DE | FR
L' APP Certificat Covid et l'APP SwissCovid sont photographies sur un smartphone Apple le jour de sa mise a disposition sur l'APP Store de Certificat Covid lors de la pandemie de Coronavirus (Covid-19) ce lundi 7 juin 2021 a Lausanne. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

L'Office fédéral de l'informatique prévoit un deuxième certificat Covid qui ne sera utilisé qu'en Suisse et dont le code QR contient moins de données. Image: sda

C'est quoi ce nouveau «certificat light» prévu par la Confédération?

A peine le certificat Covid présenté que les autorités en prévoient déjà un deuxième. La nouvelle version «light» est destinée à un usage national et vise la protection des données.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


Qu’est-ce qui est prévu exactement ?

Bien que le premier certificat Covid vienne seulement d’être lancé, après de longues discussions, la Confédération prévoit déjà une deuxième version. Comme le rapporte Blick, le Conseil fédéral aurait chargé, vendredi, l'Office fédéral de l'informatique et des télécommunications (Ofit) d'élaborer un autre certificat. Appelé «certificat light», il est destiné à être utilisé en Suisse.

Pourquoi a-t-on besoin d’un deuxième certificat?

La version light est censée contenir moins de données personnelles. Le gouvernement veut ainsi éviter que les données de santé ne tombent entre de mauvaises mains. Le préposé fédéral à la protection des données commente:

«Ce deuxième code-barres empêche que la minimisation des données puisse être vidée de sa substance lors de la lecture du certificat. Celui qui utilise ce deuxième code empêche que quelqu’un puisse établir indûment, en utilisant un logiciel non autorisé, pour quelle raison le certificat apparaît valable ou non valable à la lecture.»

Site de la confédération

Concrètement, cela signifie que les organisateurs d'événements, les restaurants ou les cinémas en Suisse ne pourront voir avec la version light uniquement si le certificat à proprement dit est valide ou non. En revanche, ils ne permettent pas de savoir si une personne a été vaccinée, guérie ou testée.

L'ensemble de ces informations sont contenues dans le certificat à proprement dit. En outre, on peut également voir si une personne a fait un test PCR ou un test rapide, ou quel vaccin elle a reçu. Toutefois, aucune de ces informations n'est pertinente pour une utilisation en Suisse.

Ai-je besoin d’une autre application?

Non. L'objectif est de pouvoir convertir le Passeport Covid en version light directement dans l'application «Covid Certificate». Plusieurs certificats peuvent y être stockés. Et pour ceux qui préfèrent tout avoir sur papier? Leur version light est actuellement en cours de clarification par l’Ofit.

Quand est-ce que cette version light est censée arriver?

Selon les plans de l’Ofit, la version light devrait être disponible le 12 juillet. Le fait qu'il y aura une version light est également dû au préposé fédéral à la protection des données, Adrian Lobsiger. Toutefois, il préférerait que cette version soit disponible plus tôt.

Lundi, lors d’un point de presse avec les responsables du projet de certificat Covid, il a été déclaré que les développeurs de l'application n’étaient pas encore prêts, ils travaillent notamment sur l'interface utilisateur.

Au niveau national, le certificat devrait être nécessaire pendant une période très limitée. Si tout se passe comme le Conseil fédéral l’a prévu, toutes les restrictions d'accès et de capacité seront supprimées dès que toutes les personnes qui le souhaitent auront été entièrement vaccinées. Cela devrait être le cas d'ici la fin de l'été.

Sera-t-il également possible d'utiliser la version light à l'étranger?

Non. Car les informations exactes contenues dans le code QR du certificat original, compatible avec l'Union européenne (UE), sont importantes selon le pays d'entrée. Par exemple, l'UE ne veut laisser entrer que les personnes ayant passé un test PCR. Cependant, avec la version légère, il ne serait pas possible de savoir exactement quel test a été effectué.

De plus, il y aura probablement des pays qui ne laisseront entrer que les personnes vaccinées. Cette information n’est également visible que sur le certificat normal.

Le 1er juin, l'UE a lancé un système informatique de test pour s'assurer que les certificats Covid nationaux de ses Etats membres fonctionneront à l'avenir au-delà des frontières. Un serveur passerelle, situé dans un centre de données de la Commission européenne, au Luxembourg, est utilisé à cette fin. La vérification des certificats peut être traitée par ce serveur.

Sept Wtats membres de l'UE, dont l'Allemagne, délivrent déjà des certificats à titre d'essai et testent le système informatique. Un premier test sera effectué cette semaine en Suisse, a expliqué l'Ofit lors d'un point de presse lundi:

«Nous sommes dans le deuxième groupe et nous pourrons effectuer des tests avec l'UE dès cette semaine»

D'ici la fin du mois de juin, le système informatique de l'UE devrait fonctionner dans toute l'Europe et permettre aux citoyens suisses munis d'un certificat de voyager plus facilement à l'étranger. (dfr / dsc)

Texte traduit de l'allemand par Anne Castella, la version originale ici.

Les Suisses votent dimanche sur la Loi Covid, alors pour ou contre?

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Retraite: «Les mesures proposées sont une punition à l'égard des femmes»

Ce mercredi, le Conseil national a confirmé la décision du Conseil des Etats de relever l'âge de la retraite des femmes à 65 ans. Un «désastre», selon Christiane Jaquet-Berger, présidente de l'AVIVO, l'association suisse de défense des retraités.

Le Parlement a décidé de faire travailler les femmes un an de plus. Qu'en pensez-vous?Christiane Jaquet-Berger: Au nom de l'AVIVO suisse, nous sommes absolument opposés à ce changement. Il est inacceptable de vouloir mettre toute une série d'économies sur le dos des femmes. Proposer de travailler plus pour gagner moins, n'est, en aucun cas, une bonne solution pour stabiliser l'AVS. C'est un signe qui est donné du non-respect des classes les plus faibles. On a chanté les louanges des …

Lire l’article
Link zum Artikel