Suisse
Covid-19

Covid-19: Lukas Engelberger s'attend à des assouplissements

La levée de (certaines) mesures la semaine prochaine se confirme

Regierungsrat Lukas Engelberger, Praesident GDK, links, und Bundesrat Alain Berset, rechts, aeussern sich zur Konferenz der kantonalen Gesundheitsdirektorinnen und -direktoren, dem Stand der Impfungen ...
Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger, à gauche, et le conseiller fédéral Alain Berset, à droite.Image: sda
Des assouplissements importants auront lieu «la semaine prochaine», estime le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger, dans un entretien diffusé vendredi par les journaux de Tamedia.
11.02.2022, 06:0411.02.2022, 12:32
Plus de «Suisse»

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger attend «une première étape importante» dans les assouplissements des mesures anti-Covid-19 dès la semaine prochaine. «La deuxième suivra quelques semaines plus tard, le cas échéant».

Le dirigeant préconise une ouverture par étapes:

«D'un point de vue social ou psychologique, cette solution est meilleure. Tout lever d'un coup donnerait l'impression que c'est la fin de la pandémie»
Lukas EngelbergerTamedia

Or, remarque le ministre bâlois de la santé, un tiers des tests sont actuellement positifs en Suisse et une quinzaine de décès sont enregistrés quotidiennement:

«Il faut éviter que les chiffres ne repartent à la hausse. Une certaine prudence permettrait d'observer les conséquences des allégements et de réagir si nécessaire»

Système de surveillance à maintenir

Au cours de la consultation lancée par le Conseil fédéral, une majorité de cantons a choisi un retour rapide à la normalité plutôt qu'une levée des restrictions par étapes. Les petits cantons de Suisse centrale (ZG, SZ, UR, NW/OW, GL) sont les plus pressés. La plupart des autres cantons se montrent plus prudents.

Les positions divergent cependant sur l'obligation du masque sanitaire dans les transports publics, commerces et hôpitaux:

«Je note que les cantons qui privilégient la variante la plus rapide plaident malgré tout pour un maintien du masque dans certains cas, comme les transports publics ou les hôpitaux. Le jour où on pourra l'enlever partout, ce sera vraiment le signe que le coronavirus sera derrière nous.»
Lukas Engelberger

Lukas Engelberger plaide pour un système de surveillance plus fort que celui de la grippe, Sentinella.

«L'obligation d'annonce et l'isolement doivent rester en place», dit-il. Il appelle à maintenir également une stratégie de tests «pour garder une visibilité sur ce qu'il se passe et pouvoir réagir, si de nouveaux variants apparaissent». (ats/jch)

Une policière sauve la vie d'un enfant qui traversait un passage piéton
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un élu socialiste lausannois attaqué en justice pour antisémitisme
La Communauté israélite de Lausanne et la LICRA Vaud attaquent en justice l'élu socialiste lausannois Mountazar Jaffar pour des likes sur des tweets jugés antisémites par les plaignants. Le ministère public lausannois n'a pas encore décidé des suites à donner à cette dénonciation pénale.

Le 12 mai, à la suite d’un article paru dans Le Matin Dimanche, éclatait l’«affaire des likes». Des likes dont l’élu socialiste lausannois Mountazar Jaffar est l’auteur et dont l'enjeu porte sur le caractère antisémite ou non. Estimant qu’une «ligne rouge avait été clairement franchie» à l’occasion de ces likes, le Parti socialiste vaudois (PSV) engageait une procédure disciplinaire à l'encontre de Mountazar Jaffar, qui risquait l’exclusion. Le PSV s’en tenait finalement à un avertissement, ne prononçant ni blâme, ni exclusion.

L’article