DE | FR
Des dizaines de milliers de Suisses ont reçu de tels messages de spam ces derniers jours.
Des dizaines de milliers de Suisses ont reçu de tels messages de spam ces derniers jours.source ncsc

Avez-vous reçu des SMS suspects? Vous n'êtes pas seul

Des criminels ont envoyé des masses de messages de spam à des utilisateurs suisses de téléphones mobiles. Une vague à l'ampleur quasi inédite de logiciels malveillants.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
21.10.2021, 22:0122.10.2021, 17:41
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Suivez-moi

La semaine dernière, le nombre de cyberincidents signalés en Suisse a explosé. Cela s'explique notamment par une vague massive de SMS non sollicités qui a débuté le 12 octobre et a duré plusieurs jours. Les criminels ont envoyé des masses de spams frauduleux à des numéros de téléphones mobiles locaux dans l'espoir de les pirater.

Qu'est-ce que cherchent à faire les pirates?

Les pirates informatiques ont tenté de faire passer le dangereux cheval de Troie «FluBot » qui cible les comptes bancaires via les smartphones des utilisateurs d'Android, tandis que ceux d'iOS étaient attirés vers des sites Web frauduleux.

Le malware FluBot, relativement récent, est potentiellement extrêmement dangereux, car il peut, par exemple, intercepter le SMS contenant le code de sécurité envoyé par la banque lors des opérations en ligne. Le cheval de Troie compromet ainsi la protection liée à l'authentification à deux facteurs, à condition que la victime se connecte par code SMS.

Les chevaux de Troie mobiles, comme «FluBot», sont également utilisés pour pirater les comptes de messagerie et les portefeuilles de bitcoins ou pour accéder aux données saisies dans les formulaires de carte de crédit.

Les hackers sont-ils plus entreprenants ces temps?

Les cybercriminels ont été particulièrement actifs la semaine dernière, comme le montre la dernière évaluation du Centre national de cybersécurité (NCSC) de l'Administration fédérale (ici 👇). L'organisation de lutte contre la cybercriminalité a reçu 832 signalements de divers cyberincidents en l'espace d'une semaine - un record absolu cette année.

Le cheval de Troie Android «FluBot», qui est de retour après une première vague en juin, est en grande partie responsable de ce record. La semaine dernière, le NCSC a reçu plus d'une centaine de signalements de SMS frauduleux demandant au destinataire d'écouter un message vocal via un lien fourni.

De nombreux rapports font également état d'une deuxième vague de pourriels annonçant des investissements en bitcoins. Par exemple, des publicités frauduleuses à l'effigie du conseiller fédéral Ueli Maurer (UDC) circulent sur le net 👇.

La dernière fois que les experts fédéraux en cybercriminalité ont observé un volume aussi élevé de rapports, c'était au début de l'année. Un coup d'œil sur cybercrimepolice.ch montre également que la vague de fraude actuelle est exceptionnellement intense.

Trois cent quinze rapports pour des logiciels malveillants, en une semaine, c’est exceptionnel. Normalement, ce chiffre est inférieur à dix. Pour se rendre compte 👇.

A titre de comparaison: Lorsque le cheval de Troie de chantage «Qlocker» a attaqué des particuliers lors d'une vague précédente et déjà qualifiée de majeure, en avril, le NCSC n'a reçu «que» 39 rapports.

A noter: Il ne s'agit pas seulement de signalements de dommages, mais surtout de signalements précoces. Autrement dit, les gens ont flairé le piège et le malware n'a pas eu le temps de faire des dégâts, explique le NCSC.

Presque personne n'est tombé dans le panneau, mais...

La vague d'attaques «FluBot» a été massive, mais selon les experts en cybercriminalité, elle n'a pratiquement pas causé de dégâts. Quasiment personne n'a téléchargé le logiciel malveillant.

Cependant, le fait que des criminels envoient à plusieurs reprises des SMS de spam avec des liens vers le cheval de Troie e-banking «FluBot» et ce, dans de nombreux pays, depuis fin 2020, suggère que l'arnaque en vaut la peine. Même si, globalement, une très faible proportion des destinataires tombent dans le piège.

Que puis-je faire contre de tels SMS de spam ?

En tant qu'utilisateur de smartphone, vous ne pouvez pas faire grand-chose contre ce genre de tentatives. Bloquer les numéros est inutile, car ils changent constamment.

Que font les opérateurs de téléphonie?

Swisscom, Sunrise et Salt tentent de lutter contre le phishing et les SMS malveillants en bloquant notamment les adresses IP. Toutefois, comme elles changent fréquemment, c'est un éternel jeu du chat et de la souris avec les criminels.

Si des vagues de spam sont découvertes, les fournisseurs peuvent, au moins, bloquer assez rapidement les sites web utilisés pour diffuser des logiciels malveillants. Les utilisateurs continuent donc à recevoir des messages de spam, mais les liens ne sont plus dangereux.

En outre, les SMS potentiellement dangereux font l'objet d'un avertissement dès qu'ils ont été signalés comme spam un nombre suffisant de fois (le petit signe danger ici 👇).

Pourquoi le cheval de Troie e-banking «FluBot» est-il dangereux ?

