DE | FR

Pas assez de place pour les gens du voyage en Suisse

Il existe encore trop peu d'aires d'accueil. Ce constat ressort d'un rapport de la fondation Assurer l'avenir des gens du voyage suisses.



A l'heure actuelle, seulement 47 places sont disponibles. Entre 80 et 90 places supplémentaires sont nécessaires, indique, jeudi, la fondation Assurer l'avenir des gens du voyage suisses. Son rapport présente, tous les cinq ans, la situation des aires d'accueil en Suisse, dans le détail:

Impact du coronavirus sur la communauté

La crise du coronavirus touche toujours sévèrement les Yéniches et Sintés, minorités nationales reconnues, ainsi que les Roms nomades, relève le rapport. Les restrictions sanitaires limitent leurs possibilités de déplacement et réduisent ainsi l'accès à leur clientèle. En outre, les aires d’accueil leur permettant de se déplacer d'un endroit à l'autre pour aller à la rencontre de leurs clients sont insuffisantes depuis des décennies.

Aussi pour les gens du voyage étrangers

La situation s'est certes améliorée ces dernières années pour les Roms étrangers en matière d'aires de transit. Toutefois, les sept emplacements actuels sont encore trop peu nombreux; il faudrait en créer dix de plus, souligne le rapport.

Les Roms voyagent en général en Suisse de février à fin octobre, principalement en provenance des pays voisins. Selon la fondation, la forte concurrence pour les rares places disponibles – et parfois l'occupation irrégulière des terres – entraînent des conflits avec la population locale.

Pourquoi l'Etat doit-il créer des aires?

La loi sur la protection des minorités engage la responsabilité des autorités fédérales, cantonales et communales. Ces dernières sont tenues de mettre à disposition un nombre suffisant d’aires d'accueil, rappelle la fondation.

La situation évolue toutefois, à petits pas. Plusieurs cantons ont planifié la construction d'aires d'accueil. Une approche encore plus déterminée est, toutefois, nécessaire pour améliorer la situation, note Simon Röthlisberger, secrétaire général de la fondation: «Les responsables politiques doivent répondre à leurs obligations», souligne-t-il. (jah/ats)

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

L'Inde dépasse les 4000 morts en un jour et n'a pas atteint le pic épidémique

Le pays aux 1,3 milliard d'habitants bat des records de décès et de contamination et redoute que le pire soit encore devant.

4197 nouveaux décès portent le bilan total de l'Inde et ses 1,3 milliard d'habitants à 238 270 morts du Covid depuis le début de la pandémie. En une journée, le pays a comptabilisé 401 078 cas de Covid-19 soit un bilan total de près de 21,9 millions a rapporté le gouvernement.

En dépit de l'aide internationale, des patients continuent de mourir aux portes d'hôpitaux submergés. Et, selon les spécialistes, le pire est encore à venir, avec un pic épidémique attendu d'ici à plusieurs semaines.

Le …

Lire l’article
Link zum Artikel