Suisse
Emploi

Les chefs des espions suisses doivent postuler pour leur propre job

Les chefs des espions suisses doivent postuler pour leur propre job

Les membres de la direction du Service de renseignement de la Confédération (SRC) doivent désormais présenter leur candidature s'ils veulent rester en fonction. Cette règle ne concerne pas le directeur Christian Dussey, en poste depuis un an.
17.04.2023, 11:2817.04.2023, 18:51
Plus de «Suisse»

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a choisi de modifier son organisation. Mesure la plus spectaculaire, les membres actuels de la direction se doivent de repostuler s'ils désirent conserver leur poste de travail. Contacté lundi par Keystone-ATS, le SRC a confirmé l'information parue dans les journaux du groupe alémanique CH-Media.

Avec cette mesure, le SRC vise à:

  • Accélérer les prises de décision
  • Davantage prendre en compte les effets des progrès technologiques
  • Mieux considérer les attentes de la nouvelle génération d'employés, l'évolution des demandes des clients et des partenaires

Une direction à sept cadres

La nouvelle direction sera composée de cinq chefs de division et d'un directeur adjoint, en plus du directeur, soit sept personnes. A l'exception de l'élection du directeur adjoint, qui doit être approuvée par la ministre de la Défense Viola Amherd, les autres membres du conseil d'administration seront nommés par le directeur du SRC, le Valaisan Christian Dussey.

Les premiers membres de la nouvelle direction seront nommés d'ici à la fin du premier semestre. Pour les personnes qui postulent, mais qui ne seront pas retenues, le SRC précise que «des solutions individuelles seront recherchées. D'autres tâches pourraient leur être confiées au sein du service». (ats/mndl)

Cet éléphant épluche des bananes avec sa trompe
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Unia exige un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes
Unia réclame un salaire minimum de 5000 francs pour les femmes, dénonçant la sous-évaluation de leur travail et l'injustice ressentie, a déclaré Vania Alleva vendredi à Berne.

Unia exige un salaire minimum de 5000 francs par mois pour les femmes. On leur signale que leur travail a moins de valeur, ce qui les met à juste titre «en colère», a déclaré la présidente du syndicat Vania Alleva vendredi à Berne à l'occasion de la grève féministe.

L’article