DE | FR

Les petits Suisses sont calés en langues étrangères

Amazing ! Le plurilinguisme est en augmentation et spécialement chez les plus jeunes puisque la moitié d'entre eux jonglent très tôt avec plusieurs langues.
25.01.2021, 12:55

En Suisse, plus de deux tiers de la population âgée de 15 ans ou plus utilisent régulièrement plus d’une langue. Et, en cinq ans, la part des personnes plurilingues a augmenté et de façon encore plus marquée chez les enfants. C'est l'Office fédéral de la statistique qui le dit dans un communiqué (disponible ici et en plusieurs langues, of course!)

GIF animéJouer au GIF
Le russe n'est pas courant en Suisse, en revanche l'anglais est désormais la langue non-nationale la plus parlée.Image: Giphy

La majorité des moins de 15 ans vivent dans un ménage où l’on parle le suisse allemand (57%). Viennent ensuite le français (28%), l’allemand (16%) et l’italien (8.8%). Et l’anglais s’avère la langue non nationale la plus fréquente (7.5%).

À la maison, la génération la plus jeune est toutefois en contact avec bien d’autres langues: albanais (6.7%), portugais (4.9%), espagnol (4.9%), bosniaque, croate, monténégrin ou serbe (3.8%), turc (2.8%) et plus de 70 autres.

Quelle langue rêvez-vous de maîtriser?

À noter encore qu'à domicile, 33% des moins de 15 ans entendent deux langues différentes. (Et même trois ou plus pour 10% d’entre eux.) Dans l’ensemble de la population, la part des personnes vivant dans un ménage où l’on parle plus d’une langue se monte à 32%. Une bonne nouvelle, surtout quand on pourra de nouveau voyager plus loin que l'épicier du coin.

Thèmes

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe clash Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article