DE | FR

Les conditions de travail des livreurs Smood vont s'améliorer... un peu

En novembre, des salariés de Smood, avec le soutien du syndicat Unia, manifestaient lors d'une action à Lausanne pour réclamer de meilleures conditions de travail.
En novembre, des salariés de Smood, avec le soutien du syndicat Unia, manifestaient lors d'une action à Lausanne pour réclamer de meilleures conditions de travail.Image: sda
A partir du 26 février, certaines conditions de travail des livreurs Smood devraient s'améliorer. Mais ce n'est qu'un début. Le syndicat Unia fait pression.
04.02.2022, 19:0705.02.2022, 13:09

L'entreprise Smood a annoncé vendredi une série d'améliorations pour ses travailleurs à partir du 26 février. Certaines sont saluées par Unia, mais d'autres ne sont pas suffisantes, selon le syndicat qui maintient la pression.

Quels changements?

Parmi les améliorations annoncées, Smood prévoit:

  • Une hausse du salaire de base horaire à 23 francs.
  • Le paiement des jours fériés.
  • Une augmentation de l'indemnité pour l'utilisation effective du véhicule privé.
  • Une participation de 20 centimes de l'heure pour l'utilisation du téléphone privé.

Smood annonce également la mise en place d’une nouvelle application informatique qui devrait permettre aux collaborateurs d’accéder à leur décompte d'heure de travail, une complète transparence au sujet des bonus ainsi qu'une meilleure visibilité du planning d'engagement des livreurs. Le syndicat attend de voir concrètement ce qui sera mis en place.

Pas assez, selon Unia

Selon le syndicat Unia, la hausse du salaire est une avancée, mais elle est loin des 26 francs demandés. De plus, pour les livreurs qui sont engagés par des sociétés de location de services, ce salaire reste nettement inférieur. Le syndicat demande aussi que le temps d'attente entre deux livraisons soit correctement rémunéré.

Il relève que la principale revendication des livreurs, à savoir la prise en compte de leurs disponibilités pour la préparation des plans de travail, n'a pas trouvé de réponse.

Le conflit n'est donc pas terminé. Le syndicat a prévu une action samedi à Genève pour exprimer les revendications des livreurs.

Pour rappel, le personnel de Smood s'était mis en grève, en Suisse romande, durant cinq semaines à la fin de l'année 2021 pour exiger «des conditions de travail correctes et la fin de l'exploitation».

Nous avions d'ailleurs passé une soirée en immersion avec eux pour l'occasion...

Une procédure de conciliation menée sous l'égide de la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) a récemment échoué à Genève. (mbr/ats)

Thèmes

Plus d'images du superyacht de Bezos

1 / 8
Plus d'images du superyacht de Bezos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et pour tout savoir de l'actu chaude en Suisse en ce moment...

Voici les sextoys préférés des Suisses (les Fribourgeois sont des coquins)

Link zum Artikel

Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»

Link zum Artikel

Bannir la pub pour le tabac: et pourquoi pas le sucre et la viande aussi?

Link zum Artikel

Votations du 13 février: le point sur l'initiative «enfants sans tabac»

Link zum Artikel

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un homme a perturbé le trafic CFF Suisse en squattant une grue à Zurich
Il est resté perché de lundi soir à mardi matin sur une grue de chantier à proximité immédiate de la gare de Zurich-Oerlikon. Trains et trams ont été supprimés.

Lundi soir un homme a grimpé sur une grue à Zurich Oerlikon. C'était le début d'un bras de fer avec les forces de l'ordre, car l'individu y restera perché jusqu'à peu après 11 heures mardi. L'intervention de la police a interrompu le trafic ferroviaire affectant l'ensemble du réseau suisse des CFF.

L’article