Le Centre national de cybersécurité précise:

«Le maliciel FluBot est particulièrement efficace pour voler des SMS sur les téléphones portables qui fonctionnent avec le système d'exploitation Android. Le but est de trouver parmi les SMS dérobés les mots de passe uniques des applications bancaires. Les données détournées ainsi permettent aux malfaiteurs de pirater même les applications protégées par une authentification à deux facteurs, pour autant que le second facteur soit envoyé par SMS. Les escrocs s'identifient auprès de la banque à l'aide des noms d'utilisateurs et des mots de passe volés généralement au préalable et reçoivent le code de vérification par SMS grâce au maliciel»
«Le maliciel FluBot ne subtilise pas uniquement des données; il permet aussi de supprimer les notifications du téléphone infecté»

Ainsi, le cheval de Troie vole le code de vérification du SMS et la victime ne remarque rien de la fraude, car le malware rend invisible le SMS de vérification de la banque lors de la connexion au compte e-banking.

Comment le cheval de Troie «FluBot» arrive-t-il sur les téléphones portables?

Via un message court – SMS, WhatsApp, etc. – , le destinataire est invité à écouter un vocal censé être stocké sous le lien donné. En cliquant sur le lien, le destinataire accède à un site web portant le logo de son propre opérateur de téléphonie mobile. Un message vocal s'y affiche, mais la victime est invitée à télécharger la nouvelle application de messagerie vocale du fournisseur pour pouvoir l'écouter.

Pour ce faire, vous devez activer l'installation d'applications inconnues dans les paramètres du système d'exploitation (Android bloque autrement l'installation d'applications provenant de sources inconnues 👇).

source: NCSC

Que devez-vous faire si vous recevez de tels SMS ?

  • Les supprimer ou les ignorer.
  • Si nécessaire, faites un rapport au Centre national de cybersécurité. Le formulaire de déclaration se trouve sur le site web du NCSC, par ici 👈.

«Votre annonce nous permet de détecter d'éventuelles tendances liées aux dangers sur Internet et d'agir de manière ciblée», indique le NCSC.

Quelques autres conseils utiles:

  • N'installez aucun logiciel proposé en dehors des magasins officiels des systèmes d'exploitation.
  • Vous ne devez installer aucun logiciel que vous avez reçu via un lien dans un SMS ou via un autre service de messagerie (WhatsApp, Telegram, etc.).
  • Si vous avez installé un tel logiciel, vous devez faire vérifier l'appareil par un spécialiste et ne pas effectuer d'achats bancaires ou en ligne entre-temps. Aussi, n'entrez pas de mots de passe.

Comment supprimer le cheval de Troie «FluBot»?

«Le malware lui-même est caché profondément dans le système d'exploitation infecté et ne peut presque pas être complètement désinstallé. La réinitialisation du système d'exploitation aux paramètres d'usine est la seule méthode sûre pour se débarrasser du malware», écrivent les experts fédéraux en cybercriminalité.

Important: La réinitialisation n'est nécessaire que si vous avez effectivement installé le cheval de Troie à l'aide du lien reçu et accordé à l'application les autorisations requises. Pour rappel, l'installation d'applications provenant d'une source inconnue, c'est-à-dire en dehors du Play Store, n'est possible avec Android que si tous les avertissements du système d'exploitation sont ignorés et que le mécanisme de protection est désactivé manuellement. Les criminels tentent donc de tromper leurs victimes avec de nouvelles astuces pour contourner eux-mêmes le mécanisme de protection.

Les utilisateurs d'iPhone sont-ils également exposés à «FluBot»?

«Même si ces logiciels malveillants ne ciblent que les appareils Android, les utilisateurs du système d'exploitation iOS doivent aussi rester conscients des risques et éviter de cliquer sur tout lien reçu par SMS»
Le NCSC

La raison? Certes le malware ne peut pas être installé sur les appareils iOS, mais le lien dans le message redirige les utilisateurs d'Iphone vers des sites de phishing et de publicité frauduleux. On y trouve des pièges à abonnements, des offres d'investissements financiers douteuses ou de faux concours qui volent les données de contact.

Adapté de l'allemand par jah.

En parlant de technologie... C'est quoi le métaverse?

Plus d'articles sur les dernières cyberattaques

Une nouvelle commune vaudoise a été victime de cyberattaque

Link zum Artikel

Rolle a été piratée: des gigaoctets de données disponibles sur le darknet

Link zum Artikel

Le site suisse Comparis à son tour victime d'une cyberattaque

Link zum Artikel

Vous vous êtes fait pirater vos données? Voici comment vous en sortir

Link zum Artikel
Voici le grand palmarès watson de nos conseillers fédéraux (et il est étonnant)
Que pensez-vous de notre gouvernement? Qui suscite chez vous le plus de fantasmes, d'adhésion ou carrément de mépris? watson a mené l'enquête et voici ses conclusions. Inattendues.

Cette semaine, watson s'est enquis auprès de son lectorat de ce que lui inspirent vraiment, profondément, tout au fond des tripes, les membres du Conseil fédéral. Les résultats, surprenants, sont généralement assez nets.

L’article