DE | FR
Des salariés de Smood avec le soutien du syndicat Unia ont manifesté lors d'une action le jeudi 11 novembre 2021 à Lausanne.
Des salariés de Smood avec le soutien du syndicat Unia ont manifesté lors d'une action le jeudi 11 novembre 2021 à Lausanne.Image: KEYSTONE

Et maintenant, les livreurs Smood de Lausanne sont aussi en grève

Une «majorité du personnel» de Smood, à Lausanne, s'est mise en grève jeudi soir. Il s'agit de la sixième ville romande à se rallier au mouvement. Lequel secoue depuis presque dix jours l'entreprise helvétique de livraison de repas à domicile.
12.11.2021, 11:2912.11.2021, 12:33

Jeudi soir, ils étaient une vingtaine à débrayer à Lausanne selon Aymen Belhadj, secrétaire syndical transport et logistique chez Unia, contacté par Keystone-ATS. Comme leurs collègues des cinq autres villes suisses, ils dénoncent:

  • Des bas salaires
  • Des frais de déplacement sous-estimés
  • Une saisie du temps de travail déficiente.

Quelles villes sont en grève?

La première grève a débuté le 2 novembre dans la ville du nord vaudois, puis une autre a été lancée à Neuchâtel deux jours plus tard. Ils ont été rejoints lundi par des collègues de Nyon, mercredi par des employés valaisans et jeudi par des livreurs de Lausanne.

Image: datawrapper

Pour l'instant, au lieu de s'asseoir à la table des négociations et d'entamer un dialogue sur les revendications des grévistes, Smood tente de faire pression sur le personnel, écrit Unia dans un communiqué. Le syndicat dénonce par ailleurs des intimidations de la part de responsables et le recours à des intérimaires pour casser la grève. (ats/mndl)

World of watson: Les phrases insupportables du bureau

Plus d'article sur le thème «emploi»

Infirmière aux urgences du Chuv, elle a tout abandonné, épuisée

Link zum Artikel

Neuf nouveaux jobs qui risquent bien d'exister dans le futur

Link zum Artikel

6 raisons qui prouvent que le Covid nous a transformés en forçats du travail

Link zum Artikel
«Nous devons nous écarter de l'idée que tout sera terminé après Omicron»
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) joue un rôle capital dans la lutte mondiale contre les pandémies. Mais certains pays riches, comme la Suisse, continuent à ignorer fréquemment ses recommandations. Interview avec son directeur du département Santé et partenariats multilatéraux.

Monsieur Silberschmidt, pensez-vous que les pays industrialisés comme la Suisse sont égoïstes?
Gaudenz Silberschmidt: Qu'est-ce qui vous fait dire cela?

L’article