DE | FR
Shutterstock

C'est prouvé: trouver un médecin de famille en Romandie, c'est Koh-Lanta

Vous cherchez un nouveau médecin généraliste? Patience, de la campagne genevoise à Fribourg en passant par le Jura, vous pouvez passer jusqu'à 30 appels pour avoir un premier rendez-vous.
26.11.2021, 11:0326.11.2021, 17:51
Suivez-moi

L'expérience du terrain est toujours plus convaincante que les grands mots. La Fédération romande des consommateurs (FRC) l'a bien compris en présentant une enquête sur la disponibilité des médecins généralistes. Le pitch? Vous avez besoin d'un docteur, combien de temps et d'énergie cela va-t-il vous coûter pour en trouver un?

Pro du démarchage téléphonique

En matière de disponibilité des praticiens, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. En effet, si vous appelez depuis la campagne genevoise, il vous faudra passer en moyenne deux coups de fil pour obtenir un rendez-vous, mais si vous habitez Fribourg, vous allez empoigner votre téléphone une trentaine de fois. Selon Yannis Papadaniel, responsable santé à la FRC:

«On n'a pas été surpris par ces résultats, mais c'était important de montrer et de documenter la difficulté qu'éprouvent les personnes au quotidien pour trouver un généraliste»

Mais le parcours n'est pas fini pour autant. Maintenant que vous maîtrisez les coups de fil et que vous avez réussi à prendre un premier rendez-vous, vous allez découvrir qu'il peut y avoir une «réserve», comme l'indique la FRC.

Plusieurs enquêteurs ont été avertis que le médecin ne travaillait qu'à temps partiel ou partageait son temps avec un autre poste, souvent dans un hôpital. En ce sens, on leur signale que, selon le moment où elle survient, le médecin n'est pas toujours en mesure de traiter la demande de consultation, même en urgence.
Recherche médecin désespérément rapport FRC

En d'autres termes, vous voilà de retour à la case départ, mais avec le sentiment d'avoir un pied dans le cabinet: trouver le généraliste, c'est déjà pas mal.

Quel est votre mot de passe?

Sur plus de 400 appels effectués par la FRC, une réponse s'est distinguée (et pas pour les bonnes raisons).

«Un cabinet nous a demandé si on connaissait le nom de code pour avoir rendez-vous»

Pour le responsable santé à la FRC, il existe probablement des recommandations ou des «pratiques d'initiés» (le fameux: Dr. X m'a demandé de vous appeler), mais cela n'a pas été observé sur les 100 médecins qui ont répondu à l'enquête. «On ne peut pas exclure que la recommandation par le biais d'un autre praticien ou d'une connaissance aurait marché, mais on n'a pas voulu jouer cette carte».

Pénurie, mais pas seulement

Quelles sont donc les solutions proposées pour éviter cette course d'obstacles aux patients romands? Selon Philippe Eggimann, président de la société médicale de la Suisse romande, la solution est des plus évidentes.

«Il faut adapter la démographie médicale face à l'augmentation de la demande. Il faut donc permettre l'augmentation du nombre de médecins en Suisse. Il revient aux cantons de mettre à jour leur législation avec celle modifiée au plan fédéral pour réguler les installations et nous demandons que cela se fasse en concertation avec les associations professionnelles. Malgré leur apport bienvenu, ce ne sont pas les pharmaciens qui vont remplacer les médecins ni les infirmières»
philippe Eggimann, Président de la société médicale de la Suisse romande

La FRC fait aussi le constat de la pénurie des praticiens dans le pays, mais la question de la spécialisation en médecine générale est un facteur déterminant car, rappelons-le, la Suisse compte trop de spécialistes et pas assez de généralistes.

«Il faut agir au niveau de la valorisation du rôle des généralistes et parler de leur rôle social. Pour cela, on doit s'intéresser au profil des gens qu'on recrute dès la première année de médecine»

Ce que Yannis Papadaniel veut dire, c'est que le métier de médecin généraliste n'est pas vraiment «bien vu» dans la culture médicale en Suisse. «Certains étudiants me disent que lorsqu'ils déclarent vouloir devenir généralistes, le regard de leurs pairs change sur le long terme.» Pour le responsable santé de la FRC, la revalorisation du médecin généraliste est primordiale, mais des solutions pourraient aussi être trouvées en recourant aux pharmaciens, aux centres de soins, en laissant les infirmiers facturer certaines prestations ou en faisant appel à la télémédecine.

Et les loutres? Elles cherchent des médecins😍

1 / 15
Des loutres, en veux-tu en voilà
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les votations du 28 novembre

Plus d'articles sur la Suisse

En Suisse, les meurtres parfaits sont trop nombreux

Link zum Artikel

La Coupe de Suisse de football en est-elle vraiment une?

Link zum Artikel

Devinez quelle est la ville la plus bruyante de Suisse!

Link zum Artikel

Participez à notre grand classement sur les conseillers fédéraux

Link zum Artikel
Simonetta Sommaruga a un plan pour nous éviter une pénurie d'électricité
La ministre de l'énergie veut garantir l'approvisionnement en énergie de la Suisse. Pour cela, elle a plusieurs mesures en tête.

Face à la situation tendue en matière d'électricité, Simonetta Sommaruga prévoit des mesures par voie d'ordonnance pour sécuriser l'approvisionnement. Les firmes électriques devraient constituer des réserves de force hydraulique en cas d'urgence, et ce, dès l'hiver prochain.

L’article