Suisse
Economie

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

En Suisse, on peut vous épier au travail (sous conditions)

Image
Le procès d'Ikea accusé d'avoir espionné ses salariés a débuté lundi. Mais que dit la loi suisse sur cette méthode, très décriée par les syndicats? Le point en trois questions.
22.03.2021, 20:3223.03.2021, 15:29
Plus de «Suisse»

En 2012, Médiapart révèle un vaste système d'espionnage des salariés au sein de la filiale française d'Ikea. Neuf ans après la publication de l'enquête, le géant de l'ameublement passe devant la justice.

L'occasion de faire le point sur la situation en Suisse. Et pour cause, l'explosion du télétravail a multiplié les logiciels qui espionnent les salariés. Quels sont-ils et jusqu'où peuvent aller les entreprises? Décryptage.

Que dit la loi?

En Suisse, l'article 26 de la loi du travail interdit à une entreprise d’utiliser des systèmes de surveillance pour épier ses salariés. Ainsi, il n'est par exemple pas autorisé d'installer un logiciel espion pour vérifier si Internet est utilisé à des fins privées.

En revanche, une surveillance qui a pour but la sécurité, le contrôle du rendement ou la qualité des prestations est admise selon la jurisprudence. Cela, à condition qu'elle soit proportionnée et que les travailleurs aient été informés. C'est notamment le cas avec la vidéosurveillance dans une banque ou dans une galerie d'art par exemple.

Le télétravail change-t-il la donne?

En principe, non. Les règles sur la surveillance en télétravail et les règles sur la surveillance en présentiel sont les mêmes. Cela, même si la tentation de l'employeur est plus grande dans le premier cas de figure. Et pour cause, un employé travaillant chez lui aura tendance à être en permanence sur son ordinateur et à faire un usage plus intensif de son téléphone.

Pour cette raison, le contrôle pourrait prendre un caractère plus complet et permanent, estime la jurisprudence. Les communications privées, si elles sont autorisées, devront également être bien identifiées.

En quoi consiste les «logiciels espions?»

  • Time Doctor: C'est magique. Il calcule automatiquement les rémunérations des employés en fonction des heures travaillées.
  • Teramind: Il permet de calculer le «pourcentage de productivité» en analysant les mouvements de souris et le nombre de frappes sur le clavier.
  • Sneek: Il prend en photo le télétravailleur toutes les cinq minutes. Le but? Vérifier qu'il est bien devant l’écran. Mais sur papier, ça permet de «rester plus facilement en contact avec l’équipe».
  • Hubstaff: Il permet d'effectuer des captures d'écran toutes les cinq minutes des sites Internet visités. Le tout est ensuite envoyé aux managers, sous la forme d’un rapport journalier, sympa!
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La BNS tire des enseignements de la crise de Credit Suisse
La crise de Credit Suisse a mis en lumière des lacunes dans la réglementation, notamment en matière de fonds propres.

Ni les exigences actuelles, ni les garanties constituées par la grande banque ne lui ont permis de faire face à ses besoins accrus en mars 2023. C'est ce que pointe la Banque nationale suisse (BNS), dans son rapport sur la stabilité financière publié jeudi. De ce fait, la réglementation doit être adaptée, estime l'institut d'émission.

L’article