DE | FR

On peut prédire s'il y aura beaucoup de tiques, selon une étude suisse

Image: DPA-Zentralbild
Chaque année, les experts se demandent s'il y aura beaucoup de tiques. Selon une étude neuchâteloise, on a maintenant la réponse: il faut regarder du côté des hêtres.
12.04.2021, 10:42

Si les hêtres ont produit beaucoup de graines, il y aura beaucoup de tiques deux ans plus tard. Voici en substance ce que révèle une étude menée par l'Université de Neuchâtel (Unine) faisant l’objet d’un article dans la revue scientifique Parasites and Vectors. Techniquement, ça marche comment?

  • L'augmentation du nombre de graines de hêtre entraîne une hausse des rongeurs s'en nourrissant.
  • Ces derniers sont les principaux hôtes des tiques.
  • Il s'ensuit que la densité de tiques infectées par la borréliose de Lyme augmente.

Le lien entre les hêtres et la borréliose de Lyme, une infection bactérienne véhiculée par les tiques, constitue une étape importante pour la recherche, relève l'Unine. L'incidence de cette maladie, ainsi que d'autres transmises par ces ectoparasites est en constante augmentation en Europe.

«Il s'agit de la première étude en Europe à démontrer que la production de graines influence la densité des nymphes infectées et donc le risque de borréliose de Lyme»
Cindy Bregnard, auteure de l'étude

Les chercheurs supposent que leurs conclusions peuvent également s'appliquer à d'autres maladies transmises par ces parasites, comme l'encéphalite à tiques. (ats/asi)

Renardeau, bébé hyène... 25 photos d'animaux rigolos

1 / 28
Renardeau, bébé hyène... 25 photos d'animaux rigolos
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article