DE | FR

Ueli Maurer dans des fausses pubs: la Confédération porte plainte

Des publicités avec le portrait du conseiller fédéral Ueli Maurer circulent sur Internet. Des fraudeurs sont soupçonnés d'être à l'origine de ces montages. Le Département fédéral des finances a déposé une plainte pénale, mais les auteurs sont difficiles à attraper.
11.10.2021, 17:3311.10.2021, 18:06
christoph bernet / ch media

Ces derniers jours, toute personne se promenant sur les sites d'information étrangers depuis la Suisse pouvait parfois tomber sur un visage familier: le conseiller fédéral Ueli Maurer, ministre des Finances de la Confédération suisse. Pas parce que Maurer faisait les gros titres politiques de la presse internationale, non. Mais sur des publicités qui affichent son visage et son nom, ciblant les lecteurs suisses d'articles du Huffington Post aux Etats-Unis ou du Guardian au Royaume-Uni. «Le scandale Ueli Maurer: il a rendu le monde fou et les banques ont peur», peut-on lire dans l'une des publicités.

Une pub qui fait parler Maurer sur le Bitcoin

Toute personne qui clique sur la pub atterrit sur un site qui promet des gains d'argent spectaculaires, grâce aux investissements dans les cryptomonnaies. Le site a un design qui ressemble à un article du site de la chaîne alémanique SRF. Dans le texte, Ueli Maurer aurait déclaré que «lui-même ne pensait pas que de tels gains étaient possibles jusqu'à ce qu'un ami lui parle de ses bonnes affaires dans les crypto-monnaies».

watson est aussi concerné
Les campagnes publicitaires citées dans cet article sont également apparues ces derniers jours sur watson.ch. Il s'agit de publicités automatisées diffusées par des partenaires. Au besoin, watson les fait bloquer au plus vite. Malheureusement, les créateurs de ces annonces agissent très rapidement et trouvent régulièrement de nouvelles méthodes pour diffuser leur escroquerie. Nous acceptons les conseils à ce sujet à tout moment par e-mail.

Le conseiller fédéral encourage-t-il vraiment les investissements dans le Bitcoin sur la chaîne SRF? Bien sûr que non. D'ailleurs, l'article mentionné ne provient pas non plus de SRF, et Maurer n'a jamais dit les phrases citées dans la pub. Le site web, sur lequel on atterrit lorsqu'on clique sur les publicités à son effigie, est une escroquerie (présumée).

Un site conçu pour inciter les visiteurs à transférer de l'argent avec lequel ils sont censés acheter des cryptomonnaies. En réalité, dans la plupart des cas, cet argent finit entre les mains des créateurs anonymes du site, sans aucune contrepartie, ni possibilité de remboursement.

Les enquêtes n'ont rien donné

Le Département des finances est au courant de la publicité frauduleuse et veut engager une action en justice à son encontre. Des sites web similaires étaient déjà apparus l'année dernière, explique le porte-parole d'Ueli Maurer, Peter Minder, à CH Media: «Le service juridique du département a déjà déposé une plainte pénale auprès du Ministère public de la Confédération pour (tentative d') escroquerie». La nouvelle action sera envoyée au Ministère public en tant que complément à la plainte pénale existante.

Un collectionneur du crypto-art nous explique son délire

Vidéo: watson

Là ce sont de vrais conseillers fédéraux, mais avec des gorets dans les bras

1 / 12
10 ans de conseillers fédéraux avec des gorets dans les bras
source: keystone / gian ehrenzeller
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Certain que Maurer a envie de lancer des haches quand il se voit dans une fausse pub

Plus d'articles sur la désinformation

Facebook, Google et Twitter de nouveau convoqués pour désinformation

Link zum Artikel

Facebook, Twitter et Google (encore) face à la menace de la désinformation

Link zum Artikel

Facebook stoppe une campagne anti-vax russe

Link zum Artikel

Youtube défend sa politique de modération face à la désinformation

Link zum Artikel

Il ne faudra pas (trop) compter sur Nez Rouge pendant les fêtes

Les fêtes de fin d’année se feront souvent sans les bénévoles de l’Opération Nez Rouge. Il faudra s’organiser autrement et – surtout – faire bien attention.

Les gentils samaritains qui ramènent notre voiture (et nous), après une soirée de fin d’année ne seront pas souvent de service cette année. Après celles de Bienne et du Jura Bernois, c’est la section de Neuchâtel qui annonce qu’elle ne prendra pas le volant durant les fêtes de fin d’année.

Le comité aurait dû exiger un certificat Covid de tous ses bénévoles, ce qu’il n’a pas voulu faire, a déclaré mardi Alain Müller, président de Nez Rouge Neuchâtel, sur les ondes de RTN.

Un petit tour sur …

Lire l’article
Link zum Artikel