suisse alémanique en minorité malgré sa part de population de plus de 65%.

Certes, si un autre poste devait à nouveau se libérer - par exemple en cas de démission du conseiller fédéral socialiste fribourgeois Alain Berset - la situation pourrait rapidement changer à nouveau. Mais même une majorité temporaire de la Suisse latine serait historique.

Le réalisme d'un tel scénario est une autre paire de manches. Car même en Suisse romande, il y a des vents contraires.

Ainsi, le chef du groupe parlementaire PLR Damien Cottier se dit «surpris» par les réflexions du PS. «Normalement, un parti qui a deux sièges au Conseil fédéral présente au moins une personne de Suisse alémanique», explique le Neuchâtelois. Cela répond aux exigences de la Constitution. En effet, la représentation équitable des régions linguistiques au gouvernement est inscrite dans l'article 175 de la Constitution fédérale.

«Si une quatrième personne issue de la Suisse latine était élue au Conseil fédéral, cela soulèverait la question de savoir si les dispositions de la Constitution sont encore respectées»
Damien Cottier

Il a des doutes à ce sujet, d'autant plus que la date d'un prochain départ n'est pas claire.

Damien Cottier, FDP-NE, spricht waehrend der Herbstsession der Eidgenoessischen Raete, am Freitag, 30. September 2022 im Nationalrat in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Damien CottierImage: sda

«La Suisse allemande sait se défendre»

Aux yeux du chef du groupe PS Roger Nordmann, une majorité temporaire de la Suisse latine au Conseil fédéral ne poserait en revanche aucun problème. «Il n'y a un problème que lorsqu'une minorité linguistique est sous-représentée», explique le Vaudois. «La Suisse alémanique, en tant que majorité, sait de toute façon se défendre.»

En outre, Nordmann souligne que le PS présentera un ticket à deux. Le Parlement devrait donc - en cas de candidature romande ou tessinoise - pouvoir choisir entre les régions linguistiques.

Mais cela ne suffit pas à Damien Cottier: «Nous attendons du groupe PS qu'il se présente devant l'Assemblée fédérale avec un choix. S'il n'y a qu'une seule candidature de Suisse alémanique sur le ticket, en plus d'une personne de Suisse latine, ce n'est pas vraiment le cas».

Simonetta Sommaruga est douée en beatbox, la preuve!
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Restons civilisés!» Scènes de chaos pour Ronaldinho à Genève
Ce dimanche 23 juin, la star du foot brésilienne inaugurait en personne le premier resto à son nom à Châtelaine. Après plusieurs longues heures à poireauter sur le bitume, derrière des barrières et une sécurité dépassée par la densité de la foule, Ronaldinho a fait coucou au balcon quelques secondes. Reportage.

Alors que l'Euro 2024 bat son plein, Genève vit un tout autre événement footballo-gourmand ce dimanche 23 juin. Quelques heures avant Suisse-Allemagne, la petite commune de Châtelaine est envahie de milliers de fans d'un certain... Ronaldinho. Ancien international brésilien, champion du monde 2002 et Ballon d'or 2005, le sourire le plus célèbre du foot mondial inaugure le premier restaurant à son nom: le R10.

L’article