DE | FR
L'impact de la crise continue de se faire sentir sur l'économie helvétique.
L'impact de la crise continue de se faire sentir sur l'économie helvétique.Image: Pixabay

Le Covid-19 a créé 48 000 nouveaux chômeurs et ce n'est pas fini

En janvier, le taux de chômage a augmenté à 3,7%, du jamais vu depuis 2010. La Suisse romande et le Tessin sont les régions les plus touchées.
12.02.2021, 08:5309.03.2021, 17:51

L'impact de la crise liée au coronavirus continue de se faire sentir sur l'économie helvétique: le taux de chômage a encore augmenté en Suisse en janvier, atteignant 3.7% contre 3.5% en décembre, du jamais vu depuis avril 2010.

Le taux chômage a augmenté de manière constante au cours de l'année 2020.watson

A la fin du mois, 169 753 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement (ORP), soit 6208 de plus que le mois précédent. Sur un an, le nombre de chômeurs a bondi de 40.3%, selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

La Romandie souffre

La Suisse romande et le Tessin restent les régions les plus touchées, avec un taux de sans-emploi de 4.9%, en hausse de 0.2 point de pourcentage. Dans la partie alémanique du pays, ce taux est passé à 3.2%, contre 3.1% en décembre.

Le taux de chômage en Suisse en janvier 2021.watson

Le chômage partiel devrait encore être utilisé cet hiver, au vu des demandes anticipées formulées dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en décembre, puis du commerce de détail en janvier, affectés par les fermetures et les restrictions imposées par le Conseil fédéral.

La situation dans les cantons romands en janvier.watson

Le chômage partiel permet à des entreprises de survivre, mais n'évite pas les licenciements. Selon le Seco, 420 entreprises ont procédé depuis mars dernier aux licenciements collectifs de 16 800 employés. En janvier, 32 entreprises y ont eu recours pour un peu moins de 1500 salariés.

En 2021, le taux de chômage devrait se fixer à 3.8%. L'institut Créa anticipe quant à lui un taux de 3.7%, avant une décrue à 3.3% en 2022. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article