DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Humeur

Voilà tout juste un an que «les prochaines semaines seront décisives»

Le 16 mars 2020, la Suisse entrait en «situation extraordinaire». Un cataclysme. Et le début d’un interminable combat contre le Covid-19. Voici une carte de voeux un peu particulière pour un anniversaire un peu (trop) particulier.



Un an que le Conseil fédéral compte sur nous

Qu'il compte sur la task force. Sur l'immunité collective. Sur la quarantaine, le semi-confinement, le bon sens, les cantons, les vaccins. Et sur ses doigts pour le nombre de cas. Un an que grâce à un effort collectif, nous pourrons sortir de cette crise. Un an qu’Alain Berset comprend nos angoisses et nos frustrations. Un an que les conférences pressent. Un an que les chiffres sont mauvais. Que les chiffres sont encourageants. Qu’on va vers le mieux, mais que le pire est à venir. Que la 2e ou la 3e vague guettent. Qu'en fait c'est pas le début d'une nouvelle vague mais la fin de la précédente. Que tout ça, c'est surtout un peu vague. Et qu'on boit la tasse.

Un an qu’on fait gaffe

Un an que se laver les mains peut sauver l’humanité, mais que le virus s’en lave les siennes. Qu’il nous faut à tout prix éviter l’engorgement des hôpitaux. Qu’on ne doit pas se rendre aux urgences, qu’il faut appeler d’abord, mais ne pas ignorer notre cancer non plus. Un an que le travail est sédentaire. Qu'on l'est tout autant. Un an que les cantons devraient. Que le Conseil fédéral ne doit pas. Un an que c'est politique. Non, c'est sanitaire. Non, sociétal. Que tout ça, c'est la faute du réchauffement climatique, du capitalisme, de notre mode de vie, de Bill Gates, d'un pangolin ou à pas de chance.

Un an qu’on reluque des courbes sans y toucher

Un an que ça monte. Ah, non: ça descend. Un an que, bon, rester chez soi devant Netflix, ça n'est pas non plus la Seconde Guerre mondiale. Un an qu’il en va de la responsabilité de tous. Un an que les réunions en famille sont possibles, mais. Un an que les aides vont arriver, mais. Un an que la culture est plus dangereuse qu’une supérette et un an qu'on voudrait scientifiquement savoir si c'est vrai. Un an que les restaurants vont rouvrir sauf s’ils ne rouvrent pas. Un an qu’on connaît mieux le virus aujourd’hui. Un an que la vigilance est un devoir. Que les devoirs se font sur un écran. Et que l’écran est total. Un an qu’on se relâche, mais qu’on nous comprend, mais qu’on se relâche quand même. Un an qu'il faut y mettre un peu du sien. Que la solidarité, c’est la clé.
Un an qu’on a perdu la clé.

Un an qu'il faut s'inquiéter sans forcément paniquer

Un an que le semi-confinement n’est pas un vrai confinement mais que ça devrait probablement suffire. Un an qu’on Zoom sans y voir forcément plus clair. Un an qu’on sait parfaitement ce que représente 1m50 dans l’espace. Qu’on prend des mesures mais qu’on ne construit plus grand chose. Un an que la balade en forêt c’est mieux qu’une fondue entre amis. Un an que les nuits ne sont plus en boîte. Que les jeunes tournent comme dans une cage. Que le sport aligne les mi-temps. Un an que les ceintures se serrent puisque les mains c'est interdit. Un an qu’un aspirateur n’est pas aussi essentiel qu’une bouteille de vodka.

Un an que les quarantaines permettront de maîtriser l’épidémie. Que les tests permettront de maîtriser l’épidémie. Que les traçages permettront de maîtriser l’épidémie. Que les masques permettront de maîtriser l’épidémie. Que maîtriser l’épidémie permettra de maîtriser l’épidémie. Un an que le télétravail est obligatoire sauf quand ce n’est pas possible. Un an qu’on se demande bien ce qui est vraiment possible.

Un an que «présentiel» est un mot familier

Mais que plus rien d’autre ne l’est vraiment. Un an qu’on doit protéger nos aînés. Un an qu'on doit protéger les personnes à risque. Un an qu'on a peut-être découvert qu'on l'était. Un an qu’on réalise qu’on en a dans notre entourage. Et que notre entourage est source de contamination. Un an que certains voudraient le courir, le risque. Que d’autres s'indignent des inconscients ou des égoïstes. Qu’il se peut qu’on soit immunisé, mais jusqu’à quand? Un an que « tu l’as eu ou pas finalement? ». Un an que les voyages sont possibles, mais pas ici, et pas là non plus. Enfin, pas tout de suite.

Un an que la population comprend malgré tout, une fois déconnectée des réseaux et des conférences de presse, que ça ne doit pas être tout simple de diriger un pays quand c'est un virus qui décide.

Bref, joyeux anniversaire, cher Covid. On n’a pas acheté de cadeau, ce n’est pas essentiel paraît-il. (Et puis, on se rattrapera l'année prochaine.)

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel

Coronavirus, encore un mercredi pour rien

Comme (presque) toutes les semaines depuis un an, le gouvernement a fait le point à 15:00 sur les mesures contre la pandémie. Face à la multiplication des variants du virus, il... varie sur la marche à suivre.

Les contaminations baissent ? Les morts meurent moins ? Les variants varient ? Que fait la police ? Face à ces questions urgentes, le peuple a le droit de savoir. Aussi le gouvernement lui a-t-il répondu, par la voix suave du chauve le plus célèbre du pays.

Le conseiller fédéral Alain Berset, en charge de la Santé, a annoncé, mercredi 3 février, en conférence de presse, qu'un assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus n'est pas encore envisageable.«Nous sommes confrontés …

Lire l’article
Link zum Artikel