DE | FR

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

L'Union européenne veut imposer un embargo sur le pétrole russe. La Suisse, où la consommation de carburant est très élevée, a-t-elle intérêt à adopter les sanctions de Bruxelles?
04.05.2022, 15:1204.05.2022, 17:13

Bruxelles propose d'arrêter d'ici six mois les importations européennes de pétrole russe, qui représentent environ un quart des importations pétrolières de l'UE. C'est ce qu'a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

En comparaison internationale, la Suisse présente une consommation élevée de sources d'énergies liquides. En effet, combustibles pétroliers et carburants représentent environ 50% de la consommation totale d'énergie en Suisse, selon les chiffres du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Contrairement au gaz, le pétrole peut être transporté de différentes manières.
Contrairement au gaz, le pétrole peut être transporté de différentes manières.Image: sda

Au vu de cette forte consommation de pétrole, une question s'impose: la Suisse devrait-elle suivre les dernières sanctions de l'Union européenne? Ou une telle décision mettrait-elle en danger notre approvisionnement en pétrole?

Fabian Bilger, de l'association des importateurs de combustibles et de carburants «Avenergy Suisse», n'est pas inquiet. Interrogé par Keystone-ATS, il s'est dit prêt à donner son feu vert à la Confédération, si celle-ci décide de suivre les sanctions européennes. Et la raison est simple: le pétrole brut importé ne provient pas de Russie, mais principalement d'Afrique du Nord et du continent nord-américain.

Seulement 25% des importations de pétrole brut

Le DFAE cite en effet le Nigeria, le Mexique et les Etats-Unis comme les principaux pays exportateurs. Selon Bilger, l'importation de pétrole brut ne représente en outre que 25% du total. 75% des importations sont constituées de pétrole déjà raffiné en provenance de l'UE.

Le marché du pétrole apparaît toutefois très variable, reconnaît le spécialiste. Le pétrole russe pourrait être remplacé par du pétrole d'autres pays producteurs. Car contrairement au gaz, qui en Europe ne peut presque être acheminé seulement par pipelines depuis certains pays producteurs, la logistique du marché pétrolier est plus flexible:

«Le pétrole peut être transporté de différentes manières: par bateau, train ou pipeline, et il y a des producteurs partout le monde»
Fabian Bilger de l'association «Avenergy Suisse»keystone-ATS

Les raffineries individuelles seraient confrontées à des défis logistiques en cas d'embargo, mais le marché global se révélerait capable de s'adapter.

Embargo déjà anticipé

En ce qui concerne le prix du pétrole, Fabian Bilger suppose qu'une partie des effets des sanctions a déjà été anticipée. Il fait notamment référence au prétendu écart Oural-Brent, un indicateur qui montre la différence de prix entre le pétrole russe et norvégien.

Si l'on en croit l'expert, cette différence de prix est généralement inférieure à un dollar le baril. «Mais actuellement, il est de moins 35 dollars». Cela signifie qu'un baril de pétrole russe est 35 dollars moins cher qu'un baril de pétrole norvégien.

«Les négociants en matières premières en Europe semblent donc déjà avoir réagi à la menace d'un embargo en achetant nettement moins de pétrole russe», conclut Fabian Bilger. (sda/mndl)

Pour se changer les idées, hier, les stars étaient au Met Gala

1 / 9
Les stars dans le thème du Met Gala
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et pendant ce temps-là, la TV russe simule des attaques nucléaires

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variants d'Omicron: «les cas pourraient à nouveau augmenter», selon Tanja Stadler
Alors que le nombre global de cas diminue, on voit déjà les variants d'Omicron s'imposer notamment en Allemagne et au Portugal. L'évolution pourrait néanmoins être différente en Suisse.

Pour l'heure, on recense environ 1700 nouvelles infections de Covid confirmées. C'est quinze fois moins que lors du deuxième pic d'Omicron à la mi-mars. Le nombre de patients hospitalisés testés positifs a également été divisé par dix. La baisse des cas n'est donc pas seulement due au peu de tests effectués.

L’article