DE | FR

Stations-service : éviter le crash annoncé

Les énergies "propres" menacent l'existence des pompes à essence, qui pourraient voir fondre leurs bénéfices rapidement. Inquiétude dans les zones rurales.
04.02.2021, 09:2004.02.2021, 16:18
Reverrons-nous le gentil pompiste?
Reverrons-nous le gentil pompiste?Image: Getty

La progression des réglementations visant à limiter l'émission de CO2 et la baisse de la consommation de carburant en Suisse menacent les stations-service, dont les bénéfices pourraient diminuer de moitié en 15 ans. L'investissement dans des moyens de transport plus "propres" pourrait représenter une porte de sortie pour la branche.

1 / 7
De la pompe à la prise
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La transition du parc automobile européen vers des alternatives électriques et moins émettrices en dioxyde de carbone va nécessairement induire une baisse importante des ventes de carburants fossiles, d'après l'étude publiée mercredi par le cabinet Colombus Consulting.

"De plus en plus de détaillants s'équipent de bornes de recharge pour fidéliser leurs clients et en attirer de nouveaux"
Gaël Gautier, consultant chez Colombus Consulting

En première ligne, les stations-service, et surtout celles qui ne disposent pas d'un magasin, puisque celles-ci devraient voir leurs bénéfices chuter de 62% dès 2030 et même devenir négatifs en 2050.

Certaines stations-service des zones rurales connaissent ainsi déjà des difficultés financières en raison des faibles volumes de carburant vendus.

Cette évolution obligera les stations-service à trouver de nouveaux moyens d'attirer la clientèle, comme la distribution de sources d'énergie décarbonisées ou la participation à d'autres formes de mobilité comme le covoiturage ou les vélos électriques.

En attendant l'hydrogène

Vidéo: YouTube/EPFL

"Les services d'électromobilité deviennent un levier, et de plus en plus de détaillants s'équipent de bornes de recharge pour fidéliser leurs clients et en attirer de nouveaux", confirme Gaël Gautier, consultant senior en énergie chez Colombus Consulting. (sda/awp/ats)

De la pompe à la prise

1 / 7
De la pompe à la prise
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Lex Netflix: les opposants craignent une hausse des coûts d'abonnement
Le verdict est plus clair que prévu: la modification de la loi sur le cinéma a obtenu une solide approbation. Les partisans jubilent et les opposants parlent d'un «résultat étonnamment bon».

Finalement, ce n'était pas un thriller: la modification de la loi sur le cinéma est acceptée à une large majorité. Les sondages et les opposants s'attendaient à une issue plus serrée. La Lex Netflix avait polarisé les esprits: de tous les projets nationaux, il s'agissait de l'objet de votation le plus visible, notamment en raison de la campagne habilement menée par les jeunes partis bourgeois, qui étaient à l'origine du référendum.

L’article