DE | FR
Manuel Battegay, vaccin, covid, pandémie

Grâce au vaccin, les foyers de contamination devraient être plus petits et donc plus facilement maîtrisés. Image: Keystone

Cet infectiologue prédit quand la fin du Covid aura lieu

Membre de la task force Covid-19, Manuel Battegay est convaincu qu'un nombre suffisant de vaccinations permettra de sortir de la pandémie avant fin 2021. Le virus sera pourtant toujours présent.



Enfin un rayon de soleil! On a une chance de se débarrasser de la pandémie de Covid-19 d'ici à la fin de l'année en Suisse grâce à un nombre important de vaccinations. C'est du moins ce qu'affirme l'infectiologue bâlois Manuel Battegay dans le Blick aujourd'hui.

Il devrait y avoir nettement moins de foyers de contamination à la fin du printemps ou en été, lorsque suffisamment de personnes auront été vaccinées, explique le spécialiste, membre de la task force Covid-19 du Conseil fédéral. Les foyers, qui devraient être également plus petits, pourraient être maîtrisés plus rapidement, selon lui.

Le professeur à l'université de Bâle dit avoir bon espoir que les Suisses se fassent vacciner en nombre. «La population suisse a pris conscience de la gravité de la maladie, notamment pour les groupes à risque.»

«Le virus sera toujours là, mais il ne dominera plus la vie.»

Manuel Battegay, infectiologue membre de la Task Force

Mais, poursuit-il, des problèmes pourraient survenir en raison des mutations du SARS-CoV-2. Toutefois, il précise que la probabilité de voir apparaître de nouveaux variants diminue, si la circulation du virus et donc le nombre de cas de nouvelles infections sont maintenus à un faible niveau.

L'infectiologue juge réaliste l'hypothèse affirmant que le coronavirus va se transformer à moyen terme en une maladie similaire à la grippe. «Le virus sera toujours là, mais il ne dominera plus la vie.»

Se débarrasser du Covid en 2021, vous y croyez?

Manuel Battegay n'écarte cependant pas complètement le scénario pessimiste, dans lequel le virus trouve de nouveaux moyens pour vaincre le système immunitaire sans perdre une grande partie de sa capacité. Il appelle à mettre en place une stratégie à long terme, incluant les mutations du SARS-CoV-2, à mesure que les effets des vaccins diminuent. (ats/FF)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Des vaccins seront testés sur les enfants

Dans le cadre d'un essai clinique, le vaccin AstraZeneca sera testé sur 300 volontaires de 6 à 17 ans. A la tête de l'étude, l'Université d'Oxford veut évaluer la réaction immunitaire des enfants pour savoir si le sérum peut aussi leur convenir.

Voilà un test pour lequel ils n'auront pas besoin de réviser. Dès le mois de février, l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni, va expérimenter le vaccin AstraZeneca sur 300 volontaires âgés de 6 à 17 ans. Une première mondiale, même si des recherches sur les plus de 12 ans sont déjà menées par Pfizer aux Etats-Unis.

Pour l'instant, la vaccination n'est pas recommandée chez les enfants, sauf pour ceux présentant un risque très grave face au virus. Les chercheurs veulent toutefois évaluer la …

Lire l’article
Link zum Artikel