DE | FR
Les classes vont se remplir ces prochaines semaines.
Les classes vont se remplir ces prochaines semaines.Image: Shutterstock

Comment l'école romande prépare l'arrivée de milliers d'élèves ukrainiens

Des enseignants aux directeurs en passant par les syndicats, la Suisse se prépare pour accueillir les jeunes enfants ukrainiens à l'école.
22.03.2022, 06:1122.03.2022, 12:49
Suivez-moi

L'Ukraine fait face à une pluie de bombes et une invasion agressive de l'ennemi russe. Corrélation, un déplacement en masse des citoyens ukrainiens, mais surtout de familles catapultées dans des contrées inconnues. Un peu plus de 11 000 réfugiés ukrainiens se sont déjà enregistrés en Suisse, selon le Secrétariat d’Etat aux migrations.

La Confédération s’attend à accueillir près de 100 000 Ukrainiens, affirme Marcel Suter dans la NZZ am Sonntag, président de l’Association des services cantonaux de migration (ASM). Par exemple, le Canton de Vaud se prépare à la venue de 6000 personnes, dont beaucoup de jeunes en âge de scolarité, peut-être 2 500, selon un communiqué paru le 17 mars.

«En général, l'accueil se résume à une journée avec des jeux, de petits ateliers pour évaluer les capacités scolaires et sociales de l'élève», nous détaille Marie-Julie Saudan, enseignante à l'établissement primaire et secondaire de la Tour-de-Peilz (VD). Elle explique que le rôle de l'enseignant est primordial, tant par le soin apporté pour l'intégration des nouveaux venus en classe, que pour leur introduction auprès de leurs nouveaux camarades:

«Il y a une discussion en amont avec les élèves, pour éviter qu'ils ne posent des questions inappropriées»

Les structures s'appliquent à soigner l'intégration et l'apprentissage de la langue. Dès l'arrivée, un réseau est organisé avec la famille, l'infirmière scolaire, la traductrice, l'établissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Et Marie-Julie Saudan d'expliquer:

«Les élèves réfugiés reçoivent des cours de français intensifs, appelés CIF. Ces heures d'apprentissage sont dispersées sur plusieurs matinées sous la houlette d'une enseignante spécialisée.»

Pour Etienne Piguet, vice-président de la Commission fédérale des migrations, interrogé par la RTS, cette crise «est un défi pour l'enseignement». Au total, 200 enfants ukrainiens ont déjà intégré des classes romandes, et une hausse évaluée entre 5 et 10% du nombre d'élèves est attendue dans certains cantons.

Dans l'établissement primaire et secondaire de Vevey, les élèves habituellement affiliés au CIF ne vont plus suivre ces classes. Dorénavant, la priorité sera donnée aux écoliers ukrainiens.

De son côté, Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands (SER), souligne que les écoles sont dans l'attente et commencent à dessiner les contours de l'encadrement nécessaire.

«Les enfants ukrainiens doivent avant tout retrouver une stabilité et une structure après avoir vécu sous les bombes»
Samuel Rohrbach

Des enseignants dans une période compliquée

Le président de la SER ajoute qu'il est important d'aller chercher, pour répondre à cette nouvelle demande, «des enseignants à la retraite, voire de futurs enseignants pour soulager ceux en activité». Il poursuit:

«Les enseignants ont vécu une période très compliquée. Il y a une fatigue générale dans la branche»

D'après les informations réunies, la situation est prise établissement par établissement. Mais l'afflux d'élèves ukrainiens est tel que des classes supplémentaires seront ouvertes, et justement de cours de français intensif, spécialement pour les réfugiés ukrainiens.

Les réfugiés ukrainiens

1 / 7
Les réfugiés ukrainiens
source: sda / amel pain
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et un peu d'amour: le twist de ce «kiss cam» durant un match de hockey est épique

Plus d'articles sur le président Zelinsky et la guerre en Ukraine

«Zelensky fait de sa communication un show au service de sa cause»

Link zum Artikel

A Berne, Zelensky remercie la Suisse, mais attaque Nestlé et en demande plus

Link zum Artikel

L’héroïque Zelensky, ce président ukrainien qui joue sa peau face aux Russes

Link zum Artikel

Le discours émotionnel de Zelensky devant le Parlement allemand

Link zum Artikel

Pour aider l'Ukraine, des Suisses lancent la vodka Zelensky

Link zum Artikel

Président de l'Ukraine: qui est cet humoriste qui veut «tuer des Russes»?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après le cinéma, soutenir la musique suisse? «La discussion peut reprendre»
Le conseiller national socialiste, Baptiste Hurni, avait demandé, en 2021, au Conseil fédéral, de faire un rapport sur les plateformes de streaming, pour éventuellement légiférer en la matière. Il nous explique en quoi le «oui» du jour à la lex Netflix le motive à reprendre cette discussion. Et comment il compte le faire.

Un oui, un grand oui pour la «Lex Netflix». Plus grand que les partisans de la loi eux-mêmes ne l'auraient espéré. La modification de la loi sur le cinéma, incluant une obligation pour les plateformes de streaming tels que Disney+ ou Netflix (d'où le surnom de la votation) de réinvestir 4% de leur chiffre d’affaires réalisé en Suisse dans des productions helvétiques et de proposer au moins 30% de contenus européens dans leur catalogue, a passé la rampe de la population à hauteur de 58% d'opinions favorables ce dimanche 15 mai.

L’article