en partie ensoleillé
DE | FR
2
Suisse
Politique

Berset ne sera pas meilleur aux Affaires étrangères que Cassis

Berset serait-il meilleur aux Affaires étrangères que Cassis? «Pas du tout!»

Bundesrat Alain Berset, rechts, unterhaelt sich mit Nationalrat Ignazio Cassis, FDP-TI, an der Herbstsession der Eidgenoessischen Raete, am Donnerstag, 10. September 2015, in Bern. (KEYSTONE/Peter Sch ...
Le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis (PLR) et le ministre de l'Intérieur Alain Berset (PS)image: KEYSTONE
Dans le camp socialiste, certains proposent qu'Alain Berset et Ignazio Cassis échangent leurs départements. Ils espèrent ainsi faire avancer le dossier européen. Une bonne idée?
06.12.2022, 17:11
Chiara Stäheli / ch media

Même si la répartition des départements est en principe l'affaire des seuls membres du Conseil fédéral, de nombreux membres du Parlement font déjà part de leurs souhaits, projets et propositions en amont. Dès vendredi, CH Media a révélé que le Parti socialiste voulait pousser Alain Berset et Ignazio Cassis à échanger leurs départements.

Ce plan officieux vient d'être confirmé par le conseiller national Fabian Molina (PS/ZH). Dans la NZZ am Sonntag, il propose qu'«Ignazio Cassis passe des Affaires étrangères au département de l'Intérieur». Car avec le médecin tessinois à la tête du Département des Affaires Etrangères (DFAE), on n'arrivera jamais au but dans le dossier européen, poursuit Molina.

Le Zurichois au profil axé Affaires Etrangères pense qu'«une personne issue du PS pourrait plus facilement trouver une solution viable en politique intérieure». Si l'on en croit Molina, c'est donc l'actuel ministre de l'Intérieur, Alain Berset, qui «jouit de la confiance des partenaires sociaux» qui devrait, à l'avenir, trouver une solution avec l'UE sur les points litigieux que sont: la protection des salaires et la directive sur les citoyens européens. Interrogé à ce sujet, Molina se dit convaincu qu'Alain Berset «n'hésiterait pas à aborder le sujet avec détermination et à prendre ses responsabilités». Le diplômé du Concours diplomatique a prouvé à plusieurs reprises par le passé qu'il était capable d'aboutir à des compromis.

Berset était favorable à la rupture de l'accord-cadre

Mais Berset serait-il vraiment un meilleur ministre des Affaires étrangères que Cassis? Pourrait-il résoudre la question européenne? «Pas du tout!», répond la conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (Le Centre/BL). «Le conseiller fédéral Berset a soutenu la rupture de l'accord-cadre institutionnel. Ce simple fait suffit pour reconnaître que Berset ne peut pas faire mieux que Cassis».

La conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (Le Centre/BL)
La conseillère nationale Elisabeth Schneider-Schneiter (Le Centre/BL)image: keystone

La Bâloise suppose «qu'avec cette proposition, le PS veut détourner l'attention de ses propres échecs en matière de politique européenne». Selon Schneider-Schneiter, ce sont finalement les syndicats proches du PS qui freinent et empêchent d'aller de l'avant. Et:

«En fin de compte, c'est le Conseil fédéral dans son ensemble qui porte la responsabilité du dossier européen. Au lieu de laisser Ignazio Cassis se faire régulièrement rattraper par ses propositions, les membres du gouvernement devraient enfin se ressaisir.»

Pour la gauche, garder l'Intérieur est essentiel

Adrian Wüthrich, ancien conseiller national socialiste et président de l'organisation faîtière des syndicats Travail Suisse, n'est pas non plus très enthousiaste face à l'idée de Molina:

«Du point de vue d'un politicien versé dans les Affaires étrangères, je peux comprendre cette proposition, mais il est très important, notamment pour les syndicats, que le département de l'Intérieur reste en mains socialistes».

Lors de discussions autour de l'âge de la retraite, des primes d'assurance maladie ou des assurances sociales en général, un radical comme Cassis pourrait aller dans le sens contraire des syndicats, craint Wüthrich. C'est pourquoi il préfère voir «Berset au département de l'Intérieur plutôt qu'à celui des Affaires étrangères». Et «le dossier européen est difficile». Chaque membre du Conseil fédéral, quel que soit son parti, s'y cassera les dents.

Même au sein du parti de Cassis, on ne pense guère à un changement au département de l'Intérieur. Le président du PLR Thierry Burkart déclare clairement dans une interview à la NZZ am Sonntag: «Je saluerais le fait que Monsieur Cassis reste ministre des Affaires étrangères. Ainsi, nous resterions fiables en tant que partenaire de négociation vis-à-vis de l'UE, y compris sur le plan personnel». En revanche, Burkart plaide pour que le département de l'Environnement passe en mains bourgeoises vendredi prochain.

Le conseiller national UDC lucernois Franz Grüter montre peu de soutien à Molina. Interrogé, celui qui est président de la commission de politique extérieure du Conseil national déclare qu'il «travaille très bien avec Cassis» et qu'il le perçoit comme «motivé». Le fait que le PS fasse maintenant pression pour un changement au DFAE est probablement lié au fait que les socialistes pansent encore leurs plaies en raison de l'échec de l'accord-cadre au printemps 2021. (aargauerzeitung.ch)

Quand Maurer dansait avec des «Teletubbies»

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Il va continuer de faire tout noir à Yverdon, sauf à un endroit
La municipalité vaudoise continue sa politique d'extinction nocturne au moins jusqu'en avril. Sauf pour un secteur bien précis.

La Municipalité d'Yverdon-les-Bains (VD) a décidé de poursuivre l'extinction de l'éclairage public durant une partie de la nuit. La mesure, en vigueur depuis novembre, est désormais valable jusqu'à fin avril.

L’article